Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Qualité de l’air : la Région d’Île-de-France expérimente un dispositif inédit

Qualité de l’air : la Région d’Île-de-France expérimente un dispositif inédit
La Région IDF expérimente un nouveau dispositif pour mesurer la qualité de l'air. Crédits : Adobe Stock
Par Abdessamad Attigui, le 16 février 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
La région Île-de-France et Airparif ont annoncé, jeudi 11 février, le lancement d’une expérimentation de mesure de la qualité de l’air combinant une enquête de perception et des micro-capteurs sur tout le territoire francilien.

« Une expérimentation inédite » pour mesurer la qualité de l’air francilien a été présenté, le 11 février, par Valérie Pécresse, présidente de la région Île-de-France, Philippe Wahl, président-directeur général du groupe La Poste et Karine Léger, directrice générale d’Airparif. Le dispositif « Mesures et perception », est une expérimentation innovante de collecte du ressenti des Franciliens.

Son objectif ? Améliorer les connaissances sur les niveaux de pollution au cœur du trafic routier, en utilisant un nouveau réseau de mesures. L’expérimentation permettra de mieux connaître la qualité de l’air dans la région, et de mieux identifier les leviers d’engagement des Franciliens pour limiter la pollution de l’air.

Trois volets d’action présentés dans le dispositif

Le dispositif se décompose en trois volets. D’abord, pour mesurer la qualité de l’air en mobilité, Geoptis a déployé 600 micro-capteurs AtmoTrack sur tout le territoire francilien. 500 sont installés sur les flottes de véhicules du groupe La Poste incluant les véhicules des facteurs, les vélos et les coursiers Stuart. Quant aux 100 micro-capteurs restants, ils sont fixés sur des bâtiments de La Poste, notamment les plateformes de distribution et les bureaux de poste.

Ces capteurs ont été déployés progressivement depuis le 25 juin 2020 pour une durée d’un an. Ils mesurent cinq polluants : les particules fines PM10, PM2,5, PM1, dioxyde d’azote et ammoniac. « Les données produites toutes les 10 secondes par ces capteurs seront traitées et analysées afin de tester leur pertinence et la valeur ajoutée de leur intégration aux cartographies d’Airparif », indique l’organisme dans un communiqué.

En parallèle, dans un deuxième volet le dispositif ménera une enquête de perception "qui vise à recueillir le ressenti des Franciliens sur l’air qu’ils respirent". Ainsi, plus de 1000 volontaires seront interrogés par les facteurs de La Poste et l’enquête est également disponible sur la plateforme Votreperception-air.fr. « Le croisement de ces résultats […] constitue une approche innovante et complètement nouvelle par rapport aux diverses expérimentations qui existent d’ores et déjà sur l’utilisation de flotte de micro-capteurs, en France comme à l’étranger », commente l’organisme. 

Enfin, le troisième volet sera mis en place à partir de mars prochain avec le déploiement de l’application "Signal’Air". Elle permettra aux habitants de signaler des "anomalies", comme des nuisances qui affectent l’air qu’ils respirent (odeurs, visuels – comme un panache de fumée – mais aussi bruits et pollens). « L’ensemble des signalements sera regroupé sur une carte interactive, ce qui permettra aux utilisateurs de l’application de connaître en temps réel les perceptions des Franciliens sur la qualité de l’air autour d’eux ».
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Les hôpitaux soignent leur empreinte environnementale
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Une surveillance « pérenne » des pesticides dans l’air ambiant
Une surveillance « pérenne » des pesticides dans l’air ambiant
Atmo France qui fédère les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA), et l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) ont mis en place un suivi annuel de 75 pesticides dans l'air extérieur en métropole et en outre-mer. Les premières données seront accessibles en été 2022.
[Décryptage] Qualité de l’air : loin du trafic, les écoles obtiennent la moyenne
[Décryptage] Qualité de l’air : loin du trafic, les écoles obtiennent la moyenne
Marqueur du trafic routier, le dioxyde d’azote imprègne de moins en moins l’air ambiant francilien. Dans la plupart des cours d’école de Paris, les concentrations avoisinent celles mesurées à distance de la circulation. Mais sur le trottoir, l’exposition reste élevée le long des axes densément fréquentés.
[Enquête] Pollution atmosphérique : la France sous haute pression
[Enquête] Pollution atmosphérique : la France sous haute pression
La qualité de l’air ambiant est un enjeu majeur pour la santé et pour l’environnement et l’Europe a décidé de prendre le sujet à bras le corps. Une révision des directives est dans l’air, risquant de ne pas arranger la France.
Nuisances sonores aéroportuaires : 18 associations saisissent le Conseil d'État pour appliquer le droit européen
Nuisances sonores aéroportuaires : 18 associations saisissent le Conseil d'État pour appliquer le droit européen
Dix-huit associations ont entamé un recours pour presser l’État à agir contre les nuisances sonores causées par les activités aéroportuaires.
Alcome devient le premier éco-organisme dédié à la réduction des mégots
Alcome devient le premier éco-organisme dédié à la réduction des mégots
La société Alcome a été agréée par le ministère de la Transition écologique en tant qu’éco-organisme de salubrité publique dédié à la réduction des mégots sur la voie publique.
Le « coût social » des nuisances sonores s'élève à plus de 155 milliards d’euros
Le « coût social » des nuisances sonores s'élève à plus de 155 milliards d’euros
L’Agence de la transition écologique (Ademe) et le Conseil national du bruit (CNB) ont évalué dans un nouveau rapport les conséquences de l’exposition au bruit. Les nuisances sonores auraient un « coût social » estimé à plus de 155 milliards d’euros par an en France.
Le CEPMMT et la Commission européenne signent un contrat d'extension des services Copernicus
Le CEPMMT et la Commission européenne signent un contrat d'extension des services Copernicus
Le Centre européen pour les prévisions météorologiques à moyen terme (CEPMMT) a signé un accord avec la Commission européenne pour poursuivre la mise en œuvre du service Copernicus pour le changement climatique (C3S) et du Copernicus de surveillance de l'atmosphère (CAMS), pour les sept prochaines années.
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.