Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Pour une viticulture responsable à la page du XXIème siècle !

Partager :
[Tribune] Pour une viticulture responsable à la page du XXIème siècle !
Par Thomas Lemasle – CEO & Cofondateur Oé, le 29 juin 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Cette semaine, Thomas Lemasle, CEO & Cofondateur Oé, souligne l’intérêt pour le secteur viticole de s’adapter aux nouvelles attentes des consommateurs et aux nouveaux modes de consommation.

Alors que le plan d’aide à la viticulture vient d’être révélé par le gouvernement, la crise que nous venons de vivre invite le secteur à réinventer. 

La période actuelle bouleverse l’économie et les modes de consommation. Comme de nombreux secteurs, la viticulture française doit s’adapter. En tant que premier pays exportateur du monde, la France a les moyens de montrer l’exemple. Nos 142.000 viticulteurs font un travail formidable et offrent des vins d’exception. Mais ils peuvent aller plus loin en proposant des cultures plus durables et plus en adéquation avec les attentes des consommateurs. C’est l’une des conditions pour moderniser un modèle et renouer avec l’âge d’or de la viticulture française ! 

Le consommateur a les cartes en main pour faire évoluer la filière 

Premier constat, le Covid-19 a accéléré certaines tendances de consommation. Tout d’abord, un retour à l’essentiel avec une priorité claire donnée à la qualité et au local. 2/3 des Français révèlent faire le choix de produits responsables et 54% sont prêts à basculer dans un monde où la consommation alimentaire deviendrait 100% locale. C’est également ce que confirme l’engouement pour le bio, avec une hausse de 25% des ventes lors du confinement. Ces chiffres parlent d’eux-mêmes. Ils traduisent l’envie des Français d’accéder à des produits plus naturels, plus vertueux. 

Cette évolution des pratiques doit se renforcer. Ce sont les consommateurs qui feront bouger les lignes et inciteront les acteurs de la viticulture à se renouveler. Le secteur en a particulièrement besoin. Le raisin est en effet le fruit le plus « pesticidé ». Il représente moins de 4% de l’agriculture et plus de 20% des pesticides. Mais au-delà des conditions de production, c’est l’ensemble du modèle que le consommateur doit promouvoir. Soyons clairs. Être responsable, c’est être cohérent. Acheter un vin bio du Chili ou d’Argentine, n’a pas de sens sur le plan écologique. Si le consommateur souhaite être responsable, il doit se tourner vers des produits qui le sont intégralement, du mode de production au packaging, en passant par son impact en termes de CO2 sur la planète. Si le consommateur veut faire évoluer les pratiques, il doit donc de soutenir LA bio et non le bio ! 

Créer les conditions d’un modèle adapté aux nouveaux modes de consommation 

Si c’est au consommateur d’impulser le changement, le monde du vin doit également se mettre à la page. Peut-être par conviction, mais aussi par intérêt. La viticulture intensive provoque des pertes sur la biodiversité pouvant atteindre 90% pour certaines espèces. Autant adopter une approche durable et faire évoluer le modèle pour satisfaire les demandes des consommateurs... et de l’environnement. Il existe déjà des mesures facilement applicables pour encourager un « retour à la nature ». Par exemple, utiliser un papier recyclé pour les étiquettes, ou encore installer des nichoirs à chauve-souris et à mésanges qui sont des espèces pouvant faire office d’insecticide naturel. Ce type d’initiative ne coûte pas plus cher et reste facile à mettre en œuvre. Commençons par-là pour entreprendre la réflexion, ensemble, tous acteurs confondus, sur la manière de produire. 

Enfin, il faut permettre aux consommateurs d’y voir plus clair dans la jungle des labels. L’idée, leur permettre de faire leur choix en toute connaissance de cause. Entre bio, HVE, biodynamique, naturel, difficile de s’y retrouver. C’est pourquoi, ces labels gagneraient à être plus complets, plus riches. Ils pourraient ainsi considérer le produit dans son entièreté, de la qualité du grain au matériau utilisé pour la fabrication du bouchon. Par ailleurs, il faut aider financièrement et en termes d’ingénierie les vignerons qui le souhaitent à se convertir au bio. On pourrait notamment envisager une prime à la conversion, à l’image de ce qui se fait lorsqu’on achète une voiture plus propre. Des aides existent, mais elles pourraient être plus incitatives et plus simples à obtenir. Cela permettrait aux vignerons de faire le choix du bio et d’en surmonter les contraintes. 

Par conséquent, la viticulture dispose d’une opportunité unique pour proposer un modèle avant-gardiste, qui répondra aux demandes des consommateurs d’aujourd’hui et de demain. C’est en associant tous les acteurs de la filière et en leur faisant prendre conscience qu’ils ont tout à  gagner à évoluer, qu’on pourra inventer une viticulture à la hauteur des enjeux du XXIème siècle ! 
Thomas Lemasle – CEO & Cofondateur Oé
  [Vidéo] La reprise : à quel prix ?
Alors que la France est entrée en début de semaine dans la phase 2 du déconfinement, l'écologie sera-t-elle la grande oubliée de la relance post-Covid ?
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Avis relatif à l'extension d'un accord professionnel conclu dans le cadre de la convention collective nationale du personnel des entreprises de restauration de collectivités Lire
Avis relatif à l'extension d'un accord conclu dans le cadre de la convention collective nationale de la plasturgie Lire
Arrêté du 6 juillet 2020 portant délégation de signature (cabinet du ministre délégué auprès de la ministre de la transition écologique, chargé des transports) Lire
Arrêté du 7 juillet 2020 portant délégation de signature (bureau du cabinet du ministre de l'agriculture et de l'alimentation) Lire
Arrêté du 6 juillet 2020 portant délégation de signature (bureau des cabinets) Lire
À lire également
Troisième projet de loi de finances rectificative : les ONG plaident pour une reprise verte et solidaire
Troisième projet de loi de finances rectificative : les ONG plaident pour une reprise verte et solidaire
Alors que le troisième projet de loi de finances rectificative est présenté ce mercredi 10 juin en Conseil des ministres, le Réseau action climat établit une liste de recommandations pour un plan de relance verte.
Bpifrance lance l'outil de diagnostic « Diag Eco-Flux » pour les entreprises
Bpifrance lance l'outil de diagnostic « Diag Eco-Flux » pour les entreprises
Bpifrance et l'Agence de la transition écologique (Ademe) ont lancé ce mardi 30 juin, le dispositif « Diag Eco-Flux ».
La création d'un « crime d'écocide » ne peut être soumise à référendum
La création d'un « crime d'écocide » ne peut être soumise à référendum
La ministre de la Justice Nicole Belloubet a déclaré ce mercredi 24 juin qu'il n'était pas pas possible de soumettre au référendum la proposition de la Convention citoyenne pour le climat de créer un « crime d'écocide », lors des questions au gouvernement au Sénat.
Recul du trait de côte : « Les communes littorales ne sont pas toutes logées à la même enseigne »
Recul du trait de côte : « Les communes littorales ne sont pas toutes logées à la même enseigne »
Les conséquences du dérèglement climatique sur l’évolution du trait de côte sont parmi les plus spectaculaires. Les phénomènes de submersion marine et d’érosion côtière, dus à l’élévation du niveau des mers et des océans, impactent déjà et impacteront durablement tout le littoral français. Les élus des collectivités locales concernées doivent mettre en œuvre des stratégies adaptées de gestion du trait de côte. Rencontre avec Boris Leclerc, expert en risques hydrauliques et en aménagement au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema).
Un collectif lance un appel pour accompagner les TPE et PME dans une relance verte
Un collectif lance un appel pour accompagner les TPE et PME dans une relance verte
Un collectif d'associations et acteurs économiques ont lancé le 5 juin dernier, une campagne pour la relance verte intitulée « comprendre et agir tous ensemble ». Ce lundi 22 juin, ce collectif a lancé un appel à l'action à destination des entrepreneurs.
La relance ne doit pas oublier le climat, prévient le Haut Conseil
La relance ne doit pas oublier le climat, prévient le Haut Conseil
Les premières mesures d'urgence pour redresser l'économie n'intègrent pas suffisamment l'enjeu climatique, qui devra être mieux pris en compte dans le plan global de relance, avertit mercredi le Haut conseil pour le climat dans son rapport annuel.
Le Sénat veut une relance verte, décentralisée et européenne
Le Sénat veut une relance verte, décentralisée et européenne
Sortir du « centralisme jacobin », relocaliser en Europe, améliorer la compétitivité des entreprises, s’appuyer sur la transition énergétique : la commission des affaires économiques du Sénat a présenté mercredi ses propositions pour le plan de relance après l’épidémie.
Tous les articles POLITIQUES
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
EXPOBIOGAZ
2 Septembre 2020
EXPOBIOGAZ
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
2 Septembre 2020
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
+ d'événements
Emploi
- Dessinateur industriel H/F - Cognac (16)
- Alternance - Chargé(e) de Prévention Santé et Sécurité
- Jardinier / Jardinière
- INGENIEUR CHIMISTE EXPLOITATION F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.