Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu

POLITIQUES
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] La reprise sera digitale !

[Tribune] La reprise sera digitale !
Matthieu Chollet Directeur Commercial chez Diligent. Crédits : Diligent
Par Matthieu Chollet, Directeur Commercial chez Diligent, le 28 octobre 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La gouvernance moderne a connu une évolution très rapide. A tel point qu’elle représente aujourd’hui une opportunité de générer des avantages concurrentiels tout en évitant les problèmes de compréhension et de processus. Matthieu Chollet Directeur Commercial chez Diligent, examine comment les entreprises qui ont été les premières à adopter et incarner la gouvernance moderne en ont fait un avantage concurrentiel.

L’importance et le besoin d’une gouvernance moderne ont pris beaucoup d’ampleur ces dernières années. À tel point que ceux qui n’ont pas mis en œuvre ces procédures se retrouveront rapidement avec un défaut de connaissances et de méthodes. Un problème que leurs concurrents ne risquent pas d’avoir avec des coûts qu’ils n’ont pas à payer.

Diligent, leader mondial de la gouvernance, du risk management et de la compliance, offer des solutions de gouvernance moderne à 74% des entreprises du classement Fortune 1 000, mais qu’est-ce que la gouvernance moderne et qu’apporte-t-elle à ces entreprises ?

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La gouvernance moderne consiste à donner aux dirigeants les moyens d’utiliser la technologie, les connaissances et les méthodes nécessaires à la bonne gouvernance dont les organisations ont besoin pour prospérer et perdurer. Ce terme a été inventé par Diligent.

La nature volatile des marchés internationaux, exacerbée par les récents événements mondiaux tels que le COVID et la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine, a conduit de nombreux propriétaires d’entreprises à s’interroger plus profondément sur ce qui se passe sous la surface de leurs protocoles de gouvernance.

Quels coûts inutiles paient-ils ? Quelles opportunités ont été manquées ? Leur entreprise est-elle suffisamment agile pour répondre à la prochaine crise ? Avons-nous adopté la transformation numérique de manière efficace ? Pouvons-nous résister à une cyberattaque ? Telles sont les questions que tous les chefs d’entreprise devraient se poser.

Une étude récente menée par l’Institut Diligent a révélé que les crises d’entreprise alimentées par des déficits de gouvernance ont détruit environ 418 milliards d’euros de valeur pour les actionnaires, un an après la crise. Les entreprises en question ont sous-performé dans leur secteur de 35 % en moyenne[1].

Dans une autre étude menée sur une période de deux ans, les entreprises dotées d’un gouvernement d’entreprise solide - les 20 % les plus performants - ont dépassé les 20 % les moins performants de 17 points (ou 15 %)[2].

Gérer les risques dans un climat économique instable
Une gouvernance d’entreprise solide est essentielle pour les entreprises qui cherchent à maintenir des performances élevées et éviter des crises dévastatrices. Le coût des mauvaises pratiques de gouvernance est élevé et peut atteindre les milliards d’euros. De manière constante, les entreprises qui présentent des défauts de gouvernance obtiennent de moins bons résultats que leurs homologues qui adhèrent à une gouvernance moderne - et elles sont moins performantes que la moyenne de leur secteur, comme indiqué ci-dessus.

Associée à la transformation numérique, la gouvernance moderne favorise l’excellence opérationnelle. C’est, de loin, le moyen le plus efficace pour les entreprises d’atténuer les risques présentés par des climats économiques volatils ; étant désormais équipées des outils nécessaires pour répondre de manière significative et opportune, en protégeant les intérêts des parties prenantes.

Il est clair que toutes les entreprises doivent s’engager dans la numérisation de leur gouvernance moderne et, en définitive, faire plus avec moins. Le choix des consommateurs étant désormais extrêmement vaste, les entreprises n’ont pas le droit à l’erreur. En particulier celles qui fragilisent les entreprises dans le cas d’une cyberattaque ou d’une violation de données, où le consommateur d’une entreprise est également exposé à la menace, et où l’impact sur les actionnaires et les parties prenantes est ensuite rendu public instantanément. Sans les procédures appropriées en place, les entreprises touchées auront du mal à réagir et à s’adapter.

Dans cette idée, on voit clairement comment des pratiques de gouvernance médiocres ou dépassées peuvent entraîner des pertes de revenus importantes et des opportunités manquées. En juillet 2021, Amazon a annoncé dans son rapport annuel que l’entreprise avait été condamnée à payer une amende RGPD de 746 millions d’euros. Une somme 15 fois plus élevée que toute autre amende liée à la RGPD[3].

Mise en garde pour la façon dont l’entreprise collecte et partage les données personnelles via les cookies, Amazon a également été condamnée à payer 35 millions d’euros par la France pour des infractions similaires à la fin 2020, soit près de 800 millions d’euros d’amendes en un peu plus de six mois[4].

Il est clair que l’incapacité du conseil d’administration à mettre en œuvre une plateforme de gouvernance moderne et numérisée a joué un rôle important dans cette violation. Ce qui, pour des raisons évidentes, a eu un impact extrêmement négatif sur la façon dont les clients percevaient l’entreprise et l’intégrité de ses systèmes. Amazon a été reconnu coupable d’avoir délibérément fait en sorte qu’il soit difficile pour les utilisateurs de ne pas accepter les cookies et, par conséquent, d’accepter de partager leurs données personnelles. Si Amazon avait obtenu un consentement "librement donné", informé et sans ambiguïté avant d’installer des cookies sur les appareils de ses utilisateurs, l’entreprise aurait probablement pu éviter cette amende astronomique[5].

Les méthodes proactives paient

La solution est simple sur le papier mais compliquée à mettre en œuvre. La gouvernance moderne permet à votre entreprise de faire plus avec moins. Elle consiste à prendre un système qui, pour les plus grandes entreprises, est souvent historiquement complexe, et à le faire passer à l’ère moderne via la transformation numérique comme solution moderne à des défis modernes.

Lorsqu’elle est mise en œuvre correctement, la gouvernance moderne a deux résultats essentiels pour l’entreprise dans son ensemble : une augmentation de la productivité et une augmentation de la production. En définitive, elle permet aux entreprises de maximiser l’importance qu’elles accordent au capital des parties prenantes.

Cela découle de l’efficacité des systèmes et des méthodes en place, qui permettent aux équipes de concentrer leur temps et leurs efforts là où c’est le plus nécessaire. Mais surtout, cela permet au conseil d’administration de mettre l’accent sur la stratégie, la gestion des risques et les autres responsabilités fondamentales attendues d’un membre du conseil d’administration. La nature volatile du climat économique actuel en a montré l’importance.

Dans le monde moderne, le rythme des affaires s’est accéléré, tout comme la nécessité pour les entreprises de pouvoir réagir tout aussi rapidement. En d’autres termes, si elles n’ont pas la capacité ou le savoir-faire pour atténuer les risques en agissant de manière préventive plutôt que réactive, cela peut leur coûter des millions.

Il est peut-être plus facile de prendre un exemple. United Airlines est la troisième plus grande compagnie aérienne des États-Unis. En avril 2017, un médecin de 69 ans a été traîné hors d’un avion United surbooké. Une vidéo a fait surface sur les médias sociaux et est devenue virale.

L’entreprise a publié une série de réponses tardives qui ont été largement perçues comme manquant de sincérité, pour contenir l’indignation du public. L’incident a été le signe d’un problème culturel beaucoup plus profond, mis en évidence par une série de scandales liés au service clients qui ont suivi.

Au cours des 12 mois précédant l’incident, United Airlines avait en fait surperformé de 6 % par rapport à l’indice de référence du secteur. Cependant, 12 mois après l’incident, United Airlines a sous-performé de 14%.

Un manque de ressources et des méthodes inefficaces ont alimenté cette crise. Il est indéniable que le conseil d’administration a failli à sa tâche en ne s’attaquant pas aux risques qu’il connaissait parfaitement en ce qui concerne le retrait des passagers des vols. De même, en l’absence de méthodes pour répondre à un tel événement, la réponse a été lente à venir et impopulaire auprès des parties prenantes. La réputation de l’entreprise et ses relations avec ses actionnaires et ses clients s’en sont trouvées ternies.

La gouvernance moderne aurait pu aider United Airlines de deux manières. Tout d’abord, une meilleure surveillance de la culture d’entreprise par le conseil d’administration aurait pu révéler des problèmes sous-jacents à traiter, ce qui aurait pu empêcher l’incident.

Deuxièmement, la mauvaise gestion de la communication externe après l’incident aurait pu être atténuée par une plus grande surveillance du conseil d’administration sur le plan de la réponse à la crise, en s’assurant que le plan était solide et comprenait des solutions pour gérer les médias sociaux. En outre, les entreprises dotées de pratiques de gouvernance modernes auraient veillé à ce que les membres du conseil d’administration présents dans la salle aient l’expérience nécessaire pour avoir une meilleure réaction aux crises et à ce que le PDG dispose des compétences requises pour réagir efficacement.

La digitalisation est synonyme de gouvernance moderne

Les anciens systèmes complexes posent depuis longtemps un problème aux chefs d’entreprise. Les processus dans lesquels on a beaucoup investi et qui ont été mis en œuvre dans les années 90 ne sont plus adaptés. Ils ne prennent pas en compte la vitesse à laquelle les entreprises doivent désormais communiquer. Les données qu’elles veulent collecter, stocker et utiliser ne le sont pas non plus. Les entreprises doivent donc maintenant investir dans la transformation numérique pour pouvoir intégrer les données dans leurs méthodes de gouvernance moderne.

La transformation numérique vise à mettre en place trois solutions fondamentales : la mise à jour des systèmes existants, la limitation du cloisonnement des données et le renforcement de la collaboration entre les équipes. Notre capacité à prendre des décisions significatives sur la base de données exactes ayant eu un impact croissant ces dernières années, la demande et la dépendance à l’égard des données ont elles aussi augmenté.

Cependant, la grande majorité des entreprises qui ont été les premières à investir et à stocker des données ne disposent pas aujourd’hui des processus nécessaires pour en faire quelque chose de significatif. Dans de nombreux cas, les entreprises ont stocké ces données sans réelle stratégie sur la façon de les récolter et de les utiliser pour générer des avantages concurrentiels. Bon nombre de ces entreprises sont maintenant confrontées au défi de débloquer les silos de données qu’elles ont créés et qui les empêchent de communiquer efficacement en interne.

Par conséquent, les chefs d’entreprise et les décideurs peuvent rester dans l’ignorance, tant en termes de performances de l’entreprise que de méthodologies au sein des équipes interfonctionnelles. Les méthodes de gouvernance présentent de nombreux risques, le conseil d’administration étant pris au dépourvu quant à ses performances, tandis que les données sont exposées, potentiellement sans protection, à des logiciels malveillants très sophistiqués.

Au fil du temps, cela conduit les entreprises à faire les choses à l’envers. Elles investissent des sommes et des heures de travail considérables pour obtenir moins en faisant plus. En bref, la gouvernance moderne corrige ces erreurs. Les dirigeants d’aujourd’hui doivent souvent naviguer entre des outils, des données, des intégrations et des méthodologies disparates. La gouvernance moderne rassemble ces éléments, permettant aux conseils d’administration et aux dirigeants de toute l’entreprise de disposer des informations dont ils ont besoin et, surtout, quand ils en ont besoin.

Numériser vos méthodologies pour préparer l’avenir

Toute entreprise a trois objectifs clés qu’elle cherche à atteindre avec une gouvernance moderne et nous, chez Diligent, nous cherchons à les réaliser. Il s’agit de soutenir une croissance durable, d’assurer la rentabilité par des pratiques et de protéger la réputation de la marque par des méthodes améliorées.

Sur le marché actuel, où les décisions des consommateurs sont de plus en plus influencées par la réputation/les performances d’une entreprise, la numérisation des méthodes de gouvernance moderne est rapidement devenue un investissement à réaliser. En améliorant les flux de travail et la communication entre les administrateurs et les dirigeants, la gouvernance moderne permet aux entreprises de prendre de meilleures décisions grâce à des données et des renseignements structurés, capables de fonctionner ensemble sans menacer la sécurité.
 
1 Diligent Institute, 2019
2 Diligent Institute, 2019
3 Tessian, 2019
4 Tessian, 2019
5 Tessian, 2019


Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
Grand Port Maritime de Bordeaux : Partenariat d’Innovation
[Vidéo] Comment l'aéroport de Paris-Orly gère la biodiversité ?
Dernier numéro
N° 1791
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Arrêté du 24 novembre 2021 portant homologation du cahier des charges du label rouge n° LA 12/77 « Poulet jaune fermier élevé en plein air » Lire
Arrêté du 23 novembre 2021 relatif aux listes de titres, diplômes ou certifications professionnelles que doivent détenir les enseignants permanents des établissements d'enseignement supérieur agricole privés Lire
Arrêté du 23 novembre 2021 modifiant l'arrêté du 15 septembre 2021 fixant le coefficient stabilisateur budgétaire appliqué aux montants des indemnités compensatoires de handicap naturel au titre de la campagne 2021 Lire
Arrêté du 23 novembre 2021 modifiant l'arrêté du 15 septembre 2021 fixant le coefficient stabilisateur budgétaire appliqué aux montants des indemnités compensatoires de handicaps naturels au titre de la campagne 2021 dans les régions d'outre-mer Lire
Arrêté du 22 novembre 2021 relatif à la modification temporaire du cahier des charges de l'indication géographique protégée (IGP) « Chapon du Périgord » Lire
Arrêté du 22 novembre 2021 relatif à la modification temporaire du cahier des charges de l'indication géographique protégée (IGP) « Volailles d'Auvergne » Lire
Décret du 22 novembre 2021 portant nomination de la directrice générale de l'Institut d'enseignement supérieur et de recherche en alimentation, santé animale, sciences agronomiques et de l'environnement - Mme BOSSY (Mireille) Lire
Décret du 22 novembre 2021 portant nomination du directeur général de l'Institut français du cheval et de l'équitation - M. GAILLET (Jean-Roch) Lire
Arrêté du 20 novembre 2021 relatif à la protection des abeilles et des autres insectes pollinisateurs et à la préservation des services de pollinisation lors de l'utilisation des produits phytopharmaceutiques Lire
Arrêté du 19 novembre 2021 transposant les mesures de conservation et de gestion de l'Accord relatif aux pêches dans le Sud de l'océan Indien Lire
Décret n° 2021-1503 du 17 novembre 2021 modifiant le décret n° 2021-126 du 6 février 2021 relatif au soutien de certaines cantines scolaires dans le cadre du plan de relance Lire
Arrêté du 17 novembre 2021 modifiant l'arrêté du 24 février 2020 modifiant l'arrêté du 16 janvier 2003 établissant les normes minimales relatives à la protection des porcs Lire
Décret n° 2021-1499 du 17 novembre 2021 relatif à la réception européenne des moteurs des engins mobiles non routiers Lire
Arrêté du 16 novembre 2021 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un concours pour le recrutement d'ingénieurs-élèves des ponts, des eaux et des forêts parmi les élèves préparant, en dernière année de scolarité, l'un des diplômes prévus par l'arrêté du 3 décembre 2009 qui fixe la liste des diplômes reconnus équivalents délivrés par les grandes écoles scientifiques Lire
Arrêté du 16 novembre 2021 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un concours pour le recrutement d'ingénieurs-élèves des ponts, des eaux et des forêts parmi les élèves accomplissant la troisième ou la quatrième année de scolarité d'une section scientifique d'une école normale supérieure Lire
Arrêté du 16 novembre 2021 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un concours pour le recrutement d'ingénieurs-élèves des ponts, des eaux et des forêts parmi les élèves préparant, en dernière année de scolarité, un diplôme d'ingénieur de l'Institut des sciences et industries du vivant et de l'environnement (AgroParisTech) Lire
Décret du 15 novembre 2021 portant nomination et titularisation (inspecteurs de santé publique vétérinaire) Lire
Décret n° 2021-1482 du 12 novembre 2021 relatif à la qualification initiale et à la formation continue des conducteurs de certains véhicules routiers affectés aux transports de marchandises ou de voyageurs Lire
Décret du 15 novembre 2021 portant nomination du directeur général de l'Institut national des sciences et industries du vivant et de l'environnement - M. BUISSON (Laurent) Lire
Décret du 15 novembre 2021 portant nomination de la présidente du conseil d'administration de l'Institut national de l'environnement industriel et des risques - Mme HOMOBONO (Nathalie) Lire
À lire également
Un partenariat pour améliorer les pratiques de RSE dans le sport
Un partenariat pour améliorer les pratiques de RSE dans le sport
L’école de commerce Amos Sport Business School et le label durable pour les clubs sportifs, Fair Play For Planet, s’associent pour renforcer les enjeux de RSE dans le sport.
David Lisnard préside l'Association des maires de France
David Lisnard préside l'Association des maires de France
Le maire Les Républicains de Cannes, David Lisnard, prend la présidence de l'Association des maires de France (AMF). Il succède à François Baroin, maire de Troyes.
[Tribune] Greenwashing : quel bilan deux mois après la Convention citoyenne pour le Climat ?
[Tribune] Greenwashing : quel bilan deux mois après la Convention citoyenne pour le Climat ?
La Convention citoyenne pour le climat (CCC) s’est achevée fin juin après la présentation du livrable final à la presse et au gouvernement. Deux mois plus tard, le mardi 24 août a été promulguée la loi Climat et Résilience. Le sujet du greenwashing a notamment suscité de nombreux débats. Cindy Carpentier et Thibaut Le Garrec du groupe Square dressent un bilan de cette pratique décriée.
Rapport négaWatt : les énergies renouvelables remplaceraient les énergies fossiles et le nucléaire en 2050
Rapport négaWatt : les énergies renouvelables remplaceraient les énergies fossiles et le nucléaire en 2050
L'association négaWatt a dévoilé le 26 octobre son scénario de transition énergétique pour la France. Celui-ci prévoit d'atteindre la neutralité carbone en 2050 en s’appuyant à 96 % sur des énergies renouvelables, tout en réduisant fortement l’extraction de matières premières terrestres.
« La RSE ne peut s’entendre sans une vision et une gestion long terme »
« La RSE ne peut s’entendre sans une vision et une gestion long terme »
La RSE est portée par une vision à long terme alors qu’elle nécessite des initiatives et investissements immédiats. Cette double  injonction à agir à des horizons temps différents, chez PMI nous la réconcilions d’abord au travers de notre transformation.
Le Parlement adopte un texte pour renforcer la régulation environnementale du numérique
Le Parlement adopte un texte pour renforcer la régulation environnementale du numérique
Le texte adopté en deuxième lecture au Sénat vise à garantir le développement d’une consommation numérique sobre et responsable. Parmi les principales mesures retenues, la reconnaissance du délit d’obsolescence programmée.
Dix pistes d’accélération des énergies renouvelables citoyennes
Dix pistes d’accélération des énergies renouvelables citoyennes
La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a présenté ce lundi 08 novembre à l’occasion des Assises des énergies renouvelables citoyennes, un plan d’action pour créer de nouveaux projets à gouvernance locale.
Tous les articles POLITIQUES
En partenariat avec
Événements
Paysalia 2021
30 Novembre 2021
GreenTech Forum
30 Novembre 2021
Cycl'eau Aix-Marseille
1er Décembre 2021
+ d'événements
Emploi
- Pontier H/F
- Agent Travaux H/F
- Ouvrier forestier / Ouvrière forestière
- ACHETEUR FAMILLE F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.