Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Pollutions > Pollution de l’air : l’État condamné à payer 20 millions d’euros
POLLUTIONS

Pollution de l’air : l’État condamné à payer 20 millions d’euros

PUBLIÉ LE 18 OCTOBRE 2022
ABDESSAMAD ATTIGUI
Archiver cet article
Pollution de l’air : l’État condamné à payer 20 millions d’euros
Les seuils limites de concentration en dioxyde d’azote ont été dépassés continuent d'être dépassées à Paris. Crédit : Adobe Stock
Après avoir ordonné à l’État de faire respecter les normes européennes de qualité de l’air, le Conseil d’État condamne le gouvernement à payer deux astreintes de 10 millions d’euros pour les périodes allant de juillet 2021 à janvier 2022 et de janvier à juillet 2022.

« Les seuils limites de pollution au dioxyde d’azote restent dépassés dans plusieurs zones en France, notamment les agglomérations de Paris, Lyon et Marseille », relève le Conseil d’État dans son rapport. Après avoir rappelé l’État à l’ordre, le 12 juillet 2017, afin de respecter la directive européenne sur la qualité de l’air, le Conseil d’État l’a condamné ce lundi 17 octobre à payer deux astreintes de 10 millions d’euros pour les périodes allant de juillet 2021 à janvier 2022 et de janvier à juillet 2022.

Le 12 juillet 2017, le Conseil d’État ordonnait à l’État de déployer des plans de réduction des concentrations de dioxyde d’azote NO2 (limite à 40 microgrammes par mètre cube d’air par an) et de particules fines PM10 (limite fixée à 50 microgrammes quotidiens par mètre cube d’air) dans 13 zones françaises. Trois ans plus tard, et malgré quelques améliorations, la haute juridiction administrative a jugé ces mesures « insuffisantes pour atteindre cet objectif », et qu’elles « ne garantissent pas que la qualité de l’air s’améliore de telle sorte que les seuils limites de pollution soient respectés dans les délais les plus courts possibles ». Après avoir été condamné le 04 août 2021 à payer une première astreinte de 10 millions d’euros pour le premier semestre de l’année 2021, le Conseil d’État « liquide aujourd’hui deux nouvelles astreintes pour le second semestre 2021 et le premier semestre 2022, soit un montant total de 20 millions d’euros ».

Ces deux nouvelles astreintes seront réparties entre l’association Les Amis de la Terre qui a saisi le Conseil d’État en 2017 et plusieurs organismes et associations engagés dans la lutte contre la pollution de l’air.

Des zones qui manquent d’air

Dans sa décision, le Conseil d’État tient compte des mesures mises en place par le gouvernement dans certains secteurs clés comme les transports (aides à l’acquisition de véhicules moins polluants, développement des mobilités dites douces, déploiement de bornes de recharge) et le bâtiment (interdiction des chaudières à fioul ou à charbon). Ces actions « devraient avoir des effets positifs sur les niveaux de concentration en dioxyde d’azote dans l’air ambiant pour l’ensemble du territoire national », souligne l’institution. Néanmoins, le Conseil d’État pointe du doigt les conséquences concrètes de ces mesures générales qui « ne sont pas précisées pour les 3 zones de Paris, Lyon et Aix-Marseille qui dépassent encore les valeurs limites ».

Selon l’institution, les chiffres montrent une amélioration de la situation notamment pour la zone de Grenoble qui « ne présente plus de dépassement en matière de concentration en dioxyde d’azote ». Toutefois, la qualité reste fragile ou mauvaise dans quatre zones : pour Toulouse avec « une concentration moyenne annuelle de dioxyde d’azote juste en dessous de la valeur limite mais en augmentation par rapport à 2020 », et les zones de Paris, Lyon et Aix-Marseille pour lesquelles les seuils limites de concentration en dioxyde d’azote ont été dépassés, même si les moyennes de concentration s’étaient améliorées depuis 2021. 

En 2023, les actions de l’État en matière de qualité de l’air feront également l’objet d’examen par le Conseil d’État à partir du second semestre 2022 (juillet 2022-janvier 2023). 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Un « laboratoire volant » mesure la qualité de l’air à Paris
Un « laboratoire volant » mesure la qualité de l’air à Paris
Affichage environnemental des vêtements : lancement du test de la méthode de calcul
Affichage environnemental des vêtements : lancement du test de la méthode de calcul
Comment fonctionne Reach, règlement européen qui encadre les substances chimiques ?
Comment fonctionne Reach, règlement européen qui encadre les substances chimiques ?
Polluants éternels : Solvay soupçonnée de contaminer les eaux à Salindres
Polluants éternels : Solvay soupçonnée de contaminer les eaux à Salindres
Tous les articles Pollutions
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS