Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Énergie > En quoi l’agrivoltaïsme est-il une solution prometteuse pour protéger les vignes ?
ÉNERGIE

En quoi l’agrivoltaïsme est-il une solution prometteuse pour protéger les vignes ?

PUBLIÉ LE 27 JANVIER 2023
A.A
Archiver cet article
En quoi l’agrivoltaïsme est-il une solution prometteuse pour protéger les vignes ?
Aline Chapulliot, Responsable Service Nouvelles Offres d’Engie Green et Thierry Mothe, Secrétaire général des Vignerons Indépendants de France. Crédit : DR
A travers la signature d’un partenariat national, Engie Green et les Vignerons Indépendants de France associent aujourd’hui leurs compétences. Quel est le rôle de l’énergéticien aux côtés du vigneron ? Quels sont les bénéfices agronomiques observés pour la vigne à la suite de l’installation de panneaux solaires ? Interview croisée entre Aline Chapulliot, Responsable Service Nouvelles Offres d’Engie Green et Thierry Mothe, Secrétaire général des Vignerons Indépendants de France. 

- Aline Chapulliot, comment fonctionnent les panneaux solaires en persienne dans les vignes ? Les technologies utilisées sont-elles différentes selon les cultures ?


Les panneaux photovoltaïques sont installés en hauteur sur un châssis métallique conçu en fonction de la taille des machines viticoles et de l’écartement des rangs de vignes. Les panneaux sont mobiles et sont pilotés selon les besoins de la plante. Le pilotage dépend du modèle de croissance de la plante, des données météos de la parcelle qui aura été  préalablement instrumentée et des objectifs de production de l’exploitant agricole. Qu’il s’agisse de vignes ou de vergers le principe est le même, la priorité est à la production agricole. 

- Thierry Mothe, quels sont les bénéfices agronomiques observés pour la vigne à la suite d’installation de panneaux solaires ?  

Le domaine de Nidolères à Tresserre dans les Pyrénées-Orientales, adhérent à notre organisation, a été précurseur mondial dès 2018, en installant sur 4,5 ha de vignes des panneaux solaires en persienne. Le retour d’expérience de Pierre Escudié, à la tête du domaine de Nidolères, est donc très précieux, concernant notamment les bénéfices agronomiques qu’il a pu constater sur sa vigne. Il en est à sa deuxième vendange sous panneaux et fait état d’un très bon rendement, d’une amélioration de la qualité des raisins et d’une meilleure maîtrise du degré d’alcool (- 1 degré enregistré). Le pilotage des panneaux solaires est, selon lui, un vrai atout d’une part pour protéger la vigne des aléas climatiques en diminuant par exemple l’impact des gels tardifs, des gelées blanches de printemps…d’autre part pour gérer l’ensoleillement au plus près des besoins de la plante.

- Aline Chapulliot, quelles démarches faut-il suivre pour mettre une installation photovoltaïque sur son exploitation ? 

ENGIE Green est à la disposition des vignerons. Quelques échanges sur les caractéristiques de l’exploitation, les pratiques culturales, les enjeux climatiques locaux et une visite de l’exploitation  nous permettent de conclure sur la faisabilité d’un projet agrivoltaïque. Plusieurs mois sont ensuite  dédiés aux études techniques et à l’évaluation des bénéfices agronomiques attendus puis une  demande de permis de construire est déposée.
 
- Thierry Mothe, la priorisation du bénéfice agronomique face à la production électrique fait-elle figure d’enjeu majeur selon vous ? 

L’objectif de tout vigneron est de pouvoir prendre soin de sa vigne, récolter le fruit de son travail,  en l’occurrence le raisin, pour élaborer ses vins. Tous les outils ou procédés qui peuvent y contribuer,  dans le respect de la vigne et du sol, sont à prendre en compte et à expertiser. Donc oui, le bénéfice  agronomique est, pour nous, prioritaire face à la production d’électricité. Cette orientation,  partagée par ENGIE Green, a d’ailleurs été déterminante dans la conclusion de notre partenariat. 

- Aline Chapulliot, comment envisagez-vous votre rôle d’énergéticien aux côtés des vignerons ? 

Avec l’agrivoltaïsme dynamique nous proposons un nouvel outil pour les vignerons pour contribuer  à leur adaptation au changement climatique. La répartition des rôles est très claire ; Chaque projet  demande d’abord une collaboration étroite entre le vigneron et l’énergéticien pour concevoir le  projet apportant le plus grand service à la culture. Puis la construction, le financement et  l’exploitation de l’ouvrage sont à la charge d’Engie Green. Notre partenaire Sun’Agri qui a développé la solution assume le pilotage des panneaux pour le vigneron. Et bien sûr le vigneron reste l’acteur principal en exploitant ses vignes !  

- Thierry Mothe, qu’attendent les Vignerons Indépendants de France du partenariat signé avec Engie Green ? Comment allez-vous, concrètement, le mettre en place ? 

À travers ce partenariat national, nous sommes heureux de pouvoir nous appuyer sur l’expertise d’Engie Green pour compléter, avec l’agrivoltaïsme dynamique, la « boite à outils » à disposition des Vignerons Indépendants, pour faire face au changement climatique et maintenir la production viticole. Et si cela participe également à la production d’énergies renouvelables, alors c’est  doublement gagnant ! Au travers de ce partenariat, nous souhaitons accompagner Engie Green au déploiement de l’agrivoltaïsme dynamique sur le territoire, en étant relais de communication auprès  de nos vignerons adhérents. La promotion de ce procédé novateur nécessite en effet beaucoup  d’explications sur la technologie, les conditions de mises en œuvre… et c’est là que nous  intervenons, comme intermédiaire pour diffuser des messages. Le fait qu’un vigneron de notre réseau, Pierre Escudié du domaine de Nidolères, soit équipé depuis 5 ans et renouvelle l’opération sur une autre parcelle, facilitera grandement cette communication par son retour d’expérience et sa capacité à répondre aux interrogations des vignerons.

- Aline Chapulliot, pourquoi Engie Green a-t-il choisi de conclure ce partenariat avec les Vignerons Indépendants de France ?  

La Confédération des Vignerons indépendants de France est devenue un acteur majeur de la filière viticole. Elle est reconnue des instances de représentation, de décision, de concertation où elle est présente au niveau national, régional et départemental. Elle promeut les territoires ruraux et la performance des exploitations agricoles. C’est cette organisation à la fois très proche des territoires et avec une forte capacité de mobilisation collective qui a séduit Engie Green car notre organisation et nos valeurs sont convergentes. 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Hydrogène : succès pour Sealhyfe, premier pilote de production d’hydrogène offshore au monde
Hydrogène : succès pour Sealhyfe, premier pilote de production d’hydrogène offshore au monde
Enedis prévoit 10.000 recrutements d’ici 2027
Enedis prévoit 10.000 recrutements d’ici 2027
Un tiers de la consommation électrique française est couverte par les énergies renouvelables
Un tiers de la consommation électrique française est couverte par les énergies renouvelables
Tribune | « Les panneaux solaires : une alternative écologique et économique pour les consommateurs mais un secteur où la vigilance est de mise »
Tribune | « Les panneaux solaires : une alternative écologique et économique pour les consommateurs mais un secteur où la vigilance est de mise »
Tous les articles Énergie
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS