Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Réduire notre empreinte environnementale grâce au coworking

Partager :
[Tribune] Réduire notre empreinte environnementale grâce au coworking
Par Christophe Burckart, directeur général de Regus France, le 11 mars 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, le directeur général de Regus France, Christophe Burckart souligne le rôle du coworking dans le cadre des objectifs de l’accord de Paris et de la réduction des émissions de gaz à effet de serre. Il estime qu’en "donnant l’opportunité aux professionnels de réduire les trajets domicile/travail, il sera possible d’économiser plusieurs millions de tonnes de CO² chaque année".

Alors que la question écologique est au cœur du Grand Débat, nous devons envisager des solutions audacieuses pour conjuguer environnement, économies et aménagement du territoire. Explications.

La crise écologique actuelle a révélé l’urgence de trouver de nouvelles alternatives pour améliorer notre empreinte environnementale sans que le coût soit subi et vécu comme une injustice par les particuliers, les entreprises et l’Etat. Face à l’engorgement des zones urbaines, le coworking s’impose comme une solution intéressante tant sur le plan de la réduction de nos émissions de CO² que sur le renouveau économique qu’il permet dans les zones périphériques.

Coworker pour être plus éco-responsable

De nombreux professionnels soulignent le coût financier que représentent les longs trajets domicile-travail. Un coût qui ne fait par ailleurs qu’être renforcé par la fluctuation constante des prix du pétrole. Des migrations pendulaires largement subies en raison notamment de l’engorgement des villes, centres névralgiques des activités commerciales.

Selon une étude parue en octobre 20181 et réalisée dans 16 pays2, ces problèmes pourraient être en partie résolus d’ici 2030. La croissance programmée du nombre de tiers-lieux aura pour conséquence directe une importante diminution du recours à la voiture et donc une réduction conséquente des émissions carbone (plus de six millions de tonnes en France selon les estimations les plus basses !). De plus, ces tiers-lieux permettront aux professionnels d’une grande majorité de secteurs de travailler à distance, et donc de réduire leur temps de trajet pour se rendre sur leur lieu de travail.

La plupart des professionnels pourront accéder à l’espace de coworking le plus proche de chez eux. Même s’ils ont déjà été multipliés par 10 en cinq ans - leur nombre est actuellement évalué à 1.800 en France - ces espaces sont amenés à se développer fortement, comme en témoigne les prévisions du rapport "Territoires, Travail, Numérique" dont les conclusions ont été rendues publiques le 19 septembre 2018. Ils seront donc plus accessibles et mieux répartis sur l’ensemble du territoire. Utiliser sa voiture pour les migrations pendulaires ne sera donc plus une nécessité.

Un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle

C’est l’un des autres bénéfices du coworking révélés par l’étude proposée par Regus. Les français devraient économiser au moins 88 millions d’heures d’ici 2030. La réduction du temps de trajet domicile-travail grâce à l’augmentation envisagée des tiers-lieux permettra de mieux équilibrer la balance entre vie professionnelle et personnelle. Les collaborateurs pourront utiliser ce gain de temps pour des tâches personnelles.

Dès lors, le travail flexible représente une opportunité nouvelle et une alternative prometteuse dans le cadre de la lutte contre le changement climatique. L’ONU considère que la limitation du réchauffement à 2 °C n’est possible que par une restriction des émissions de gaz à effet de serre de 12 à 14 millions de tonnes supplémentaires chaque année, d’ici 2030. En donnant l’opportunité aux professionnels de réduire les trajets domicile/travail, il sera possible d’économiser plusieurs millions de tonnes de CO² chaque année.

Choisir le travail flexible n’est pas uniquement un impératif professionnel ou personnel, c’est surtout un geste fort pour sauver notre planète.



1: « Regus Flexible Working Economic Study »
2:  Allemagne, Australie, Autriche, Canada, Chine, États-Unis, France, Hong Kong, Inde, Japon, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Royaume-Uni, Singapour, Suisse
Christophe Burckart, directeur général de Regus France / DR
  [Vidéo] L'après-coronavirus sera-t-il écologique ?
Le gouvernement a annoncé plusieurs pistes de déconfinement en France, qui doit débuter le 11 mai. Les associations environnementales appellent à ne pas oublier le climat lors de la sortie de crise.
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Décret du 1er juillet 2020 portant nomination au comité des finances locales institué par l'article L. 1211-1 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant nomination au sein du Conseil national d'évaluation des normes Lire
Arrêté du 30 juin 2020 portant nomination de la directrice du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante Lire
Arrêté du 25 juin 2020 pris pour l'application, en 2020, de l'article L. 1614-4 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant interdiction de mise sur le marché de bouteilles de gaz métalliques non rechargeables contenant de l'hélium Lire
Arrêté du 22 juin 2020 pris en application du décret n° 2019-799 du 26 juillet 2019 fixant les modalités d'indemnisation du référent déontologue et du référent en matière de recueil des signalements émis par les lanceurs d'alerte de l'Autorité de sûreté nucléaire Lire
À lire également
Bpifrance lance l'outil de diagnostic « Diag Eco-Flux » pour les entreprises
Bpifrance lance l'outil de diagnostic « Diag Eco-Flux » pour les entreprises
Bpifrance et l'Agence de la transition écologique (Ademe) ont lancé ce mardi 30 juin, le dispositif « Diag Eco-Flux ».
Suppression des vols intérieurs en France : Bruxelles discute avec Paris
Suppression des vols intérieurs en France : Bruxelles discute avec Paris
La Commission européenne a indiqué mardi être en discussion avec les autorités françaises pour évaluer si leur décision d'empêcher toute reprise des vols intérieurs abandonnés par Air France était compatible avec la législation de l'UE.
La création d'un « crime d'écocide » ne peut être soumise à référendum
La création d'un « crime d'écocide » ne peut être soumise à référendum
La ministre de la Justice Nicole Belloubet a déclaré ce mercredi 24 juin qu'il n'était pas pas possible de soumettre au référendum la proposition de la Convention citoyenne pour le climat de créer un « crime d'écocide », lors des questions au gouvernement au Sénat.
L'Irena appelle les gouvernements à combiner relance économique et décarbonation
L'Irena appelle les gouvernements à combiner relance économique et décarbonation
L'Agence internationale pour les énergies renouvelables (Irena) a publié ce mercredi 24 juin, un rapport selon lequel les gouvernements peuvent combiner relance économique et objectifs de décarbonation et de développement durable.
Corinne Lepage : « Il y a de quoi être en colère »
Corinne Lepage : « Il y a de quoi être en colère »
Avocate spécialisée dans le droit de l'environnement, Corinne Lepage a été ministre de l'Environnement de 1995 à 1997. Celle qui est aussi la fondatrice du cabinet Huglo-Lepage nous livre son analyse de la crise sanitaire et économique actuelle ainsi que les pistes qu'elle entrevoit pour le « monde d'après ».
Le Cese formule ses propositions pour « construire demain »
Le Cese formule ses propositions pour « construire demain »
Ce mardi 23 juin, le Conseil économique, social et environnemental (Cese) a adopté sa résolution « Construire demain », dans laquelle il formule dix propositions.
Le télétravail pourrait aider à réduire les émissions de gaz à effet de serre, selon l'Ademe
Le télétravail pourrait aider à réduire les émissions de gaz à effet de serre, selon l'Ademe
Une large majorité d'actifs contraints de télétravailler pendant le confinement ont apprécié ce mode de fonctionnement, qui pourrait à l'avenir contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre, indique un rapport de l'Ademe publié ce jeudi 2 juillet.
Tous les articles POLITIQUES
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
e-EUBCE
6 Juillet 2020
e-EUBCE
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Alternance - Chargé(e) de Prévention Santé et Sécurité H/F
- Chef de secteur H/F
- Poseur / Poseuse en isolation thermique
- Manager de Production F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.