Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS

Consigne : une « erreur » à 600 millions d’euros, selon Federec

Partager :
Consigne : une « erreur » à 600 millions d’euros, selon Federec
Par Laurence Madoui, le 25 juin 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
Instaurer une consigne sur les canettes et bouteilles en plastique sera coûteux, pour un gain environnemental dérisoire, affirme Federec. La décision « unilatérale » du gouvernement s’inscrit à rebours de la simplification des règles du tri à la source, qu’accompagnent des centaines de millions d’euros d’investissement dans la modernisation des centres de tri.

« Les vendeurs d’eau et de sodas font sécession (du) système collectif » de collecte et de tri des emballages, basé depuis 1992 sur la « mutualisation des coûts », dénonce Federec dans un courrier au Premier ministre daté du 23 juin. La Fédération des entreprises du recyclage vise le trio Coca-Danone-Nestlé, promoteur d’un système de consigne des bouteilles et canettes via la grande distribution, qui court-circuiterait le service public local. La mesure « cassera le tri citoyen » qui se verra « réduit à un échange monétaire, sans apporter de réel bénéfice environnemental », selon les recycleurs. Qui préparent un courrier en direction des parlementaires.

Un greenwashing inefficace

Si seulement 57 % des bouteilles en plastique sont recyclées (chiffre 2017), « 99 % sont collectées, rappelle Jean-Luc Petithuguenin. Une consigne empruntée aux années 1970 n’est pas à la réponse adaptée, assène le vice-président de Federec, qui ne goûte guère ce greenwashing. L’enjeu porte sur l’orientation de 100 % du gisement recyclable vers le bac jaune. ». C’est précisément l’objet de l’extension du tri à tous les emballages en plastique, qui simplifiera nationalement le geste fin 2022.

La consigne consiste en la restitution d’une caution de 10 à 20 centimes au consommateur rapportant les emballages aux enseignes partenaires des metteurs en marché, en vue d’un recyclage – non d’un réemploi. « Au maximum, 80 à 90 % des contenants sont ramenés. En moyenne, on tourne autour de 70 % », estime Jean-Luc Petithuguenin. Soit un gain indû pour les sociétés porteuses du dispositif ciblé, côté plastique, sur « la crème des crèmes soit le PET », facilement recyclable et objet d’une demande soutenue. « La consigne viendra privatiser les seuls plastiques qui rapportent pour ne laisser aux collectivités que ceux qui coûtent », écrit Federec à Matignon.

Au détriment des collectivités et du petit commerce

Jean-Luc Petithuguenin évalue entre 200 et 300 millions d’euros par an la perte de recettes pour les collectivités qui subiront un détournement de matière. Sans compter « le SDF de la place des Ternes qui videra le bac jaune pour en tirer quelques pièces … A l’image du Lumpenproletariat du système allemand que l’on nous vante ».

La ponction sera, selon lui, équivalente pour les consommateurs qui ne rapporteront pas l’emballage. « Un tel coût est-il justifié pour cibler 1 % du gisement des bouteilles en plastique ?, feint de s’interroger le président de Paprec. Multiplier les canaux de récupération alourdira l’écobilan lié aux transports. Et le commerce de proximité pâtira de la consigne, qui drainera le consommateur vers les grandes enseignes. »

Federec défend un schéma intégrant l’extension des consignes de tri (2022) et la généralisation du tri des biodéchets (2025) : à côté de ces déchets de table et de jardin, les ménages trieraient les déchets « humides et sales » (le flux résiduel) et, à domicile comme hors foyer, les emballages (hors verre). « 30 % des emballages se perdent dans la rue, les transports, sur les sites de loisirs », pointe le président de Federec, Jean-Philippe Carpentier.
DR
Retrouvez toute l'information "recyclage & Récupération" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV à la cime des arbres

Ne perdez pas une minute, Environnement TV est en ligne !
Toutes nos vidéos
À lire également
[Décryptage] Fin de vie du numérique : peut mieux faire
[Décryptage] Fin de vie du numérique : peut mieux faire
Les appareils électroniques en fin de vie polluent, ce n’est pas une nouveauté. Pourtant, la collecte et le recyclage des DEEE peuvent encore faire l’objet d’amélioration. En attendant l’écoconception et les changements de pratiques en amont.
Déchets d’ameublement : la collecte d’Eco-mobilier a atteint 686.000 tonnes en 2018
Déchets d’ameublement : la collecte d’Eco-mobilier a atteint 686.000 tonnes en 2018
Eco-mobilier est passé de 530.100 tonnes de meubles collectées en 2017 à 686.000 tonnes en 2018, soit une hausse de 30 %.
François-Michel Lambert : « L’économie circulaire doit être pilotée directement par Bercy »
François-Michel Lambert : « L’économie circulaire doit être pilotée directement par Bercy »
Le projet de loi anti-gaspillage pour une économie circulaire, qui est examiné à partir de septembre par le Parlement, doit « transformer notre système en profondeur », selon le gouvernement. Déchets ménagers, pollution plastique, informations aux consommateurs, etc., son champ est large. Mais cette nouvelle loi suffira-t-elle ? François-Michel Lambert, député des Bouches-du-Rhône et président de l’Institut national de l’économie circulaire (Inec), en doute. ​
Les collectivités font le point sur la future loi économie circulaire
Les collectivités font le point sur la future loi économie circulaire
Alors que le projet de loi « antigaspillage pour une économie circulaire » sera examiné au Sénat dès le 13 septembre, l'association de collectivités territoriales, Amorce, fait le point sur les avancées du texte et ses zones d'ombre.
Une solution tri optique qui voit loin
Une solution tri optique qui voit loin
Le centre de tri Paprec trivalo Côte d’Azur, situé à Cannes, est un modèle du genre. Doté des équipements de tri automatique dernier cri fournis par Tomra Sorting, le site exploité par Paprec gère annuellement près de 40.000 tonnes de déchets issus des bacs jaunes des habitants des Alpes-Maritimes. Ici, la technologie Tomra s’est parfaitement adaptée à la diversité des flux à trier, ou serait-ce le contraire ?
[Dossier] Déchets ménagers : le casse-tête du résiduel
[Dossier] Déchets ménagers : le casse-tête du résiduel
Les consignes de tri s’élargissent, la collecte des biodéchets se développe, la loi Economie circulaire prévoit de nouvelles filières à responsabilité élargie des producteurs, mais il restera toujours une fraction de déchets résiduels à incinérer ou à enfouir. Comment les gérer ?
Graf atteint 100% de matières recyclées dans la fabrication de récupérateurs d'eau
La société de fabrication de réservoirs, cuves et citernes pour la récupération d'eau de pluie, et de systèmes d'épurations et d'infiltration, Graf, annonce avoir atteint 100% de matières recyclées pour ses récupérateurs et composteurs de jardin.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
Appels d'offres
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Rencontres Internationales de la Mobilite Durable
20 Septembre 2019
Rencontres Internationales de la Mobilite Durable
JDL 2019
25 Septembre 2019
JDL 2019
Cycl'eau Vichy
25 Septembre 2019
Cycl'eau Vichy
+ d'événements
Emploi
- Agent qualifié d'exploitation (H/F) /LA ROCHE SUR YON (85)
- Opérateur de production/traitement H/F
- Responsable environnement-hygiène-sécurité en industrie
- Consultant PMO/PMBP- aéronautique (réf: GEN-P2-APN-ANV) F/H
+ d’offres
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.