Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

POLLUTIONS
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Il n’y aurait pas de traces du SARS-CoV-2 dans l’eau de mer et les coquillages

Partager :
Il n’y aurait pas de traces du SARS-CoV-2 dans l’eau de mer et les coquillages
Par E.G, le 18 mai 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Pollutions
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Ce lundi 18 mai, l’Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer (Ifremer) publie les résultats de ses analyses concernant des éventuelles traces du virus SARS-CoV-2 dans l’eau de mer et les coquillages.
 
Pas de traces du SARS-CoV-2 dans l’eau de mer et les coquillages du littoral français, rassure l’Ifremer dans une nouvelle publication. L’Institut a lancé mi-avril, une opération de prélèvement d’échantillons d’eaux usées, d’eau de mer et de coquillages, suite à la détection du coronavirus SARS-CoV-2 dans des eaux usées en France et dans d’autres pays.  « Les résultats des premières analyses moléculaires menées par le laboratoire nantais "Santé, environnement et microbiologie" (LSEM) du centre Atlantique de l’Ifremer sont négatifs : aucune trace du coronavirus SARS-CoV-2 n’a été détectée dans les échantillons d’eau de mer et de mollusques analysés », souligne l’Ifremer.
 
Pour réaliser cette étude, 21 échantillons de coquillages provenant des trois façades maritimes métropolitaines ont été prélevés, « selon leur exposition aux sources de contamination fécale d’origine humaine », explique l’Ifremer. « Trois sites sur la côte normande, huit sur les côtes bretonnes, huit sur la façade atlantique et trois sur la façade méditerranéenne », est-il détaillé. Ainsi, deux échantillons de moules et 19 échantillons d’huîtres creuses ont été prélevés entre le 22 et le 27 avril 2020. Le protocole de recherche du SARS-CoV-2 utilisé par les chercheurs est semblable à celui utilisé pour le dépistage chez les humains et « permet de détecter le génome du virus dans les échantillons ».
 
Pour l’eau de mer, quatre échantillons d’un litre d’eau marine provenant des trois façades maritimes métropolitaines ont été prélevés et analysés.
 
« Prouver l’absence réelle du virus est un art difficile »
 
«Même si elle ne vaut pas pour certitude pour l’ensemble des coquillages et des eaux marines métropolitaines, l’absence de traces du SARS-CoV-2 révélée par notre étude est une bonne nouvelle »,souligne Soizick Le Guyader, virologiste et responsable du laboratoire LSEM de l’Ifremer. « Prouver l’absence réelle du virus est un art difficile: nous n’avons pas prélevé d’échantillons dans toutes les zones littorales sensibles aux contaminations par des rejets humains; d’autre part, sur les 7 à 9 grammes de tissus de coquillages prélevés, nous n’en analysons qu’une petite partie. Nous avons donc décidé de poursuivre nos prélèvements et nos analyses sur les mêmes sites tous les 15 jours pendant encore plusieurs mois, afin de suivre les éventuels effets d’une circulation potentiellement accrue du virus dans la population dans le contexte de la levée progressive des mesures de confinement », ajoute-t-elle.
 
Le LSEM a également voulu voir si des traces de SARS-CoV-2 étaient présentes dans les eaux usées de zones géographiques moins impactées par le virus que la région parisienne et le Grand Est. Le laboratoire a « mis en place un plan d’échantillonnage sur trois stations d’épuration du Grand Ouest : deux provenant d’une zone urbaine et d’une zone littorale », est-il expliqué. 13 échantillons d’un litre d’eau brute en entrée de chaque station a été collecté. « Les analyses ont débuté et les premiers résultats sont attendus prochainement ».
Crédit : Ifremer
  [Vidéo] Le Covid, accélérateur de la transition écologique
+ de vidéos Environnement TV
Actu réglementaire
Arrêté du 21 juillet 2020 portant nomination du président et des membres du Conseil d'orientation pour la prévention des risques naturels majeurs Lire
Arrêté du 10 juillet 2020 fixant les taux de promotion dans certains corps spécifiques relevant de la direction générale de l'aviation civile du ministère de la transition écologique pour l'année 2020 Lire
Décision du 17 juillet 2020 portant délégation de signature (centre ministériel de valorisation des ressources humaines [CMVRH]) Lire
Les plus lus
À lire également
Astreinte record pour forcer l'Etat à réduire la pollution de l'air
Astreinte record pour forcer l'Etat à réduire la pollution de l'air
Le Conseil d'État a ordonné ce vendredi 10 juillet au gouvernement de prendre des mesures pour réduire la pollution de l'air dans plusieurs villes et régions, sous peine d'une astreinte record de 10 millions d'euros par semestre de retard.
Impacts de l'ozone sur l'agriculture : l'Ademe et l'Ineris proposent un outil d'aide à la décision
Impacts de l'ozone sur l'agriculture : l'Ademe et l'Ineris proposent un outil d'aide à la décision
L'Agence de la transition écologique (Ademe) et l'Ineris, en collaboration avec l'Assemblée permanente des chambres d'agriculture (Apca), ont publié une étude sur « le Coût économique pour l'agriculture des impacts de la pollution de l'air à l'ozone ».
Pesticides dans l'air : 32 substances à évaluer en détail
Pesticides dans l'air : 32 substances à évaluer en détail
La récente campagne nationale de mesures de pesticides dans l'air extérieur n'a pas identifié de risques particuliers pour la santé à ce stade, mais 32 substances, dont le glyphosate et le lindane, devront faire l'objet d'une « évaluation approfondie », a annoncé l'Anses ce jeudi 2 juillet.
France : - 44% de pesticides vendus en 2019, après une forte hausse l'année d'avant
France : - 44% de pesticides vendus en 2019, après une forte hausse l'année d'avant
Les ventes de pesticides ont reculé en France de 44% en volume en 2019, après l'envolée des ventes intervenue en 2018 (+18%), a annoncé ce mardi 30 juin le gouvernement.
Le gouvernement veut étendre les usages interdits de pesticides en 2022
Le gouvernement veut étendre les usages interdits de pesticides en 2022
Le ministère de la transition écologique a annoncé ce jeudi 2 juillet, sa volonté d'étendre à partir de juillet 2022 les interdictions d'usage de pesticides dans les lieux de vie, comme les jardins des copropriétés, les parcs privés ou les campings.
Lubrizol : les décrets renforçant les inspections des sites classés en consultation
Lubrizol : les décrets renforçant les inspections des sites classés en consultation
Les projets de décrets renforçant les inspections de sites classés, partie d'un plan d'action pour tirer les leçons de l'incendie de l'usine Lubrizol à Rouen, ont été mis en consultation publique vendredi 26 juin dernier, a annoncé le ministère de la transition écologique.
Une dizaine de zones à faibles émissions pourront être créées d'ici 2021
Une dizaine de zones à faibles émissions pourront être créées d'ici 2021
Ce jeudi 2 juillet, la ministre de la transition écologique Elisabeth Borne, a confirmé la publication du décret permettant la création d'une dizaine de nouvelles zones à faibles émissions d'ici 2021.
Tous les articles POLLUTIONS
Nos magazines
Accéder au kiosque
En partenariat avec
Événements
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
EXPOBIOGAZ
2 Septembre 2020
20e Congrès international du recyclage automobile (IARC)
2 Septembre 2020
+ d'événements
Emploi
- Agent d'Exploitation H/F
- Agent de Production H/F
- Chef de groupe de décontamination nucléaire
- Ingénieur Voiries et Réseaux Divers F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.