Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Etude : les clauses RSE entre acheteurs et fournisseurs freinées par des obstacles opérationnels et juridiques

Par E.G, le 20 avril 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Ecovadis, plateforme de notation de la performance RSE, a réalisé en partenariat avec Affectio Mundi, une étude sur l’intégration de clauses RSE dans les contrats de fourniture, entre acheteurs et fournisseurs. Malgré une généralisation de l’emploi de ces clauses, la multitude de types de clauses RSE implique des difficultés voire une inefficacité.

Des obstacles « opérationnels et juridiques persistants » freineraient l’efficacité des clauses RSE entre acheteurs et fournisseurs, révèle une étude menée par Ecovadis en partenariat avec Affectio Mundi. Sur les 50 entreprises ayant répondu à cette enquête, 49 % intègrent une clause RSE pour atténuer leurs impacts environnementaux et sociaux dans leur chaîne d’approvisionnement, 31 % le font en réaction aux risques juridiques et réglementaires. 75 % des entreprises n’adaptent pas leur clause au contexte du fournisseur et la mise en œuvre de cette clause est souvent un « défi » : « 89 % considèrent que le plus grand défi est de s’assurer du respect de la clause », souligne Ecovadis.

Sur les 159 fournisseurs interrogés, 79 % reconnaissent que ces clauses ont un impact positif sur leurs pratiques, mais 38 % considèrent ne pas disposer des ressources et de l’expertise nécessaires. Par ailleurs, 59 % des fournisseurs « se sont déjà trouvé avec des exigences de prix, quantité et délai inconciliables avec le respect de la clause RSE », précise l’étude d’Ecovadis. De plus, l’étude indique que « sur le panel observé, les clauses RSE présentent un niveau de détail faible » : plus de 75% des clauses RSE se réfèrent en effet à des « principes généraux » et moins de 5% fixent des objectifs précis. A noter que le fournisseur doit dans 66 % des cas assurer la prises en charge financière des audits. Enfin, « si 74% des répondants prévoient un mécanisme de sanction en cas de non-respect de la clause RSE, seuls 12% l’ont déjà mis en œuvre effectivement », explique Ecovadis.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Une hausse de l’ambition française est nécessaire, estime le Haut conseil pour le Climat
Une hausse de l’ambition française est nécessaire, estime le Haut conseil pour le Climat
Le troisième rapport annuel du Haut conseil pour le Climat (HCC) présente un bilan mitigé. Le HCC recommande notamment au gouvernement d’accélérer ses politiques climatiques pour permettre à la France d’atteindre l’objectif 2030 de réduction d’émission de gaz à effet de serre.
Le ministère de l’Agriculture et d'Alimentation se dote d’un plan d’action climat
Le ministère de l’Agriculture et d'Alimentation se dote d’un plan d’action climat
Le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation a présenté ce 23 juin son plan d’action, visant à répondre aux orientations de la Stratégie nationale bas-carbone et du Plan national d’adaptation au changement climatique 2018-2022. Pour le Réseau Action Climat, ce plan est « une double déception ».
La ville auvergnate de Cusset lance son « permis de végétaliser »
La ville auvergnate de Cusset lance son « permis de végétaliser »
Pour inciter ses habitants à se réapproprier l'espace public en végétalisant les espaces abandonnés, la ville de Cusset, dans l'Allier, vient de lancer son permis de végétaliser. Une initiative déjà mise en œuvre dans les grandes villes mais qui tend désormais à se développer dans les petites et moyennes communes.
Loi Climat et résilience : le Sénat adopte un projet largement modifié
Loi Climat et résilience : le Sénat adopte un projet largement modifié
L’examen du projet de loi Climat et résilience est arrivé à son terme au Sénat en première lecture, après le vote solennel du texte ce mardi 29 juin. De la publicité, jusqu'à l'artificialisation des sols et la rénovation énergétique des bâtiments, focus sur les modifications apportées par la Chambre haute du Parlement.
Loi Climat et résilience : le Sénat a apporté les premiers amendements
Loi Climat et résilience : le Sénat a apporté les premiers amendements
La première lecture du projet de loi Climat et résilience se poursuit jusqu'au 28 juin au Sénat. Le titre I « Consommer » et titre II « produire et travailler » du projet de loi ont été adoptés avec modifications. Focus sur les évolutions apportées par la Haute assemblée.
Fit For 55 : un nouveau cadre législatif à l'échelle européenne pour le climat
Fit For 55 : un nouveau cadre législatif à l'échelle européenne pour le climat
La Commission européenne a publié ce mercredi 14 juillet, son paquet « Fit for 55% » composé de propositions législatives pour accélérer la lutte contre le changement climatique, et mettre l’Union européenne sur la voie de la neutralité carbone en 2050.
Alternatives aux phytosanitaires : un arrêté ministériel facilite l'usage de procédés naturels
Alternatives aux phytosanitaires : un arrêté ministériel facilite l'usage de procédés naturels
Un arrêté du ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation, publié le 17 juin au Journal officiel, vise à faciliter le recours aux techniques et substances naturelles qui stimulent la résistance et la croissance des plantes. Celles-ci peuvent constituer une véritable alternative aux produits phytosanitaires décriés.
Tous les articles POLITIQUES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.