Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Ce que nous vivons n'est pas une guerre

[Tribune] Ce que nous vivons n'est pas une guerre
Par Gwarr Greff, réalisateur du documentaire « L’âge de l’Anthropocène, des origines aux effondrements », le 23 mars 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, le réalisateur du documentaire "L’âge de l’Anthropocène, des origines aux effondrements", Gwarr Greff, réagit à la pandémie de Covid-19. Selon lui, il s’agit d’une conséquence de l’organisation mondialisée de nos sociétés. "Il est probable que l’écosystème Terre sache toujours générer de quoi revenir à un équilibre systémique, en attaquant les entités qui constituent une menace pour le plus grand nombre", écrit-il.

Ce que nous vivons n’est pas une guerre. Nous vivons un effondrement. Et pas simplement un effondrement des marchés boursiers, un effondrement de l’anthropocène.

Rappelons quelques chiffres. Dans nos campagnes, la population d’oiseaux a baissé de 30% en 20 ans à peine. En quelques semaines seulement, l’Australie perdait plus d’un milliard d’animaux dans les incendies. Une étude publiée dans la revue britannique Nature estime qu’un million d’espèces animales et végétales pourraient disparaître en raison du réchauffement climatique. Parallèlement à ces phénomènes d’effondrement de la biodiversité, on a récemment constaté le développement d’espèces envahissantes ou invasives. Algues tropicales, plantes toxiques exogènes, nombreux sont les exemples de perches dévastatrices, de champignons phytopathogènes et de papillons colononisateurs, qui déciment leur environnement, éradiquent des populations d’insectes, d’animaux, ou d’arbres jadis répandus dans nos campagnes.

Si l’agriculture intensive est bien connue pour favoriser le développement de propagules pathogènes et d’espèces invasives, il est avéré que le commerce international joue un rôle majeur dans leur propagation. Je me souviens avoir regardé, impuissant, les buis de mon jardin se faire dévorer par une pyrale invasive venue de Chine par bateau, avec des lots de buis pré-taillés par une main d’oeuvre bon marché. Mais le principal prédateur de ladite pyrale était le frelon asiatique, interdit de séjour en France depuis 2013.

La mondialisation en question

Le Covid-19 est également originaire de Chine et à nouveau, c’est notre organisation mondialiste qui fait de cette épidémie, une pandémie mondiale. Or, la pandémie est en soit, un effondrement sanitaire. Tout comme le méga-feu est un effondrement écologique qui fait de certaines espèces animales des espèces menacées, la pandémie est une menace pour l’être humain. Certes, tout sera fait pour éviter un effondrement massif de la population humaine.

Observons les mesures mises en place par l’ensemble de nos gouvernements, en dehors du confinement : fermeture du commerce hors alimentation, réduction des transports de marchandises à leur strict minimum, suppression des vols internationaux, blocage drastique de la circulation des véhicules personnels, généralisation du télétravail…  Même les écologistes les plus radicaux ne pouvaient rêver un tel scenario ! L’arrêt quasi total du transport, de la consommation, de l’import/export en quelques heures… L’émission zéro carbonne prévue pour 2050, à portée de la main en 2020 ! Alors qu’on peinait à trouver des finances pour la transition, voilà que s’annoncent des dizaines de millards pour sortir de la crise.

Un virus pour l’anthropocène

On parle même de réguler les marchés, de nationaliser les compagnies d’aviation en péril, de reprendre en main les hôpitaux… Cet épisode pandémique nous place face à nos responsabilités. Car quoi que l’on fasse, la Terre ne s’arrêtera pas de tourner, et il est probable que l’écosystème Terre sache toujours générer de quoi revenir à un équilibre systémique, en attaquant les entités qui constituent une menace pour le plus grand nombre. 

Au classement des menaces avérées pour l’écosystème, la première porte un nom : Homo Sapiens. Replaçons le virus dans le contexte de notre société, celui de l’anthropocène. Si le terme "Anthropocène" vous est totalement étranger, ou si vous l’avez volontairement rangé dans la commode des mots anxiogènes entre "Anthrax" et "Anthropophage", le documentaire "L’âge de l’anthropocène, des origines aux effondrements" est fait pour vous. L’Atecopol, un atelier constitué d’une centaine de chercheurs toulousains, a organisé de nombreuses conférences publiques, transdisciplinaires, permettant la constitution de ce documentaire scientifique synthétique.

Depuis début 2020, ces chercheurs ont défendu le film en prolongeant chaque projection d’un débat public. Confinement oblige, les diffusions en salle sont provisoirement suspendues, mais heureusement la production n’a pas hésité à mettre ce long métrage en accès libre sur internet. Si le documentaire a déjà été sélectionné dans plusieurs festivals, c’est sans doute qu’il est reconnu pour la qualité et la rigueur scientifique de son contenu. Certes, il n’est ici pas question de pandémie puisque le film a été achévé il y a plusieurs mois. Toutefois, les propos de Christophe Bonneuil, de Geneviève Azam ou encore de Maxime Combes et Pablo Servigne, nous éclairent sur cette façon effondrementiste d’envisager le future de notre société capitaliste.

Le Covid-19 constitue une pierre de plus à l’édifice du film, et non des moindre. Si l’homme persiste dans la mondialisation et dans l’asservissement de la nature, il n’est pas impossible que d’une façon ou d’une autre, la nature contre attaque. Une version du film avec sous-titrage en anglais et en VSM (format sourds et malentendants) est en cour de réalisation. De quoi s’instruire et préparer chez soi, ce que sera le monde d’après le confinement, d’après la pandemie, en attendant l’effondrement suivant.
Gwarr Greff / Crédit : Sergio Di
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] La chaleur perdue retrouve une seconde utilité
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Après plusieurs mois d’examen et la révision du texte en commission mixte paritaire, les députés et les sénateurs ont adopté définitivement ce mardi 20 juillet le projet de loi Climat et résilience. Le gouvernement salue le vote de cette loi qui fera « entrer l'écologie dans nos vies », tandis que les ONG environnementales dénoncent son « manque criant d’ambition ».
Ariel Weil : « Il faut une mobilisation générale pour dépolluer la Seine »
Ariel Weil : « Il faut une mobilisation générale pour dépolluer la Seine »
Pendant six mois, un groupe de travail composé de 15 élus parisiens a planché sur l'avenir de la Seine. Reconquête de ses berges, qualité de l'eau du fleuve, régulation des activités industrielles et portuaires... Ils viennent de rendre leur rapport à la maire de Paris, Anne Hidalgo. Tour d'horizon de cette mission d'information et d'évaluation avec l'un de ses membres, Ariel Weil, maire de Paris Centre, qui regroupe les quatre premiers arrondissements de la capitale.
[Tribune] Formation professionnelle : et si on parlait d’efficacité pédagogique pour favoriser l’employabilité ?
[Tribune] Formation professionnelle : et si on parlait d’efficacité pédagogique pour favoriser l’employabilité ?
Réformes de 2004, 2009, 2014, Loi travail 2016, réforme de 2018… Chaque gouvernement entend tout changer dans la formation professionnelle avec, en toile de fond, un enjeu majeur : l’employabilité. Anne-Lise Melki, directrice générale de Biotope évoque l'importance de la formation professionnelle et l'enjeu qu'elle représente dans le secteur de l’environnement qui cherche à former et recruter.
[Tribune] Mettre le développement durable au cœur du processus décisionnel des entreprises
[Tribune] Mettre le développement durable au cœur du processus décisionnel des entreprises
Le passage à des pratiques durables ne se fait pas du jour au lendemain. Il s’agit d’une évolution qui nécessite un engagement au plus haut niveau de l’entreprise et tout au long de la chaîne d’approvisionnement. Olivier Pasquier, Country Manager à Board France, évoque les données nécessaires pour prendre les décisions durables en interne.
Urgence climatique : que faut-il retenir du sixième rapport du GIEC ?
Urgence climatique : que faut-il retenir du sixième rapport du GIEC ?
Le Groupe d'experts intergouvernementaux sur l'évolution du climat (GIEC) a publié le 09 août son sixième rapport d'évaluation. Le document résume l'état actuel du climat et envisage la trajectoire du réchauffement climatique à travers différents scénarios avec et sans action climatique. Focus sur les points essentiels à retenir.
Anses : Éric Vial nommé à la tête de la direction de l’évaluation des risques
Anses : Éric Vial nommé à la tête de la direction de l’évaluation des risques
Éric Vial succède à Matthieu Schuler et prend la direction de l’évaluation des risques de l’Anses. Il coordonne les activités d’expertise scientifique sur les risques sanitaires liés à l’alimentation, l’environnement et le travail. 
[Enquête] Relance et climat : comment accélérer la cadence ? 
[Enquête] Relance et climat : comment accélérer la cadence ? 
La transition ne se fera pas en deux ans et la question du prolongement du plan de relance s’est posée dès son annonce. Depuis, Bruxelles a porté de 40 à 55 % l’objectif de baisse des rejets carbonés en 2030 par rapport à 1990. Financer la décarbonation paraît inconciliable avec le retour du déficit public à 3 % du PIB en 2025 que vise Paris.
Tous les articles POLITIQUES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.