Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Pour une approche renouvelée et interdisciplinaire du risque environnemental

[Tribune] Pour une approche renouvelée et interdisciplinaire du risque environnemental
Par Sophie Bretesché, professeur de sociologie à l’IMT Atlantique et directrice de la chaire régionale RITE (Risques Technologiques Emergents), et Valérie Héquet, professeur en génie des procédés à l’IMT Atlantique, responsable de l’équipe Traitement Eau Air Métrologie au laboratoire GEPEA (Génie des procédés Environnement Agroalimentaire)., le 6 janvier 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Sophie Bretesché et Valérie Héquet, professeurs à l’IMT Atlantique reviennent sur la gestion des risques environnementaux en France. "L’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen n’est-il pas symptomatique de la difficulté qu’ont nos sociétés à faire face à des situations complexes ?​", se demandent-elles. Selon elles, la gestion des risques se doit d’être interdisciplinaire.

Contaminants, substances toxiques, perturbateurs endocriniens, nanoparticules, microplastiques représentent autant de dangers liés aux caractéristiques de nos sociétés contemporaines. S’ils sont devenus des sujets majeurs et quotidiens, ils constituent également des objets scientifiques complexes à étudier et requièrent des pratiques de recherche interdisciplinaires et non plus segmentées.

L’incendie de l’usine Lubrizol à Rouen n’est-il pas symptomatique de la difficulté qu’ont nos sociétés à faire face à des situations complexes ? Le temps nécessaire à l’évaluation des risques à courts et à longs termes, la perception des acteurs de terrain et la parole des décideurs publics s’entrechoquent plutôt que ne s’entrecroisent, menant à des situations ambiguës et à l’apparition de polémiques. N’est-il pas temps d’envisager le risque environnemental en faisant communiquer les différents contributeurs scientifiques, acteurs de terrain, décideurs ?

Articuler les connaissances pour faire face aux risques émergents

La question des risques dits « émergents » soulève des controverses au sein des communautés scientifiques, du fait de l’apparition de phénomènes nouveaux, parfois inédits, face auxquels les experts émettent des hypothèses et avis créant ou renforçant des clivages épistémologiques. Leur caractéristique première est liée au degré d’incertitude qu’ils comportent et de leur plasticité à de multiples explications : scientifiques, expertes ou profanes. Ces risques émergents sont ceux induits par le développement de l’activité scientifique et industrielle, et qui sont susceptibles de provoquer, à terme, des effets néfastes sur l’environnement et la santé des personnes. Ces risques sont associés à des technologies, produits ou services pour lesquels la prévision des effets reste incertaine et seulement vérifiable à long terme. Les limites des savoirs reviennent en force au sein de la communauté scientifique elle-même : les mesures des dangers restent compréhensibles et maîtrisables pour des faits connus, mais le calcul des risques reste entaché d’incertitudes et d’imprévisibilité. Qu’ils soient d’origine naturelle ou anthropique, la compréhension des risques environnementaux invite néanmoins à appréhender conjointement des éléments de mesure (du danger, de l’aléa), le degré de vulnérabilité d’un milieu et d’une société vis-à-vis de ces menaces.

La science du risque à la croisée des savoirs

Si la notion de risque est une notion transversale à la plupart des disciplines scientifiques, l’interdisciplinarité (OCDE, 1972) n’est jamais aisée notamment lorsqu’elle repose sur la mise en commun des acquis des sciences physiques, de la chimie, biologie et les sciences de l’homme et de la société. A priori, le rapprochement de ces deux pôles n’est pas en soi automatique ni naturel. Les psychologues, sociologues ou historiens se réfèrent généralement à des théories « constructivistes » qui s’appuient sur les représentations sociales, les perceptions ou les relations entre acteurs sociaux. Les physiciens, géologues ou épidémiologistes vont adopter un point de vue « objectiviste » en partant du postulat que le risque peut être quantifié à l’aide d’indicateurs construits à cet effet. La « science du risque » est donc au cœur d’un double antagonisme : épistémologique sur le postulat adopté au départ de la démarche scientifique et méthodologique en fonction du type d’approche privilégiée (qualitative ou quantitative).

Pour autant, les enjeux associés aux risques environnementaux rappellent la nécessité d’une approche interdisciplinaire. Le recours à la notion de risque environnemental conduit à couvrir une variété de problèmes caractérisés par la rencontre entre la sphère environnementale et la sphère des activités humaines. Par exemple, le risque associé à la qualité de l’air intérieur rencontre à la fois des questions de mesures, d’usage et de politiques publiques. De fait, les enjeux environnementaux invitent à renouveler les analyses par disciplines car ils se caractérisent par leur caractère systémique, la présence d’incertitudes et la prégnance du long terme.

Développer l’art des interfaces

Les recherches sur l’environnement ont conduit les disciplines à aborder les objets qui leur étaient spécifiques, sous un angle nouveau, enrichi par les connaissances, méthodes et savoir-faire des autres disciplines. Néanmoins, cette démarche comporte un certain nombre de contraintes. La première repose sur l’intégration de connaissances et des traditions disciplinaires dans une démarche scientifique. Ce processus requiert de s’appuyer sur des pratiques fondées sur l’art des interfaces entre corpus disciplinaires et de fait, plusieurs formes de caractérisations du risque peuvent entrer en conflit. Par exemple, les approches intégratrices fondées sur la modélisation nécessitent de part et d’autres des disciplines de réduire voir simplifier le spectre d’analyse. La seconde contrainte repose sur les échantillonnages et les échelles de temps. Dans le cas des contraintes environnementales, les phénomènes d’accumulation, de transfert, les effets cocktails (que l’on rencontre par exemple sur la question de l’air intérieur) ou les effets synergiques des contaminants seront potentiellement différents en fonction de l’objet d’étude et de son périmètre. Enfin, se joue dans la question de l’évaluation des risques la hiérarchisation tacite des savoirs. Le terme d’« acceptabilité » souvent mobilisé dans les appels à projet pose d’emblée la variable sociétale comme une notion ad hoc distincte des autres savoirs. Dans le cas de la pollution des sols, le travail des historiens ou des sociologues s’avère essentiel pour appréhender les changements d’usage observés dans le temps mais cette dimension s’avère souvent mise en périphérie des autres disciplines. Si l’interrogation sur l’interdisciplinarité porte souvent sur « la combinaison des savoirs » pour répondre à un enjeu commun, les pratiques sont souvent le parent pauvre du questionnement.
Valérie Héquet, professeur en génie des procédés à l’IMT Atlantique, responsable de l’équipe Traitement Eau Air Métrologie au laboratoire GEPEA (Génie des procédés Environnement Agroalimentaire) et Sophie Bretesché, professeur de sociologie à l’IMT Atlantique et directrice de la chaire régionale RITE (Risques Technologiques Emergents).
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Comment l'aéroport de Paris-Orly gère la biodiversité ?
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Avril 2022
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Décret n° 2022-809 du 14 mai 2022 relatif à l'aide à l'acquisition ou à la location de taxis peu polluants accessibles en fauteuil roulant Lire
Arrêté du 12 mai 2022 portant création de comités sociaux d'administration et de formations spécialisées à la direction générale de l'aviation civile et à l'Ecole nationale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 11 avril 2022 portant approbation du plan de gestion des risques d'inondation du bassin Artois-Picardie Lire
Arrêté du 11 mai 2022 portant création d'une commission administrative paritaire compétente à l'égard des agents exerçant des fonctions d'encadrement supérieur et de direction au ministère chargé de la transition écologique, au ministère chargé de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales et au ministère chargé de la mer Lire
Arrêté du 10 mai 2022 portant agrément du laboratoire de l'usine de Parentis-en-Born de la Société CHEMVIRON pour effectuer le classement du charbon actif (N° ONU 1362) en vue de leur transport maritime en colis Lire
Décret n° 2022-795 du 9 mai 2022 relatif à la prise en charge bonifiée par le tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité des coûts de raccordement associés à l'ajout de certains équipements électriques d'utilisateurs raccordés en basse tension Lire
Décret n° 2022-794 du 5 mai 2022 mettant fin à l'inscription de sites inscrits au titre de l'article L. 341-1 du code de l'environnement, en raison de leur état de dégradation irréversible ou de leur couverture par une autre mesure de protection de niveau au moins équivalent, en application de l'article L. 341-1-2 du même code Lire
Arrêté du 5 mai 2022 portant nomination d'un directeur régional adjoint de l'environnement, de l'aménagement et du logement (région Nouvelle-Aquitaine) Lire
Arrêté du 3 mai 2022 modifiant l'arrêté du 24 octobre 2012 relatif à l'exploitation de services de transport aérien par la société Air France Lire
Décret n° 2022-780 du 4 mai 2022 relatif à l'audit énergétique mentionné à l'article L. 126-28-1 du code de la construction et de l'habitation Lire
Arrêté du 30 avril 2022 accordant la prolongation du permis exclusif de recherches de mines d'hydrocarbures conventionnels liquides ou gazeux, dit « permis de Leudon-en-Brie » (Marne et Seine-et-Marne), à la société Vermilion Moraine SAS Lire
Arrêté du 29 avril 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un recrutement sans concours d'adjoints techniques des administrations de l'Etat au ministère de la transition écologique Lire
Décret n° 2022-750 du 29 avril 2022 établissant la liste des communes dont l'action en matière d'urbanisme et la politique d'aménagement doivent être adaptées aux phénomènes hydrosédimentaires entraînant l'érosion du littoral Lire
Décret n° 2022-749 du 29 avril 2022 modifiant le décret n° 2021-153 du 12 février 2021 instaurant une aide en faveur des investissements relatifs aux installations de recharge rapide pour véhicules électriques sur les grands axes routiers Lire
Décret n° 2022-748 du 29 avril 2022 relatif à l'information du consommateur sur les qualités et caractéristiques environnementales des produits générateurs de déchets Lire
Décret n° 2022-661 du 25 avril 2022 relatif à la mise en place d'une aide sous forme de subvention à destination des entreprises à l'aval des exploitations agricoles touchées par les épisodes de gel survenus du 4 au 14 avril 2021 Lire
Décret n° 2022-642 du 25 avril 2022 modifiant le décret n° 93-1442 du 27 décembre 1993 approuvant les statuts de la Société anonyme de gestion de stocks de sécurité et précisant ses relations avec l'Etat Lire
Décret n° 2022-641 du 25 avril 2022 relatif à la prise en compte du risque de déforestation importée dans les achats de l'Etat Lire
Décret n° 2022-640 du 25 avril 2022 relatif au dispositif de certificats de production de biogaz Lire
Décret n° 2022-616 du 22 avril 2022 relatif à la procédure de déclaration sur une plateforme numérique par les importateurs, distributeurs ou autres metteurs sur le marché des biens et services soumis à certaines obligations d'affichage environnemental dont les dépenses publicitaires nettes annuelles sont supérieures ou égales à 100 000 euros Lire
À lire également
[Tribune] « La fonte de l’Arctique doit stimuler les investissements dans la durabilité en France »
[Tribune] « La fonte de l’Arctique doit stimuler les investissements dans la durabilité en France »
Pendant des millénaires, les anciens glaciers de l'Arctique s’érigeaient fièrement, mais leurs jours sont désormais comptés. À l'occasion de la journée de la Terre, Olafur Ragnar Grimsson, ancien président de l'Islande et président du jury du Prix Zayed pour la durabilité, évoque la fonte des glaciers en Arctique, les récentes observations du GIEC et l'insuffisance de l'investissement et des politiques menées en France en matière de transition énergétique. 
[Tribune] « Urgence climatique : c’est ici et maintenant »
[Tribune] « Urgence climatique : c’est ici et maintenant »
Alors que le GIEC a récemment, et une fois de plus, rendu un rapport alarmant sur la situation climatique et l’urgence d’agir et de s’adapter, force est de constater un étonnant manque de réaction politique que la situation ukrainienne n’explique pas seule. Pierre Verzat, président de Syntec-Ingénierie, revient sur les enjeux soulevés par le rapport du GIEC et sur le manque de réactions politiques suscitées.
Le Giec recommande une transformation durable de l'ensemble du système énergétique
Le Giec recommande une transformation durable de l'ensemble du système énergétique
Le troisième et dernier volet du sixième rapport du Giec dévoile une vision « d'un avenir plus sûr » porté par une électrification alimentée principalement par des énergies renouvelables. Cependant, il est nécessaire de sortir du statu quo marqué par la gestion néfaste des terres et les subventions aux énergies fossiles, afin de tendre vers ce monde idéal et réduire la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère.
[Tribune] Neutralité carbone, continuons, nous lèverons les obstacles
[Tribune] Neutralité carbone, continuons, nous lèverons les obstacles
Les industriels ont désormais le pied à l’étrier environnemental, c’est une certitude. Mais parce que la filière est d’abord un gigantesque écosystème, l’articulation de tous ses acteurs autour des enjeux de neutralité carbone dissimule encore quelques entraves. Patrick Rakotoson, président de la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de l’Essonne, évoque l'importance de la fertilisation croisée dans l’industrie-transition écologique, qui sera l’un des thèmes principaux de la nouvelle édition de Techinnov, événement de l’écosystème industriel, qui se déroulera à Paris le 23 mars prochain.
Trois nouveaux administrateurs renforcent Phytocontrol
Trois nouveaux administrateurs renforcent Phytocontrol
Patrick Gounelle, Philippe Pauze et Céline Pavard ont rejoint le groupe Phytocontrol des laboratoires spécialistes de la sécurité sanitaire des aliments et de l’environnement.
Glyphosate : une évaluation biaisée de la génotoxicité, alerte Générations futures
Glyphosate : une évaluation biaisée de la génotoxicité, alerte Générations futures
Classé comme « cancérigène probable pour l’Homme » par le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC), le glyphosate est présenté dans le rapport de renouvellement du glyphosate ( RAR) émanant de quatre États rapporteurs (France, Pays Bas, Suède et Hongrie) comme n'étant pas génotoxique. En pleine bataille sur la possible réintroduction de ce pesticide en Europe, l'ONG Générations futures s’est intéressée « à la question de la génotoxicité suspectée du glyphosate ».
Tribune | « La régénération des sols : une solution face à la crise agricole ? »
Tribune | « La régénération des sols : une solution face à la crise agricole ? »
La guerre a resurgi aux portes de l’Europe. Ses conséquences économiques imposent d’énormes défis à toute la chaîne d’approvisionnement alimentaire. Face à la flambée du prix des matières premières agricoles, on assiste à des prises de position antagonistes entre adeptes du « produire plus » et défenseurs de l’agroécologie. Bastien Sachet, directeur général de la fondation Earthworm, estime que le « productivisme et agroécologie […] se nourrissent l’un et l’autre ».
Tous les articles POLITIQUES
En partenariat avec
Événements
IAF 2022
28 Mai 2022
IFAT
30 Mai 2022
Assises Européennes de la Transition Energétique
31 Mai 2022
+ d'événements
Emploi
- CONDUCTEUR DE LIGNES H/F
- Chargé Gestion des Réseaux H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Ingénieur(e) en Diagnostic & Expertise des ouvrages F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.