Offre Silver (à partir de 8,90 €)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Le défaunation des forêts tropicales menace certaines espèces d'arbres

Le défaunation des forêts tropicales menace certaines espèces d'arbres
Par E.G, le 3 juin 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------

Des chercheurs du Muséum national d’histoire naturelle (MNHN) et du Centre national de recherche scientifique (CNRS) ont publié une analyse qui conclut que la défaunation en forêt tropicale menace également les arbres.

Une équipe de chercheurs de l’unité « Mécanismes adaptatifs et évolution » du MNHN (MNHN – CNRS) a publié ce mardi 2 juin dans la revue Ecological Applications, une analyse en Guyane sur les effets de la chasse sur la régénération de la forêt en elle-même. « Il en résulte que lorsque les grands animaux qui dispersent naturellement les graines de certains arbres sont tués, la forêt toute entière en subit les conséquences », expliquent les chercheurs, qui craignent ainsi un appauvrissement global de la forêt tropicale. L’analyse souligne qu’une majorité des espèces d’arbres repose sur les animaux qui consomment leurs fruits et dispersent leurs graines, permettant une régénération.

Pour leur analyse, les chercheurs se sont concentrés sur deux sites en Guyane : Nouragues, un site protégé, et Montagne de Kaw, où la chasse est pratiquée et le site est partiellement exploité. L’observation a été conduite sur quatre familles d’arbres dont les graines sont dispersées par les animaux et « qui représentent 88% des arbres endozoochores qui fructifiaient au moment et à l’endroit de l’étude ». « Nous avons évalué l’abondance des disperseurs de graines et des prédateurs de ces quatre famille en effectuant des échantillonnages diurnes », précise le rapport d’analyse. « Parallèlement, nous avons estimé les taux d’enlèvement des graines depuis les fruits en comptant les graines dispersées dans des quadrats de 1m2 placés sous les arbres fruitiers », est-il précisé. L’analyse démontre que les taux d’enlèvement des graines passent de 77% à Nouragues, à 47% à Montagne de Kaw, « confirmant que la perte de frugivores associée aux perturbations humaines a un impact sur l’enlèvement des graines au niveau communautaire », concluent les chercheurs. Néanmoins, pour certaines espèces d’arbres, une compensation pourrait se produire grâce à la dispersion opérée par les oiseaux et en particulier les toucans, très nombreux sur le site de Montagne de Kaw.

Un appauvrissement à long terme

« Les effets de la chasse sur les arbres ne sont pas immédiatement visibles, puisque ceux-ci peuvent vivre et rester en place des dizaines voire des centaines d’années, même s’ils ne peuvent plus se reproduire », précisent les chercheurs. Mais « sur le long terme, ces immenses superficies de forêts risquent de se retrouver considérablement appauvries », poursuivent-ils. Sont particulièrement menacées les espèces d’arbres à grosses graines dispersées par les animaux les plus chassés, à savoir les primates. « La densité de plusieurs disperseurs clés tels que les primates à gros corps a été considérablement réduite à Montagne de Kaw, où le frugivore Ateles Paniscus est probabelemnt éteint », détaillent les chercheurs.

 « Cet appauvrissement des forêts tropicales mettra à son tour en péril les activités économiques ou de subsistance qui en dépendent, telles que l’exploitation du bois, des fruits ou des graines », regrettent les chercheurs.



Le toucan ariel (Rhamphastos vitellinus), un des oiseaux emblématiques de la forêt tropicale, indispensable à la régénération des arbres - © MNHN - PM Forget, E Guilbert – UMR Mecadev
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Réchauffement climatique : les pertes de récoltes ont triplé en Europe depuis 1961
Réchauffement climatique : les pertes de récoltes ont triplé en Europe depuis 1961
Une récente étude publiée dans la revue Environmental Research Letters montre la gravité des impacts de la sécheresse sur la production agricole. Résultat : les pertes de récoltes ont triplé en Europe au cours des 50 dernières années.
Les glaciers du monde fondent à grande vitesse depuis 2000
Les glaciers du monde fondent à grande vitesse depuis 2000
Des scientifiques sonnent l'alarme et alertent dans une étude sur l'accélération de la fonte des glaciers depuis 2000. Résultats : les pertes de glace seraient passées de 227 gigatonnes par an entre 2000 et 2004, à 298 gigatonnes par an entre 2015 et 2019.
Une première coalition mondiale pour le développement des algues marines
Une première coalition mondiale pour le développement des algues marines
Le Cnrs, la Fondation Lloyd’s Register et le Pacte mondial des Nations unies (UNGC) ont lancé la Safe Seaweed Coalition. Sa vocation : développer la culture et l’utilisation des algues.
L’Unesco appelle à la mobilisation en faveur de la biodiversité
L’Unesco appelle à la mobilisation en faveur de la biodiversité
L’Unesco appelle à une mobilisation en faveur de la biodiversité pour alimenter en fonds multipartenaire en cours de constitution. En ligne de mire : la COP15 en octobre prochain à Kunming, en Chine.
Réchauffement climatique : une étude révèle le niveau de vulnérabilité des forêts d’Afrique centrale
Réchauffement climatique : une étude révèle le niveau de vulnérabilité des forêts d’Afrique centrale
Les chercheurs de l’Institut de recherche pour le développement (IRD) et de l'Organisme français de recherche agronomique (Cirad), ont identifié les massifs les plus vulnérables d’Afrique centrale.
Kyanos Biotechnologies lève 2,6 millions d’euros pour la production de microalgues
Kyanos Biotechnologies lève 2,6 millions d’euros pour la production de microalgues
La jeune entreprise française, Kyanos Biotechnologies, spécialisée dans la production de microalgues via un procédé innovant, boucle un tour de table de 2,6 millions d’euros.
Johanna Moreau nommée présidente de l'association Roseliere
Johanna Moreau nommée présidente de l'association Roseliere
La responsable biodiversité à Cemex France, Johanna Moreau, prend la tête de l'association Roseliere.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.