Accès abonnés Voir nos offres
Menu

TERRITOIRES
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS

Les restaurants ruraux en passe de réinstaller des pré-enseignes

Partager :
Les restaurants ruraux en passe de réinstaller des pré-enseignes
Par Laurence Madoui, le 2 mai 2019
Découvrez notre newsletter gratuite Territoires
La commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale a adopté, le 30 avril à l’unanimité, une proposition de loi qui rétablit les pré-enseignes pour les restaurants des territoires ruraux. Une publicité déterminante pour attirer la clientèle de passage, selon ses défenseurs.

Son amendement avait été retoqué en novembre 2018 par le Conseil constitutionnel, qui balayait un « cavalier législatif » déconnecté de la loi Elan (évolution du logement, de l’aménagement et du numérique) – et que ne soutenait pas le gouvernement. C’est par la voie d’une proposition de loi que Richard Ramos remonte au créneau : le député (Loiret, Modem) se fait rapporteur d’un texte revenant, au bénéfice des restaurants, sur l’interdiction des pré-enseignes hors agglomération et dans les agglomérations de moins de 100.000 habitants, adopté le 30 avril en commission des affaires économiques. La restauration pourrait rallier le régime dérogatoire réservé à la fabrication et à la vente de produits du terroir, aux activités culturelles et aux monuments historiques. Pour le reste, les pré-enseignes sont indésirables dans le paysage rural depuis juillet 2015, aux termes du décret du 9 juillet 2013 pris en application de la loi Grenelle 2 de juillet 2010.

La voie ouverte à une régression d’ampleur, pour le CESE

C’est le Conseil économique, social et environnemental, saisi par le président de l’Assemblée nationale, qui a joué le rôle de l’opposition lors de l’examen du texte, adopté à l’unanimité. Pour Patrick Molinoz (par ailleurs maire d’une commune de Côte-d’Or de 3.000 habitants), la proposition de loi n’est « pas soutenable, car elle va soit trop loin, soit pas assez ». Pour la section de l’aménagement durable des territoires du CESE, le texte va à l’encontre du principe de non-régression en matière de protection des paysages. Et son ciblage sur les seuls restaurants est injustifié quand nombre d’activités sont à la peine. Le Conseil ne défend pour autant pour un élargissement : si la mesure était adoptée par le Parlement, « la pression en faveur de son extension à d’autres types d’activités dans les territoires ruraux se ferait très forte », alerte-t-il dans l’avis publié le 24 avril.

L’assemblée consultative souhaite qu’une étude d’impact chiffre l’évolution du chiffre d’affaires des restaurants dans les communes rurales et établisse le lien avec l’effacement des pré-enseignes. Patrick Molinoz ne croit pas aux 45 % de baisse d’activité que subiraient certains restaurateurs, qu’avance oralement Richard Ramos – dont l’exposé des motifs de la PPL mentionne « une baisse pouvant aller jusqu’à 25 % ». Mais « comment imputer ce fléchissement à la seule disparition des pré-enseignes ? », s’interroge le représentant du CESE.

Une question de survie de l’activité locale, pour le rapporteur

Richard Ramos pointe l’inégalité de traitement entre la campagne et la ville, où « le législateur a privilégié l’économie à l’écologie, autorisant des panneaux de 12 m2. Dans une métropole, quand un restaurant ferme, un autre ouvre. Dans le monde rural, c’est la mort de la vie locale ». La signalisation d’information locale n’a pas remplacé les pré-enseignes et le Net ne saurait y parvenir quand un tiers du pays n’est pas desservi par la 4G, poursuit-il. Le rapporteur entend faire de la PPL « la première pierre de l’Agenda rural ».
DR / Wikimedia Commons
Retrouvez toute l'information territoires dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV se jette à l'eau !

Nous sommes fiers de vous présenter notre toute nouvelle émission, Environnement TV ! Dans ce premier numéro spécial vacances, Anthony Laurent nous emmène à Marseille, 8ème port le plus pollué d’Europe. Direction la commune de Plouha (Côtes-d’Armor), qui vient d’obtenir le Pavillon bleu, avec Eva Gomez. Enfin, Agnès Breton pousse son "coup de gueule" en fin d’émission.
À lire également
Le premier contrat de transition écologique francilien a été signé
Vendredi 19 juillet dernier, la secrétaire d’état auprès de la ministre de la transition écologique et solidaire, Emmanuelle Wargon, a signé le premier contrat de transition écologique francilien.
La construction modulaire, réponse inédite aux problématiques des territoires
La construction modulaire, réponse inédite aux problématiques des territoires
Les territoires ont acquis des responsabilités accrues, devant mettre à la disposition de la population des équipements et services toujours plus nombreux.
Yannick Prebay à la tête de la direction territoires et ville du Cerema
Ce lundi 8 juillet, le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) a annoncé la nomination d'un nouveau directeur de la direction territoires et ville.
Sécheresse : Didier Guillaume annonce des mesures pour les agriculteurs
Sécheresse : Didier Guillaume annonce des mesures pour les agriculteurs
Face à la sécheresse qui pousse 78 départements français à prendre des arrêtés de restrictions d'eau, le ministre de l'agriculture Didier Guillaume, a annoncé des mesures d'aide aux agriculteurs.
Les communes ne peuvent pas s'opposer à l'installation des compteurs Linky
Les communes ne peuvent pas s'opposer à l'installation des compteurs Linky
Ce jeudi 11 juillet, le Conseil d'Etat a jugé qu'une commune ne peut pas s'opposer à l'installation des compteurs communicants Linky.
Pari réussi pour Floatgen
Pari réussi pour Floatgen
Mise en service en septembre 2018 sur la plateforme d'essai Sem-Rev au large du Croisic (Loire-Atlantique), la première éolienne en mer en France dévoile des premiers résultats supérieurs aux attentes.
Ginger acquiert la société d’ingénierie IMSRN
Ginger a signé ce lundi 15 juillet, l’acte d’acquisition d’IMSRN, société basée à Grenoble qui est spécialisée dans la prévention et la réduction des risques naturels géologiques (glissements de terrains, éboulements rocheux, effondrements, coulées de boue et risques sismiques).
Tous les articles TERRITOIRES
Appels d'offres
En partenariat avec
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Recycking Aktiv
5 Septembre 2019
Recycking Aktiv
Matexpo 2019
11 Septembre 2019
Matexpo 2019
Les Confs Amiante Marseille
12 Septembre 2019
Les Confs Amiante Marseille
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- Formateur en électricité H/F
- Cartographe Géomaticien H/F
- Chargé / Chargée de mission en agriculture
- SUPERVISEUR ELECTRICITÉ F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.