Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Transition écologique : l’agroalimentaire n’a plus le choix !

Partager :
[Tribune] Transition écologique : l’agroalimentaire n’a plus le choix !
Par Louise Carrette, consultante confirmée Square, le 8 juin 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Louise Carrette, consultante confirmée Square, revient sur les enjeux environnementaux des entreprises agroalimentaires : "Consommateurs de plus en plus responsables, scandales sanitaires, politique RSE et réglementations... Les entreprises de l’agroalimentaire doivent opérer un réel revirement écologique pour rester dans la course", estime-t-elle.

Au fil des années, la prise de conscience environnementale au sein de la société se veut de plus en plus marquée. Le Français, désormais consommateur plus responsable, veut mieux manger tant pour sa santé que pour la préservation de l’environnement, quitte à changer ses habitudes et ses marques référentes.

Pour les entreprises, la question de la transition écologique s’inscrit comme une réelle problématique. Le secteur de l’agroalimentaire semble particulièrement concerné par ce sujet, notamment en raison des scandales sanitaires, du traitement animal et des ressources environnementales.

Les réglementations françaises et européennes sont également nombreuses à encadrer l’impact environnemental des entreprises.
En conséquence, les sociétés alimentaires auraient tout intérêt à s’engager et à effectuer au plus vite leur revirement écologique pour rester concurrentielles. La transition écologique s’inscrirait donc comme un réel levier de développement, tout comme l’a été le revirement digital dix ans plus tôt.

Une réelle pression de la part des parties prenantes

63% des Français font davantage confiance à une entreprise qui leur propose des produits durables et 67% déclarent avoir changé certaines de leurs pratiques au quotidien pour réduire l’impact de leur consommation (selon une étude du Baromètre GreenFelx - Ademe 2019). C’est un fait avéré, les consommateurs français sont de plus en plus regardants sur leur consommation et l’impact carbone des entreprises. Leurs exigences environnementales vis-à-vis des sociétés qui les nourrissent n’en sont que décuplées et les mauvais élèves sont régulièrement pointés du doigt.

Plus de transparence, moins de plastique, du local, du bio, du vrac... les attentes sont nombreuses. Et gare à ceux qui ne joueraient pas le jeu. Le nutriscore ou des applications comme Yuka informent et alertent les consommateurs quant au contenu des produits alimentaires ou même cosmétiques.

En somme, les besoins clients sont là et il est inutile d’essayer de duper le consommateur derrière de grandes promesses marketing. L’ère de la surconsommation aveugle s’achève petit à petit pour les consommateurs les plus avertis.

Rentrent également dans l’équation les différentes réglementations françaises et européennes qui se veulent de plus en plus strictes vis-à-vis de l’impact carbone des sociétés. Les lois NRE obligent les entreprises à rendre publiques leurs performances en matière de développement durable. C’est le cas des lois Grenelle par exemple, qui n’obligent certes pas les entreprises à réduire leur impact carbone mais qui les forcent en revanche à rendre publiques certaines de leurs données d’émission de CO2.

Attention donc à l’image de marque véhiculée à travers ces données transmises. Les amendes et taxes en cas de non-respect de la loi sont également très chères. La vigilance quant à ces données est donc de mise, les entreprises se doivent d’inclure le facteur environnemental dans leur stratégie de positionnement global.

Une belle récompense à la clé

Seulement, ces changements de business model ont également un coût élevé. Il est en effet parfois nécessaire de changer de matériel de production, d’opter pour des fournisseurs locaux mais plus chers, et de faire de multiples tests ou essais de recettes. Une addition qui s’annonce donc salée, surtout pour les PME qui ne disposent que de peu de moyens.

Pour autant, le calcul est intéressant. En effet, une étude a démontré que les entreprises vertueuses se portaient mieux en bourse. Elles surpasseraient même leurs concurrents de 5.5% sur 7 ans (Indice STOXX Climate Leaders). Il existe donc une corrélation positive entre l’engagement environnemental des entreprises et leur bonne santé financière.

La société Herta (groupe Nestlé) en est un bon exemple. En 2017, Herta a lancé son premier jambon sans nitrite (substance hautement controversée et cancérogène utilisée pour la conservation de la charcuterie). Les investissements engendrés pour développer ce produit ont été très coûteux selon Arnaud Belloy (PDG d’Herta France), notamment en raison des nombreux tests mis en place.

Pour autant, aujourd’hui le jambon sans nitrite occupe 3% des parts de marché de la charcuterie libre-service. Herta, en vendant ses produits sans nitrite de 10% à 15% plus chers que ses jambons classiques, a vu sa part de marché augmenter de +0,8 points. Il s’agit là d’une belle stratégie de diversification de gamme, même si la couleur des produits proposés (gris) en déroutent encore plus d’un.

Ainsi, malgré les coûts pouvant être engendrés par cette transition écologique, il semblerait que les entreprises soient au final gagnantes à anticiper au mieux les attentes des clients et la réglementation en vigueur.

Le retour sur investissement est tout à fait explicite: amélioration de l’image de marque (engendrant de meilleures ventes), diminution des taxes et enfin mise en place d’un modèle économique viable sur le long terme (diminution de la consommation énergétique et des déchets produits).

Ce constat est bien sûr à nuancer pour les entreprises de petites tailles pour lesquelles ces changements nécessitent plus d’efforts financiers et organisationnels. Tout comme ce fût le cas pour le revirement digital, le chemin vers la transition écologique pourra être long pour les PME.
Louise Carrette, consultante confirmée Square / DR
  [Vidéo] Le Covid, accélérateur de la transition écologique
+ de vidéos Environnement TV
Actu réglementaire
Arrêté du 16 septembre 2020 modifiant l'arrêté du 12 mai 2020 adaptant aux circonstances exceptionnelles liées à l'épidémie de covid-19 le programme et les modalités de mise en œuvre de la formation professionnelle initiale et continue des conducteurs du transport routier de marchandises et de voyageurs Lire
Arrêté du 16 septembre 2020 fixant les modalités de calcul et de remboursement de la somme forfaitaire due par les ingénieurs des études et de l'exploitation de l'aviation civile en cas de rupture de l'engagement à servir l'Etat souscrit lors de leur admission à l'Ecole nationale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 16 septembre 2020 fixant les modalités de calcul et de remboursement des sommes dues par les personnels de certains corps techniques relevant de la direction générale de l'aviation civile en cas de rupture de l'engagement à servir l'Etat souscrit lors de leur admission à l'Ecole nationale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 17 septembre 2020 relatif aux dispositions de l'avenant à l'accord-cadre interprofessionnel 2018-2021 conclu dans le cadre de l'interprofession des vins du Sud-Ouest et portant sur la cotisation interprofessionnelle 2020 Lire
Ordonnance n° 2020-1162 du 23 septembre 2020 relative aux conditions de travail des jeunes travailleurs de moins de dix-huit ans à bord des navires et à l'embarquement de personnes autres que gens de mer à des fins d'observation ou de mise en situation en milieu professionnel Lire
Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2020-1162 du 23 septembre 2020 relative aux conditions de travail des jeunes travailleurs de moins de dix-huit ans à bord des navires et à l'embarquement de personnes autres que gens de mer à des fins d'observation ou de mise en situation en milieu professionnel Lire
Décision du 14 septembre 2020 portant délégation de signature (direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages) Lire
Arrêté du 17 septembre 2020 relatif à l'institution du dispositif de pré marquage de gibier soumis à plan de chasse dans le département de la Haute-Savoie Lire
Arrêté du 10 mars 2020 modifiant l'arrêté du 17 octobre 2011 renouvelant les agréments de trois organismes pour la délivrance des certificats prévus à l'article R. 521-59 du code de l'environnement Lire
À lire également
Les multinationales pas assez préparées face au réchauffement climatique
Les multinationales pas assez préparées face au réchauffement climatique
Une étude rendue publique cet été indique que 77 % des multinationales interrogées se déclarent insuffisamment préparées aux répercussions financières du dérèglement climatique. Pourtant, rappelle l’enquête, seules les entreprises qui intègrent les aléas climatiques à leur stratégie tireront leur épingle du jeu.
Tout savoir sur : la Convention citoyenne pour le climat
Tout savoir sur : la Convention citoyenne pour le climat
La Convention citoyenne pour le climat a rendu ses conclusions en juin dernier. Quel est l’avenir de ses 149 propositions ? Eléments de réponse avec Laure Nguyen, avocate spécialisée en droit de l’environnement au sein du cabinet Hogan Lovells.
Plan de relance : 30 milliards d'euros pour la transition écologique
Plan de relance : 30 milliards d'euros pour la transition écologique
Ce jeudi 3 septembre, le gouvernement présente les grandes lignes de son plan de relance économique. Sur les 100 milliards d'euros prévus, une enveloppe de 30 milliards est consacrée à la transition écologique.
[Vidéo] Lubrizol, un an après
[Vidéo] Lubrizol, un an après
Le 26 septembre 2019, plus de neuf milles tonnes de produits chimiques partaient en fumée sur les sites industriels de Lubrizol et de Normandie Logistique à Rouen. Un an après, où en est-on ? L’équipe d’Environnement TV s’est rendue sur place.
Retour sur les faits marquants du premier semestre 2020
Retour sur les faits marquants du premier semestre 2020
Pour ne pas perdre le rythme cet été, la rédaction d'Environnement Magazine vous a concocté un petit cahier de vacances ! Sur la plage ou à la montagne, on révise l'actualité 2020 du secteur de l'environnement.
Yann Arthus-Bertrand : « La crise du Covid-19 révèle notre addiction à la croissance économique »
Yann Arthus-Bertrand : « La crise du Covid-19 révèle notre addiction à la croissance économique »
Le photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand est connu pour ses prises de position écologistes. En pleine préparation de son nouveau film, « Legacy », il nous livre son analyse de la crise sanitaire et économique actuelle, tout en esquissant quelques solutions de sortie de crise. Trois questions à l’auteur du best-seller « La Terre vue du ciel », qui dirige aujourd'hui la Fondation GoodPlanet.
Samedi 22 août, l'humanité a épuisé ses ressources naturelles
Samedi 22 août, l'humanité a épuisé ses ressources naturelles
Ce samedi 22 août, l'humanité aura consommé plus de ressources que la Terre peut fournir en une année. Le jour du dépassement intervient en 2020, trois semaines plus tard qu'en 2019.
Tous les articles POLITIQUES
Tous nos magazines
Accéder au kiosque
En partenariat avec
Événements
Salonvert
22 Septembre 2020
Congrès IDRRIM 2020
29 Septembre 2020
Salon Des Professionnels de l’Amiante
29 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Alternance Agent Assainissement - H/F
- Agent Travaux H/F
- Chef de chantier génie climatique
- Responsable d'opérations Aménagement F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.