Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

TERRITOIRES
POLLUTEC 2018
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Le département de l’Isère se penche sur les impacts environnementaux de la « neige de culture »

Partager :
Le département de l’Isère se penche sur les impacts environnementaux de la « neige de culture »
Par Anthony Laurent, le 20 décembre 2018
Découvrez notre newsletter gratuite Territoires
Le département de l’Isère a rendu public une étude destinée à étudier la pertinence des projets de « neige de culture » sur la base des projections d’enneigement des 23 stations du département à l’horizon 2025-2050, de la disponibilité de la ressource en eau et des équilibres financiers. Si les résultats se veulent rassurants d’un point de vue économique, ils laissent en revanche des questions en suspens sur le plan environnemental.

« Unique en France », selon ses commanditaires, l’étude rendue publique par le département de l’Isère le 11 décembre dernier vise à « accompagner les stations de sports d’hiver dans leur adaptation aux défis environnementaux et économiques majeurs. » Plus précisément, l’étude, réalisée par l’Institut national de recherche en sciences et technologies pour l’environnement et l’agriculture (Irstea) et le Centre d’Etudes de la Neige de Météo France-CNRS, a mesuré les perspectives d’enneigement et les impacts sur les ressources des 23 stations du département à l’horizon 2025-2050. Plus encore, menée d’avril 2017 à octobre 2018, elle a pour but « d’étudier la pertinence des projets de neige de culture sur la base des projections d’enneigement des stations, de la disponibilité de la ressource en eau et des équilibres financiers », indique-t-on à Isère Tourisme.

Verdicts ? Côté enneigement, l’analyse montre qu’en 2025 la surface équipée en « neige de culture » passera à 42 %, contre 27 % à l’heure actuelle. « D’une façon générale, tient à rassurer la collectivité iséroise, à l’échelle du territoire, les équipements en neige de culture envisagés sur les domaines skiables d’ici 2025 permettraient de maintenir un niveau d’enneigement en 2050 similaire à ce lui d’aujourd’hui. » Problème : pour maintenir ce statu-quo, les besoins en eau passeraient de 2 millions de m3 en 2017 à 3 millions en 2025, puis à plus de 3,5 millions en 2050. « Alors que les années d’enneigement insuffisant apparaissaient en moyenne une année sur cinq, elles surviendront dans les années à venir une année sur trois », fait savoir Samuel Morin, directeur du Centre d’Etudes sur la Neige. Et d’ajouter : « La neige de culture ne permettra pas de transformer les plus mauvaises saisons en bonnes saisons. Elle atténuera seulement les effets négatifs – notamment économiques – des années d’enneigement défavorable. »

2 millions de m3 d’eau en 2017, contre 3,5 millions en 2050

L’enjeu « technique » pour les gestionnaires de stations de ski est d’assurer une pré-couche de neige d’au moins 20 cm d’épaisseur sur leurs domaines. C’est notamment pour constituer cette dernière que plusieurs dizaines d’enneigeurs (ou « canons à neige ») doivent sortir de terre dans les années à venir – pour un investissement global de 165 millions d’euros d’ici 2023. Or, « pour 1 m3 de neige de culture, il faut 500 litres d’eau et 1 hectare de piste nécessite 3.000 m3 de neige », précise Martin Gerbaux, consultant en hydrologie et ressources en eau chez Natura Scop. Dans le département de l’Isère, les pistes de ski s’étendent sur 1.030 kilomètres, sur un domaine de 2.015 hectares.

Selon l’expert, les besoins en eau supplémentaires seront « naturellement » satisfaits grâce aux eaux pluviales et aux eaux de ruissellement issues de la fonte du manteau neigeux récoltées dans les retenues collinaires. « Avec les projets en cours, la capacité de stockage des retenues d’altitude serait multipliée (extension ou création) par deux entre 2017 et 2025 », avance-t-on à Isère Tourisme. « Aujourd’hui et dans les années à venir, il y a peu de réels conflits d’usage sur la ressource en eau sur le département de l’Isère », assure Martin Gerbaux. L’expert rappelle toutefois que des projets d’adduction d’eau depuis les vallées iséroises sont en cours et que, pour une station de ski du département, le réseau d’eau potable sera sollicité.

Des besoins énergétiques non étudiés

Si, pour Jean-Pierre Barbier, président du Conseil départemental de l’Isère – qui a lancé un « Plan neige de culture » en 2016 –, cette étude résulte d’une « démarche scientifique et objective », il n’en demeure pas moins que les besoins énergétiques pour la production de cette « neige de culture » n’y ont pas été abordés. Un « oubli » d’autant plus surprenant qu’une part non négligeable des émissions de gaz à effets de serre mondiales sont corrélées à la production d’énergie (renouvelable ou non). Or, pour chaque m3 de neige artificielle produite, les surcoûts en énergie avoisineraient les 30 %...
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
S'abonner
S'abonner
S'abonner
S'abonner
La motorisation à l'ère des normes antipollution
Voir toutes nos interviews POLLUTEC 2018
En partenariat avec
À lire également
Un an après Irma, Saint-Martin et Saint-Barthélémy se reconstruisent
Un an après Irma, Saint-Martin et Saint-Barthélémy se reconstruisent
Alors que Saint-Martin et Saint-Barthélémy s’apprêtent à recevoir leur lot de touristes annuels, les stigmates des cyclones de septembre 2017, et particulièrement d’Irma, sont encore présents.
Pollutec 1978-2018 : 40 ans de solutions
Pollutec 1978-2018 : 40 ans de solutions
73.000 visiteurs et 2.200 exposants issus de 128 pays : Pollutec affiche des chiffres encore en hausse à l’occasion de ses 40 ans, célébrés du 27 au 30 novembre à Lyon.
[40 ans de Pollutec] Des innovations à chaque édition
[40 ans de Pollutec] Des innovations à chaque édition
Le salon a toujours été la vitrine des technologies émergentes.
Ile-de-France : nouvelle édition de l'appel à manifestations d'intérêt sur la transition écologique et la valorisation économique
Ile-de-France : nouvelle édition de l'appel à manifestations d'intérêt sur la transition écologique et la valorisation économique
La direction régionale Ile-de-France de l'Ademe, les régions Ile-de-France et Normandie ainsi que la direction interministérielle au développement de la vallée de la Seine ont lancé le mercredi 21 novembre, la cinquième édition annuelle de l'appel à manifestations d'intérêt « Transition écologique et valorisation économique ».
[Vidéo] Le Burkina Faso invité d'honneur à Pollutec 2018
[Vidéo] Le Burkina Faso invité d'honneur à Pollutec 2018
Cette année, l'invité d'honneur du salon Pollutec, c'est le Burkina Faso.
[40 ans de Pollutec] Un point de passage obligé
[40 ans de Pollutec] Un point de passage obligé
L’objectif n’est pas seulement commercial.
Tous les articles TERRITOIRES
Événements
Assises Transition Energétique
22 Janvier 2019
Assises Transition Energétique
Le Carrefour de l’Eau
30 Janvier 2019
Le Carrefour de l’Eau
Biogaz / Bois Energie / Regen 2019
30 Janvier 2019
Biogaz / Bois Energie / Regen 2019
+ D'ÉVÉNEMENTS
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.