Abonnements Découvrez nos formules print et numérique Accès abonnés Voir nos offres
Menu

BIODIVERSITÉ
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

La Fabrique écologique propose d'investir 3 à 4 milliards d'euros par an pour la forêt

Partager :
La Fabrique écologique propose d'investir 3 à 4 milliards d'euros par an pour la forêt
Par Eva Gomez, le 2 avril 2019
Découvrez notre newsletter gratuite Biodiversité
Ce mardi 2 avril, la Fabrique écologique a publié une note sur le rôle de la forêt dans la transition écologique en France. Il en émane trois proposition afin d’améliorer la gestion des surfaces forestières, dont l’augmentation significative des investissements publics.

« Le rôle de la forêt dans la lutte contre le changement climatique est plus fort que son déficit économique », lance Hervé Le Bouler, président du groupe forêt de la Fabrique écologique, de France nature environnement, membre du Conseil économique, social et environnemental (Cese) et vice-président de PEFC France. Il dévoile ce mardi 2 avril, une nouvelle note de la Fabrique écologique intitulée « Quel rôle pour la forêt dans la transition écologique en France ? », dont il a été le pilote. « Alors que la forêt française absorbe 15% des gaz à effet de serre chaque année, il est primordial de reconnaître son rôle dans la transition écologique et la protection des écosystèmes », souligne-t-il.

Trois propositions pour sortir de l’état « d’atonie »

La note publiée par la Fabrique écologique fait en effet état d’une « atonie » vis-à-vis de la forêt, trop souvent considérée comme « la belle au bois dormant (…) et continue à être sous ou mal-exploitée ». En effet, la forêt de France métropolitaine va bien : elle représente plus de 30% du territoire et sa surface ne cesse de croître chaque année. « Après l’alerte du Giec sur la crise climatique en 2018, et alors que cette note devait simplement établir un constat, nous avons finalement décidé de formuler des propositions concrètes », explique Hervé Le Bouler. Trois propositions émanent donc de cette note :

- Privilégier les solutions fondées sur la nature : « Nous parlons de sylvoécologie », précise le pilote de la note. Il s’agit par exemple de « multiplier les essences plantées, plutôt que que de faire des plantations monospécifiques », explique-t-il. Ceci afin d’éviter notamment la propagation de maladies et d’insectes. Il détaille le cas du scolyte de l’épicéa, un insecte qui s’est multiplié à la faveur du changement climatique : 60 millions d’hectares d’épicéas ont été tués par cet insecte en Europe, dont un million d’hectares en France. « Il s’agit peut-être du premier exemple de l’effondrement massif d’une espèce du fait du réchauffement climatique », alerte Hervé Le Bouler.
- Rendre incontournables des plans de gestion collective pour la forêt : le président de la Fabrique écologique, Géraud Guibert, rappelle que 40% des forêts françaises ne sont pas gérés. C’est-à-dire qu’aucune trace de gestion ou d’intention de gestion n’a été relevée depuis au moins 20 ans sur ces surfaces.
- Investir trois à quatre milliards d’euros par an dans le secteur forestier et la filière bois : deux enjeux prioritaires sont identifiés, à savoir l’animation dans les territoires auprès des petits propriétaires de parcelles ainsi que la modification du modèle industriel, « copié sur celui des forêts nordiques et non adapté à la France », estime Hervé Le Bouler. La fondation propose de « faire bénéficier à la forêt et à la filière de transformation, des financements de la transition écologique et des crédits carbone ». Actuellement, selon un rapport de la Cour des comptes, les soutiens publics s’élèvent à 910 millions d’euros par an.

Un pacte avec la société

Par ailleurs, la Fabrique écologique souligne que le regard de la société sur la forêt est important dans la prise en compte du rôle de la forêt et qu’un « pacte société / forestiers » est donc nécessaire. « Il existe une confusion entre l’état de la forêt tropicale, qui est victime de tensions énormes, et celui de la forêt française », souligne Hervé Le Bouler. « Tout le monde aime le bois mais personne n’aime qu’on coupe des arbres », remarque-t-il. Il s’agit donc d’aller vers « l’acceptabilité de la gestion forestière par les Français ».
Wikimedia Commons / DR
Tous nos articles à partir de 8,99 €
JE M'ABONNE
S'identifier
S'inscrire
[ PARTENARIAT ] Intégrer durablement les eaux de pluie dans l'aménagement du territoire
Voilà ce que DOUAISIS AGGLO met en œuvre depuis plus de 25 ans. Riche de cette expérience, le territoire tire aujourd’hui de multiples bénéfices de cette politique volontariste et efficace. Il est donc logique que Douai accueille, les 5 et 6 juin prochains, les Assises nationales de la gestion durable des eaux pluviales.
En partenariat avec
À lire également
Journée internationale des forêts : une gestion durable face aux contraintes climatiques
Journée internationale des forêts : une gestion durable face aux contraintes climatiques
Ce jeudi 21 mars a lieu la journée internationale des forêts.
Le Sénat adopte le projet de loi pour la création de l’Office français de la biodiversité
Le Sénat adopte le projet de loi pour la création de l’Office français de la biodiversité
Le Sénat a adopté le projet de loi sur la création de l’Office français de la biodiversité et de la chasse.
[Tribune] Effondrement mondial des insectes : un enjeu politique
[Tribune] Effondrement mondial des insectes : un enjeu politique
Cette semaine, Aleksandar Rankovic, coordinateur gouvernance internationale de la biodiversité Post-2020 à l'Institut du développement durable et des relations internationales (Iddri), revient sur l'inquiétante disparition de nombreux insectes.
Ile-de-France : appel à candidatures pour les territoires qui agissent en faveur de la biodiversité
Ile-de-France : appel à candidatures pour les territoires qui agissent en faveur de la biodiversité
Vendredi 22 février, l’Agence régionale de la biodiversité en Ile-de-France a lancé un appel à candidatures pour mettre en valeur leurs actions des communes et intercommunalités franciliennes en faveur de la biodiversité.
Le Haut-Rhin lance sa campagne annuelle de protection des batraciens
Le Haut-Rhin lance sa campagne annuelle de protection des batraciens
Le Conseil départemental du Haut-Rhin a lancé, le 28 février dernier, une campagne de protection des batraciens.
Grand Paris : un appel à projets pour la préservation de la biodiversité
Grand Paris : un appel à projets pour la préservation de la biodiversité
Le 18 février dernier, la métropole du Grand Paris et la filiale du groupe Caisse des Dépôts, CDC Biodiversité, ont lancé un appel à projets à l'attention des communes et des territoires afin de déployer le programme « Nature 2050 ».
L’Inra, l’Irstea et le CNPF coopèrent pour la résilience des forêts
L’Inra, l’Irstea et le CNPF coopèrent pour la résilience des forêts
Lors du salon international de l’agriculture, l’Institut national de la recherche agronomique (Inraà, l’Irstea et le Centre national de la propriété forestière (CNPF), ont signé une convention de coopération, pour proposer des solutions innovantes aux sylviculteurs.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Construmat
14 Mai 2019
Construmat
TAP 2019
15 Mai 2019
TAP 2019
Les Confs Amiante Bordeaux
16 Mai 2019
Les Confs Amiante Bordeaux
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- Poseur de stores et rideaux (H/F) - Anglet (64)
- Opérateur(trice) Gestion des Reseaux H/F
- Jardinier / Jardinière
- Chargé(e) Etudes Construction F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.