Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Les glaciers du monde fondent à grande vitesse depuis 2000

Les glaciers du monde fondent à grande vitesse depuis 2000
Les chercheurs alertent sur l'accélération de ce phénomène. Crédits : Pixabay
Par Abdessamad Attigui, le 10 mai 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Des scientifiques sonnent l’alarme et alertent dans une étude sur l’accélération de la fonte des glaciers depuis 2000. Résultats : les pertes de glace seraient passées de 227 gigatonnes par an entre 2000 et 2004, à 298 gigatonnes par an entre 2015 et 2019.

Où qu’ils soient, les glaciers fondent à un rythme record... Un constat glaçant issu de l’étude « Accelerated global glacier mass loss in the early twenty-first century », publiée dans la revue Nature le 29 avril 2021. Menée par une équipe internationale impliquant des scientifiques du CNRS, de l’IRD et de l’Université Toulouse III - Paul Sabatier, avec le soutien du CNES, celle-ci montre que les glaciers perdent 267 milliards de tonnes de glace en moyenne par an.

Les chercheurs se sont appuyés sur des observations satellites afin de constater l’accélération de la perte de masse depuis les années 2000 jusqu’à 2019. Ainsi, un demi-million d’images ont été collectées depuis 2000 par le satellite Terra, permettant de créer des séries de modèles numériques de l’élévation des glaciers.

Grâce à cette technologie, les scientifiques ont mis au point la première cartographie qui précise des changements d’épaisseur (de masse) de près de 220.000 glaciers. Résultats : les pertes seraient passées de 227 gigatonnes de glace perdues par an entre 2000 et 2004 à 298 gigatonnes par an entre 2015 et 2019.

Les Alpes, Islande et Alaska en alerte rouge

L’étude révèle également que les glaciers connaissant une rapide perte de masse se trouvent dans les Alpes, en Islande et en Alaska. Une accélération qui serait le résultat de la hausse des températures. En revanche, les taux de fonte ont ralenti entre 2010 et 2019 sur la côte est du Groenland, en Islande et en Scandinavie. Cette décélération locale serait expliquée en partie par une perturbation météorologique qui a provoqué des « précipitations plus importantes et des températures plus basses, ralentissant ainsi la perte de glace. La variabilité décennale et régionale des pertes de masse est contrôlée en grande partie par les changements des précipitations », peut-on lire dans l’étude.

Par ailleurs, grâce à ces observations il sera désormais possible de préciser les projections de l’évolution des glaciers pouvant contribuer à une meilleure anticipation des changements de ressources en eau dans certaines régions montagneuses.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Les hôpitaux soignent leur empreinte environnementale
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Le Rhône poursuit sa mue écologique
Le Rhône poursuit sa mue écologique
La Compagnie nationale du Rhône (CNR) a annoncé la poursuite et l’amplification de son programme de restauration écologique du fleuve. Démantèlement d’ouvrages, restauration de chenaux, végétalisation et réduction des émissions polluantes industrielles sont à l’ordre du jour.
L'OFB et le Cerema coopèrent contre l'érosion des sols
L'OFB et le Cerema coopèrent contre l'érosion des sols
L'Office français de la biodiversité (OFB) et le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) signent une convention-cadre afin de renforcer leur coopération pour la protection de la biodiversité.
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La France ajoute deux parcs naturels régionaux à sa liste : Doubs Horloger (Bourgogne - Franche-Comté) et Corbières-Fenouillèdes (Occitanie), deviennent respectivement les 57e et 58e membres de la grande famille des parcs.
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Érosion de la biodiversité, montée des eaux, ou encore disparition des espèces... les changements climatiques s’intensifient et menacent la nature. Dans un contexte marqué par le cri d’alerte du GIEC, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), rassemble du vendredi 03 jusqu’au 11 septembre à Marseille les gouvernements et ONG au Congrès mondial de la nature.
La moitié de la flore terrestre n'a pas encore été photographiée
La moitié de la flore terrestre n'a pas encore été photographiée
Près de la moitié de la flore terrestre n’a jamais été photographiée à l’état sauvage, estiment des auteurs dans une étude. Cette faiblesse d’illustration constitue un obstacle pour l’identification et la protection de la biodiversité végétale.
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
Protection de la biodiversité et emploi font la paire ! Selon le WWF, 39 millions d’emplois seraient créés si les gouvernements du monde entier affectaient leurs dépenses à la nature. 
[Dossier biodiversité] Entreprises, trouver la bonne formule pour s’engager
[Dossier biodiversité] Entreprises, trouver la bonne formule pour s’engager
Les démarches et les outils soutenant l’engagement des entreprises françaises pour la biodiversité se développent. Diagnostic des impacts, stratégie biodiversité et actions concrètes : les entreprises bien accompagnées ont tout pour se lancer, quel que soit leur taille et leur activité.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.