Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] Affecter du gaz vert à la construction neuve : utopie ou réalité ?

[Tribune] Affecter du gaz vert à la construction neuve : utopie ou réalité ?
Bernard Aulagne, président de Coénove. Crédits : DR
Par Bernard Aulagne, le 15 février 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le président de Coénove, Bernard Aulagne, évoque l’utilité et les bienfaits du gaz vert pour répondre aux efforts d’efficacité énergétique, de rénovation et plus largement la recherche de l’atteinte de la neutralité carbone.

Alors que la RE2020, dont les derniers "ajustements" se font toujours attendre, occulte la prise en compte du gaz renouvelable, une question revient régulièrement : pourquoi exclure le gaz vert de la construction neuve et le réserver à la décarbonation du parc existant ?
Rappelons que la volonté de proposer du gaz vert aux futurs acquéreurs de logements permet avant tout de leur apporter une offre élargie de chauffage décarboné tout en limitant le recours à l’électricité en période de pointe.

Chauffage au gaz, de quoi parle-t-on ?

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
À date, 11,5 millions de logements sont chauffés au gaz, faisant de cette énergie la première source de chauffage des Français. En termes de consommation annuelle, cela représente environ 150 TWh pour le parc résidentiel, soit le tiers de la consommation de gaz annuelle s’établissant autour de 460 TWh.

Face à ces chiffres impressionnants, l’idée de fournir du gaz vert à des logements nouvellement construits pourrait apparaitre trop ambitieuse. Il n’en est rien, car les efforts d’efficacité énergétique, de rénovation et plus largement la recherche de l’atteinte de la neutralité carbone en 2050, vont faire baisser drastiquement les consommations du parc existant et libérer ainsi de la capacité.

L’efficacité énergétique et la rénovation en 1ère ligne

À l’horizon 2050, la consommation moyenne cible du parc de logements devra être réduite au niveau BBC rénovation, soit une consommation unitaire pour le chauffage gaz de 50 kWh/m² par an (voire 20 selon le type de système utilisé : équipement gaz renouvelable – solaire, PAC élec-chaudière gaz renouvelable et/ou équipement de chauffage/eau chaude 100% gaz renouvelable). Ainsi, alors qu’elle est aujourd’hui de 13 MWh/an, la consommation unitaire moyenne du parc chauffé au gaz, renouvelable bien évidemment, sera en 2050 de 3 MWh/an.

À ce niveau de consommation, chauffer au gaz un parc de 11,5 M logements en 2050 ressort à 34,5 TWh, ce qui est tout à fait compatible avec le niveau bas de la demande de gaz établie dans la SNBC, soit 35 TWh. Nous sommes bien loin des 150 TWh consommés aujourd’hui et l’ensemble des démarches engagées par la filière, telles son adhésion à la Charte Engagés pour Faire dès 2019 ou encore le développement de l’outil Mon Etiquette Chaudière, montre la volonté concrète de contribuer à la réduction effective des consommations.

Gisement et consommations en totale adéquation

Cette consommation réduite, ou plutôt optimisée, permet sans difficulté de trouver une place pour le gaz vert dans la construction neuve. En effet, en se basant sur les exigences de la RE2020 et en considérant que les réglementations à venir ne feront qu’augmenter les exigences, on peut considérer, pour les logements neufs sur la période 2020-2050, une consommation unitaire en moyenne, de 1,5 MWh/an.

Même en maintenant un rythme de logements neufs chauffés au gaz renouvelable de 100 000 / an, soit 3M sur la période, la consommation de ces 3 millions de logements « neufs » correspondrait 3 à 5 TWh/an de gaz vert. Ces quelques TWh représentent donc un volume négligeable de l’ordre de 1 à 2% par rapport à la consommation cible SNBC en 2050, par ailleurs marginal par rapport aux potentiels de gaz verts à cet horizon.
Le développement des gaz : un essor incontestable

Mais quel est concrètement l’ordre de grandeur de ce potentiel en 2050 ?

L’étude référence de l’Ademe « un mix de gaz 100% renouvelable en 2050 ? » fait part d’un gisement théorique de 460 TWh dont 30% seraient issus de la filière de la méthanisation des déchets organiques, déjà bien établie sur le territoire.

140 TWh pourrait ainsi être produits par la filière de la méthanisation, répondant à elle seule plus que largement aux besoins du parc rénové et neuf à cet horizon et même plus largement à l’ensemble des consommations de gaz renouvelables envisagées par la SNBC dans son scénario bas à 121 TWh PCI.

Au-delà du potentiel identifié par l’Ademe, intéressons-nous à ce qui se passe depuis le lancement de la filière d’injection de biométhane en 2011. Pour l’année 2020 ce ne sont pas moins de 91 nouveaux sites qui injectent, portant le nombre total de site en fonctionnement à 214 pour une capacité de production de 4 TWh/an environ (+75% vs 2019). Concernant les contrats signés, au 1er février 2021 selon les chiffres du Ministère, 13 TWh/an supplémentaires sont actés et viennent confirmer le dynamisme de cette filière.

N’en déplaise à ceux qui voudraient minimiser la production de gaz vert sur notre territoire, la dynamique est bel et bien en marche et nous ne parlons là pour l’instant que de la méthanisation à laquelle il convient de rajouter les autres modes de production de gaz renouvelables en cours de développement, que sont la pyrogazéification, la gazéification hydrothermale ou encore à un pas de temps un peu plus éloigné, l’hydrogène via le power-to-gas.

En conclusion... 

Au regard du développement actuel des gaz renouvelables, du potentiel disponible sur notre territoire, des baisses importantes de consommation dans le parc existant et de la consommation optimisée des logements neufs du fait de réglementations de plus en plus ambitieuses, le gaz vert a bien sa place dans les logements neufs. Affirmer autre chose, c’est méconnaître les chiffres, ou simplement chercher de fausses excuses pour sortir le gaz du bâtiment neuf…

Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Tribune] L'économie circulaire : réalité ou idéologie au sein des entreprises ?
[Tribune] L'économie circulaire : réalité ou idéologie au sein des entreprises ?
Sylvie Boisanté, responsable Qualité et Développement Durable chez Brother France, insiste sur la prise en compte du cycle de vie des produits utilisés pour un réel impact positif sur l’environnement. « Le recyclage n’est que l’une des pierres de l’édifice de l’économie circulaire », déclare-t-elle.
[Tribune] : Appel pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris
[Tribune] : Appel pour atteindre les objectifs de l’accord de Paris
L'Association des professionnels en Conseil Climat Énergie et Environnement (APCC), présente les mesures à prendre dans le cadre du projet de loi Climat et résilience, pour rester sous la barre des 2°C de réchauffement climatique.
La Banque des Territoires accompagnera la rénovation énergétique de 1.000 écoles d'ici deux ans
La Banque des Territoires accompagnera la rénovation énergétique de 1.000 écoles d'ici deux ans
Diagnostics techniques, expertises, financements... La Banque des Territoires vient d'annoncer qu'elle proposera aux communes du plan « Action cœur de ville » une nouvelle offre d'accompagnement complet dans le but de rénover énergétiquement 1.000 écoles d'ici deux ans.
[Tribune] Industrie et économie circulaire, c’est possible !
[Tribune] Industrie et économie circulaire, c’est possible !
Lionel Limousy, directeur de l’Institut Carnot MICA, évoque les problématiques soulevées par la crise sanitaire et présente l'économie circulaire comme un modèle d’avenir capable de répondre à ces enjeux sociétaux.
Le Sénat appelle le gouvernement à accélérer l’application de la loi Énergie-Climat
Le Sénat appelle le gouvernement à accélérer l’application de la loi Énergie-Climat
Alors que la loi Climat et résilience a été adoptée en première lecture à l’Assemblée nationale ce mardi 04 mai, le Sénat appelle le gouvernement à précipiter le processus d’application de la loi Énergie-Climat adoptée fin 2019.
[Publi-dossier] Pour Philip Morris International il n’y a pas de durabilité sans responsabilité et résultats
[Publi-dossier] Pour Philip Morris International il n’y a pas de durabilité sans responsabilité et résultats
[Publi-dossier] Au-delà de se transformer pour arrêter de vendre des cigarettes, le groupe PMI agit dans une perspective durable. Il figure sur la liste du CDP triple A pour son action en faveur du climat, de la gestion de l’eau et des forêts.
Justice climatique : l’État brésilien attaqué en justice par six jeunes militants
Justice climatique : l’État brésilien attaqué en justice par six jeunes militants
Six jeunes militants pour le climat poursuivent l’État brésilien en justice devant la Cour suprême. Selon eux, le gouvernement a présenté un engagement climatique moins ambitieux pour l'Accord de Paris.
Tous les articles POLITIQUES
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.