Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration.
ACCEPTER TOUS LES COOKIES
LES COOKIES NÉCESSAIRES SEULEMENT
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Territoires > Une appli pour l’anthropocène
TERRITOIRES

Une appli pour l’anthropocène

PUBLIÉ LE 23 MAI 2024
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Une appli pour l’anthropocène
Crédit : IGN.
L’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) a lancé sa nouvelle application mobile « Cartes IGN » le 15 mai. Rassemblant une sélection inédite de cartes et de données d’une grande richesse, elle permet d’explorer un lieu selon plusieurs filtres et elle est téléchargeable sur toutes les plateformes.
 
« Grâce à une sélection des meilleurs fonds carto- et photographiques et de données publiques d’une grande variété, elle lève ainsi le voile sur les 90% du territoire (terres agricoles, forêts, plages…) invisibilisés par les applications des géants du numérique », argumente l’Institut. Avec « Cartes IGN », il est possible de connaître le type de culture d’un champ, les essences d’une forêt ou la composition d’une plage (sable ou galets). Son interface intègre également un plan interactif qui permet d’explorer un lieu sous des angles inédits : comment a évolué mon territoire en 30 ans ? en 200 ans ? qu’est-ce qu’il y a à découvrir à 15 minutes ou 1 heure autour de moi ?

Tout un réseau de contributeurs
Cette application a pour particularité de s’appuyer sur la géoplateforme de l’institut et tout un réseau de contributeurs parmi lesquels des ministères, l’Office national des forêt (ONF), des collectivités, des parcs régionaux et nationaux, mais aussi des services départementaux d’incendie et de secours (SDIS)… « L’application fait le choix de proposer à nos concitoyens une hauteur de vue pour comprendre les mutations du territoire, au plus proche de leurs lieux de vie ou centres d’intérêt », précise le ministère de l’Ecologie, qui a accueilli dans ses murs la présentation de l’application le 15 mai.

Des cartes interactives
Concrètement, pour les personnes qui avaient chargé l’application Géoportail, une simple mise à jour va leur permettra d’accéder à « Cartes IGN » qui la remplace. Le premier changement notable porte sur son ergonomie : désormais s’affiche la carte de l’endroit où se situe l’utilisateur géolocalisé. Et comme ses homologues des Gafam, la carte devient désormais interactive avec la possibilité de cliquer sur des points d’intérêt comme une mairie, une déchetterie ou un restaurant… pour voir s’afficher des horaires d’ouverture ou un numéro de téléphone, données issues de la plateforme collaborative OpenStreetMap. L’application propose également le partage de sa position, un calculateur d’itinéraire (piéton ou routier uniquement) et le calcul des isochrones (tout ce qui est accessible à 5 minutes à pied, par exemple).

Une vision des évolutions du terrain
Si, avec ces fonctionnalités, l’application se met au standard de Google Maps ou Apple Plans, « Cartes IGN » propose des contenus originaux. Un clic sur un bâtiment permet par exemple d’afficher des données sur sa date de construction, le nombre d’étages ou la nature de l’usage. Grâce aux données du ministère de l’Agriculture et de l’ONF, il est également possible de connaître le type de culture d’un champ, les essences d’une forêt ou la composition d’une plage (sable ou galets). « Cartes IGN » permet aussi de remonter dans le temps en affichant conjointement la photo aérienne la plus récente avec des prises de vues réalisées 10 ans, voire même 60 ans plus tôt. La même opération peut être faite avec des fonds de cartes, mettant ainsi en évidence la progression de l’artificialisation et des aménagements créés par l’homme. 
 
Une vingtaine de thématiques
Au total plus d’une vingtaine de « couches » sont disponibles. On retrouve ainsi la carte topo 25 chère aux randonneurs, le cadastre, mais aussi des couches thématiques sur l’agriculture, la forêt, les zonages environnementaux, les risques ou encore la mer et le littoral. L’application intègre enfin une fonction de signalement d’erreurs et un module permettant de créer ses propres itinéraires.
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
Ville « amie des animaux » : Fresnes veut renforcer son engagement
Ville « amie des animaux » : Fresnes veut renforcer son engagement
Trophées Eco-actions : 12 collectivités récompensées
Trophées Eco-actions : 12 collectivités récompensées
Une opération pour accompagner les collectivités dans leur transition numérique
Une opération pour accompagner les collectivités dans leur transition numérique
Tribune | « De la nécessité de territorialiser la transition verte des métiers »
Tribune | « De la nécessité de territorialiser la transition verte des métiers »
Tous les articles Territoires
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS