Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Consigne : une « erreur » à 600 millions d’euros, selon Federec

Partager :
Consigne : une « erreur » à 600 millions d’euros, selon Federec
Par Laurence Madoui, le 25 juin 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
Instaurer une consigne sur les canettes et bouteilles en plastique sera coûteux, pour un gain environnemental dérisoire, affirme Federec. La décision « unilatérale » du gouvernement s’inscrit à rebours de la simplification des règles du tri à la source, qu’accompagnent des centaines de millions d’euros d’investissement dans la modernisation des centres de tri.

« Les vendeurs d’eau et de sodas font sécession (du) système collectif » de collecte et de tri des emballages, basé depuis 1992 sur la « mutualisation des coûts », dénonce Federec dans un courrier au Premier ministre daté du 23 juin. La Fédération des entreprises du recyclage vise le trio Coca-Danone-Nestlé, promoteur d’un système de consigne des bouteilles et canettes via la grande distribution, qui court-circuiterait le service public local. La mesure « cassera le tri citoyen » qui se verra « réduit à un échange monétaire, sans apporter de réel bénéfice environnemental », selon les recycleurs. Qui préparent un courrier en direction des parlementaires.

Un greenwashing inefficace

Si seulement 57 % des bouteilles en plastique sont recyclées (chiffre 2017), « 99 % sont collectées, rappelle Jean-Luc Petithuguenin. Une consigne empruntée aux années 1970 n’est pas à la réponse adaptée, assène le vice-président de Federec, qui ne goûte guère ce greenwashing. L’enjeu porte sur l’orientation de 100 % du gisement recyclable vers le bac jaune. ». C’est précisément l’objet de l’extension du tri à tous les emballages en plastique, qui simplifiera nationalement le geste fin 2022.

La consigne consiste en la restitution d’une caution de 10 à 20 centimes au consommateur rapportant les emballages aux enseignes partenaires des metteurs en marché, en vue d’un recyclage – non d’un réemploi. « Au maximum, 80 à 90 % des contenants sont ramenés. En moyenne, on tourne autour de 70 % », estime Jean-Luc Petithuguenin. Soit un gain indû pour les sociétés porteuses du dispositif ciblé, côté plastique, sur « la crème des crèmes soit le PET », facilement recyclable et objet d’une demande soutenue. « La consigne viendra privatiser les seuls plastiques qui rapportent pour ne laisser aux collectivités que ceux qui coûtent », écrit Federec à Matignon.

Au détriment des collectivités et du petit commerce

Jean-Luc Petithuguenin évalue entre 200 et 300 millions d’euros par an la perte de recettes pour les collectivités qui subiront un détournement de matière. Sans compter « le SDF de la place des Ternes qui videra le bac jaune pour en tirer quelques pièces … A l’image du Lumpenproletariat du système allemand que l’on nous vante ».

La ponction sera, selon lui, équivalente pour les consommateurs qui ne rapporteront pas l’emballage. « Un tel coût est-il justifié pour cibler 1 % du gisement des bouteilles en plastique ?, feint de s’interroger le président de Paprec. Multiplier les canaux de récupération alourdira l’écobilan lié aux transports. Et le commerce de proximité pâtira de la consigne, qui drainera le consommateur vers les grandes enseignes. »

Federec défend un schéma intégrant l’extension des consignes de tri (2022) et la généralisation du tri des biodéchets (2025) : à côté de ces déchets de table et de jardin, les ménages trieraient les déchets « humides et sales » (le flux résiduel) et, à domicile comme hors foyer, les emballages (hors verre). « 30 % des emballages se perdent dans la rue, les transports, sur les sites de loisirs », pointe le président de Federec, Jean-Philippe Carpentier.
DR
Retrouvez toute l'information "recyclage & Récupération" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] Ça m'énerve : la pollution visuelle

Dans ce second numéro d’Environnement TV, Agnès Breton s’attaque à la pollution visuelle.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
[Tribune] La consigne : un engagement pour l'environnement, une opportunité sociale et économique
[Tribune] La consigne : un engagement pour l'environnement, une opportunité sociale et économique
Cette semaine, Manuel Rodriguez, président d'Océan sans plastiques, et Benoît Paget, président de GreenBig, défendent le dispositif de consigne, qu'ils considèrent comme une solution qui permettra "d'aligner économie et écologie".
Dépôts sauvages : Suez et Point.P déploient un dispositif de collecte des déchets de chantiers
Dépôts sauvages : Suez et Point.P déploient un dispositif de collecte des déchets de chantiers
Ce mercredi 16 octobre, Suez et Point.P annoncent s'associer pour simplifier la reprise des déchets de chantiers grâce à un nouveau service de collecte.
Le Syctom investit 160 millions d'euros pour ses centres de tri
Le Syctom investit 160 millions d'euros pour ses centres de tri
Le Syctom, qui traite les déchets de 85 communes dont Paris, a lancé un plan d’investissement de 160 millions d’euros pour adapter ses centres à l’extension des consignes de tri à l’ensemble des emballages et augmenter sa capacité globale de tri de 70 %.
Economie circulaire : quand les sédiments s’y collent
Economie circulaire : quand les sédiments s’y collent
Autrefois matière première, avant de basculer dans la catégorie déchet, les sédiments veulent retrouver leur statut de ressource. Ces dépôts de matières s’accumulant dans les ports et les voies navigables causent bien des difficultés aux gestionnaires maritimes et fluviaux. Alors que les coûts d’enfouissement augmentent de façon exponentielle, ces matières lourdes, difficiles à transporter, peuvent espérer une voie de sortie. Des initiatives émergent, notamment dans les domaines des éco-matériaux, de l’aménagement, de l’agriculture, et du génie civil.
Lyon Métropole Habitat collecte les encombrants au pied des résidences
Lyon Métropole Habitat a annoncé le développement d'un service de recyclage des encombrants au pied d'une nouvelle résidence : celle du quartier de la Source à Neuville-sur-Saône.
[Enquête] Le numérique au service de l’économie circulaire
[Enquête] Le numérique au service de l’économie circulaire
Applications, sites internet, bases de données… La présence du numérique dans l’économie circulaire s’intensifie de jour en jour. Mais celui-ci est-il vraiment indispensable ? Pour les acteurs de la filière, il s’agit plutôt d’un outil, certes précieux, mais qui doit s’utiliser avec sobriété.
Federec organise sa 3ème journée technique nationale sur fond de débats parlementaires autour de la loi anti-gaspillage
Federec organise sa 3ème journée technique nationale sur fond de débats parlementaires autour de la loi anti-gaspillage
La Fédération professionnelle des entreprises du recyclage (Federec) a profité de la troisième édition de sa journée technique nationale pour aborder les dossiers « brûlants » de la profession. Parmi eux, l’instauration de la consigne pour les bouteilles en plastique.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Accès au kiosque
Événements
Solutrans
19 Novembre 2019
Solutrans
Transrail
26 Novembre 2019
Transrail
Paysalia
3 Décembre 2019
Paysalia
+ d'événements
Emploi
- Concepteur Vendeur (H/F)
- Responsable gestion des réseaux
- Ouvrier / Ouvrière paysagiste
- Ingénieur Conception Electronique Analogique F/H
+ d’offres
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.