EMPLOI
Construction Cayola
CONTACTS
INFORMATIONS IMPORTANTES
S'ABONNER
SE CONNECTER
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI-FORMATION
À la une \ POLITIQUES

Taxonomie : Greenpeace engage un recours contre l’Union européenne pour l'inclusion du gaz et nucléaire

Par Abdessamad Attigui. Publié le 20 septembre 2022.
Taxonomie : Greenpeace engage un recours contre l’Union européenne pour l'inclusion du gaz et nucléaire
La Commission européenne a jusqu'au mois de février pour examiner les arguments de Greenpeace. Crédit : Greenpeace
NEWSLETTERS
Archiver cet article
PUBLICITÉ
C’est une décision qui relève du greenwashing, juge Greenpeace. Contestant l’inclusion du gaz fossile et de l’énergie nucléaire dans la liste des investissements durables de l’Union européenne, l’ONG a déposé une demande officielle de révision de la décision devant la Commission européenne.

Gaz et nucléaire intègrent la taxonomie européenne à titre d’énergies « transitoires ». Une décision qui a motivé une levée de boucliers des ONG environnementales dont Greenpeace qui dénonce une logique de greenwashing. Contestant l’inclusion de « ces deux énergies polluantes dans la taxonomie en janvier dernier, ainsi que l’échec du Parlement européen à y mettre son véto lors d’un vote en juillet », l’association a décidé de porter le dossier devant la Commission européenne pour sa révision.

Orchestrée par la Commission européenne, la classification des investissements verts de l’Union européenne, appelée taxonomie, entend désigner les activités économiques considérées comme durables d’un point de vue environnemental. Or depuis 2021, l’inclusion du gaz fossile et du nucléaire fait l’objet de débats au sein de hémicycle européen aboutissant à un accord pour leur intégration, jugeant que ces deux énergies ont un rôle à jouer dans la transition des pays membres. « Les activités gazières et nucléaires sélectionnées sont conformes aux objectifs climatiques et environnementaux de l’UE et nous permettront de délaisser plus rapidement des activités plus polluantes, telles que les centrales à charbon, au profit d’un avenir neutre pour le climat, où seront essentiellement utilisées des sources d’énergie renouvelables », faisait savoir la Commission en février.

« L’Union européenne a saboté un outil financier »

Pour Greenpeace, cette inclusion dans la taxonomie « contrevient aux critères définis de la taxonomie, à la loi européenne sur le climat et aux obligations de l’UE au titre de l’accord de Paris de 2015 ». Le gaz fossile est « loin d’être une énergie de transition », l’énergie nucléaire « est quant à elle complètement anachronique et inadaptée pour faire émerger une société soutenable et en paix. La construction laborieuse, coûteuse et très longue des réacteurs nucléaires (entre 10 et 19 ans voire plus) invalident cette technologie face à l’urgence climatique », commente l’ONG.

De ce fait, l’association a déposé le 08 septembre une demande officielle de révision devant la Commission européenne dans laquelle elle rappelle que cette décision a été prise en dépit d’une forte mobilisation de la société civile contre l’inclusion du gaz fossile et du nucléaire dans la taxonomie européenne, et alors que plusieurs climatologues, des institutions financières ou des associations avaient pris position contre. « En incluant le gaz fossile et le nucléaire dans la taxonomie européenne, l’Union européenne a saboté un outil financier qui aurait pu contribuer à accélérer la transition énergétique. Elle s’est décrédibilisée en cédant à la pression de lobbies et d’États, notamment la France et la Russie, qui ont défendu leurs intérêts politiques et industriels au détriment de l’intérêt général. […] La Commission européenne a une responsabilité forte dont elle va devoir répondre devant les tribunaux », avance Pauline Boyer, chargée de campagne transition énergétique à Greenpeace France.

La Commission européenne a jusqu’au mois de février pour examiner les arguments de Greenpeace et d’y apporter une réponse. L’association environnementale espère que l’institution européenne se joindra à sa cause afin de retirer l’acte délégué complémentaire qui inclut le gaz fossile et le nucléaire dans la taxonomie. Dans le cas contraire, Greenpeace annonce porter l’affaire devant la Cour de justice européenne.
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et X.
À lire également
15 avril 2024
Cerema : Rémy Filiali, nouveau directeur de la direction territoriale Normandie-Centre Rémy Filali succède à Jérôme Wabinski.
Cerema : Rémy Filiali, nouveau directeur de la direction territoriale Normandie-Centre
9 avril 2024
Service civique écologique : 50.000 missions attendues d'ici 2027 La première campagne de recrutement pour les services civiques écologiques débutera en juin. A l'issue des missions, le gouvernement s'engage, au côté du Medef, à proposer une offre d'emploi ou de stage. 
Service civique écologique : 50.000 missions attendues d'ici 2027
7 novembre 2023
Sciences Po inaugure son Institut pour les transformations environnementales Sciences Po a lancé le 6 novembre son Institut pour les transformations environnementales, qui promet de faire un pont entre les sciences de l’environnement et les sciences humaines et sociales. Parmi les objectifs : faire infuser l’écologie dans tous les cursus et développer les programmes de recherche.
Sciences Po inaugure son Institut pour les transformations environnementales
Tous les articles POLITIQUES
L'agrivoltaïsme à l'épreuve du terrain
VIDÉO
L'agrivoltaïsme à l'épreuve du terrain
Toutes les vidéos
Dernier numéro
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Ingénieur Qualité Produit/Projet F/H
- Chargé(e) de médiation et de prévention des contentieux (expérimenté) F/H
- Responsable Supply Chain F/H
- Fauniste, Chargé d'études naturalistes
+ d'offres
Information importante ▶
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola