Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Pour une viticulture responsable à la page du XXIème siècle !

Partager :
[Tribune] Pour une viticulture responsable à la page du XXIème siècle !
Par Thomas Lemasle – CEO & Cofondateur Oé, le 29 juin 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Thomas Lemasle, CEO & Cofondateur Oé, souligne l’intérêt pour le secteur viticole de s’adapter aux nouvelles attentes des consommateurs et aux nouveaux modes de consommation.

Alors que le plan d’aide à la viticulture vient d’être révélé par le gouvernement, la crise que nous venons de vivre invite le secteur à réinventer. 

La période actuelle bouleverse l’économie et les modes de consommation. Comme de nombreux secteurs, la viticulture française doit s’adapter. En tant que premier pays exportateur du monde, la France a les moyens de montrer l’exemple. Nos 142.000 viticulteurs font un travail formidable et offrent des vins d’exception. Mais ils peuvent aller plus loin en proposant des cultures plus durables et plus en adéquation avec les attentes des consommateurs. C’est l’une des conditions pour moderniser un modèle et renouer avec l’âge d’or de la viticulture française ! 

Le consommateur a les cartes en main pour faire évoluer la filière 

Premier constat, le Covid-19 a accéléré certaines tendances de consommation. Tout d’abord, un retour à l’essentiel avec une priorité claire donnée à la qualité et au local. 2/3 des Français révèlent faire le choix de produits responsables et 54% sont prêts à basculer dans un monde où la consommation alimentaire deviendrait 100% locale. C’est également ce que confirme l’engouement pour le bio, avec une hausse de 25% des ventes lors du confinement. Ces chiffres parlent d’eux-mêmes. Ils traduisent l’envie des Français d’accéder à des produits plus naturels, plus vertueux. 

Cette évolution des pratiques doit se renforcer. Ce sont les consommateurs qui feront bouger les lignes et inciteront les acteurs de la viticulture à se renouveler. Le secteur en a particulièrement besoin. Le raisin est en effet le fruit le plus « pesticidé ». Il représente moins de 4% de l’agriculture et plus de 20% des pesticides. Mais au-delà des conditions de production, c’est l’ensemble du modèle que le consommateur doit promouvoir. Soyons clairs. Être responsable, c’est être cohérent. Acheter un vin bio du Chili ou d’Argentine, n’a pas de sens sur le plan écologique. Si le consommateur souhaite être responsable, il doit se tourner vers des produits qui le sont intégralement, du mode de production au packaging, en passant par son impact en termes de CO2 sur la planète. Si le consommateur veut faire évoluer les pratiques, il doit donc de soutenir LA bio et non le bio ! 

Créer les conditions d’un modèle adapté aux nouveaux modes de consommation 

Si c’est au consommateur d’impulser le changement, le monde du vin doit également se mettre à la page. Peut-être par conviction, mais aussi par intérêt. La viticulture intensive provoque des pertes sur la biodiversité pouvant atteindre 90% pour certaines espèces. Autant adopter une approche durable et faire évoluer le modèle pour satisfaire les demandes des consommateurs... et de l’environnement. Il existe déjà des mesures facilement applicables pour encourager un « retour à la nature ». Par exemple, utiliser un papier recyclé pour les étiquettes, ou encore installer des nichoirs à chauve-souris et à mésanges qui sont des espèces pouvant faire office d’insecticide naturel. Ce type d’initiative ne coûte pas plus cher et reste facile à mettre en œuvre. Commençons par-là pour entreprendre la réflexion, ensemble, tous acteurs confondus, sur la manière de produire. 

Enfin, il faut permettre aux consommateurs d’y voir plus clair dans la jungle des labels. L’idée, leur permettre de faire leur choix en toute connaissance de cause. Entre bio, HVE, biodynamique, naturel, difficile de s’y retrouver. C’est pourquoi, ces labels gagneraient à être plus complets, plus riches. Ils pourraient ainsi considérer le produit dans son entièreté, de la qualité du grain au matériau utilisé pour la fabrication du bouchon. Par ailleurs, il faut aider financièrement et en termes d’ingénierie les vignerons qui le souhaitent à se convertir au bio. On pourrait notamment envisager une prime à la conversion, à l’image de ce qui se fait lorsqu’on achète une voiture plus propre. Des aides existent, mais elles pourraient être plus incitatives et plus simples à obtenir. Cela permettrait aux vignerons de faire le choix du bio et d’en surmonter les contraintes. 

Par conséquent, la viticulture dispose d’une opportunité unique pour proposer un modèle avant-gardiste, qui répondra aux demandes des consommateurs d’aujourd’hui et de demain. C’est en associant tous les acteurs de la filière et en leur faisant prendre conscience qu’ils ont tout à  gagner à évoluer, qu’on pourra inventer une viticulture à la hauteur des enjeux du XXIème siècle ! 
Thomas Lemasle – CEO & Cofondateur Oé
  [Vidéo] Le Covid, accélérateur de la transition écologique
+ de vidéos Environnement TV
Actu réglementaire
Arrêté du 16 septembre 2020 modifiant l'arrêté du 12 mai 2020 adaptant aux circonstances exceptionnelles liées à l'épidémie de covid-19 le programme et les modalités de mise en œuvre de la formation professionnelle initiale et continue des conducteurs du transport routier de marchandises et de voyageurs Lire
Arrêté du 16 septembre 2020 fixant les modalités de calcul et de remboursement de la somme forfaitaire due par les ingénieurs des études et de l'exploitation de l'aviation civile en cas de rupture de l'engagement à servir l'Etat souscrit lors de leur admission à l'Ecole nationale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 16 septembre 2020 fixant les modalités de calcul et de remboursement des sommes dues par les personnels de certains corps techniques relevant de la direction générale de l'aviation civile en cas de rupture de l'engagement à servir l'Etat souscrit lors de leur admission à l'Ecole nationale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 17 septembre 2020 relatif aux dispositions de l'avenant à l'accord-cadre interprofessionnel 2018-2021 conclu dans le cadre de l'interprofession des vins du Sud-Ouest et portant sur la cotisation interprofessionnelle 2020 Lire
Ordonnance n° 2020-1162 du 23 septembre 2020 relative aux conditions de travail des jeunes travailleurs de moins de dix-huit ans à bord des navires et à l'embarquement de personnes autres que gens de mer à des fins d'observation ou de mise en situation en milieu professionnel Lire
Rapport au Président de la République relatif à l'ordonnance n° 2020-1162 du 23 septembre 2020 relative aux conditions de travail des jeunes travailleurs de moins de dix-huit ans à bord des navires et à l'embarquement de personnes autres que gens de mer à des fins d'observation ou de mise en situation en milieu professionnel Lire
Décision du 14 septembre 2020 portant délégation de signature (direction de l'habitat, de l'urbanisme et des paysages) Lire
Arrêté du 17 septembre 2020 relatif à l'institution du dispositif de pré marquage de gibier soumis à plan de chasse dans le département de la Haute-Savoie Lire
Arrêté du 10 mars 2020 modifiant l'arrêté du 17 octobre 2011 renouvelant les agréments de trois organismes pour la délivrance des certificats prévus à l'article R. 521-59 du code de l'environnement Lire
À lire également
[Vidéo] Produrable 2020 : sur la voie de la prospérité
[Vidéo] Produrable 2020 : sur la voie de la prospérité
Le salon Produrable a accueilli 8.307 participants les 7 et 8 septembre 2020. Un chiffre constant malgré le contexte sanitaire. L'équipe d'Environnement Magazine s'y est rendue et a rencontré la fondatrice et directrice du salon, Cécile Colonna d'Istria.
Plan de relance : 30 milliards d'euros pour la transition écologique
Plan de relance : 30 milliards d'euros pour la transition écologique
Ce jeudi 3 septembre, le gouvernement présente les grandes lignes de son plan de relance économique. Sur les 100 milliards d'euros prévus, une enveloppe de 30 milliards est consacrée à la transition écologique.
[Tribune] Comment le gouvernement entend-il concilier décarbonation et relance du secteur industriel ?
[Tribune] Comment le gouvernement entend-il concilier décarbonation et relance du secteur industriel ?
L'avocat au cabinet Enerlex, Mathieu Toret, réagit au plan de relance annoncé par le gouvernement la semaine dernière. Selon lui, "l’objectif du gouvernement sera d’accompagner financièrement les sites industriels identifiés comme les plus émetteurs afin de réduire les émissions de gaz à effet de serre en développant des projets de transformation écologique".​
Tout savoir sur : la Convention citoyenne pour le climat
Tout savoir sur : la Convention citoyenne pour le climat
La Convention citoyenne pour le climat a rendu ses conclusions en juin dernier. Quel est l’avenir de ses 149 propositions ? Eléments de réponse avec Laure Nguyen, avocate spécialisée en droit de l’environnement au sein du cabinet Hogan Lovells.
Les multinationales pas assez préparées face au réchauffement climatique
Les multinationales pas assez préparées face au réchauffement climatique
Une étude rendue publique cet été indique que 77 % des multinationales interrogées se déclarent insuffisamment préparées aux répercussions financières du dérèglement climatique. Pourtant, rappelle l’enquête, seules les entreprises qui intègrent les aléas climatiques à leur stratégie tireront leur épingle du jeu.
Yann Arthus-Bertrand : « La crise du Covid-19 révèle notre addiction à la croissance économique »
Yann Arthus-Bertrand : « La crise du Covid-19 révèle notre addiction à la croissance économique »
Le photographe et réalisateur Yann Arthus-Bertrand est connu pour ses prises de position écologistes. En pleine préparation de son nouveau film, « Legacy », il nous livre son analyse de la crise sanitaire et économique actuelle, tout en esquissant quelques solutions de sortie de crise. Trois questions à l’auteur du best-seller « La Terre vue du ciel », qui dirige aujourd'hui la Fondation GoodPlanet.
Michel Gioria : « Nous voulons supprimer les  zones blanches  de la transition écologique en Ile-de-France »
Michel Gioria : « Nous voulons supprimer les "zones blanches" de la transition écologique en Ile-de-France »
Alors que le gouvernement vient de dévoiler son plan de relance post-Covid-19, l'Ademe Ile-de-France se mobilise pour aider les entreprises de la transition écologique et les collectivités locales à traverser cette période charnière. Rencontre avec son directeur, Michel Gioria.
Tous les articles POLITIQUES
Tous nos magazines
Accéder au kiosque
En partenariat avec
Événements
Salonvert
22 Septembre 2020
Congrès IDRRIM 2020
29 Septembre 2020
Salon Des Professionnels de l’Amiante
29 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Alternance Agent Assainissement - H/F
- Agent Travaux H/F
- Chef de chantier génie climatique
- Responsable d'opérations Aménagement F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.