Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois

Une économie fondée sur la conservation de la nature créerait plus d'emplois
En réorientant les flux financiers, la sylviculture durable enregistrerait plus de 9 millions d'emplois. Crédit : zlikovec/Adobe Stock
Par Abdessamad Attigui, le 30 août 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Protection de la biodiversité et emploi font la paire ! Selon le WWF, 39 millions d’emplois seraient créés si les gouvernements du monde entier affectaient leurs dépenses à la nature. 

Alors que quelques jours nous séparent de l’ouverture du Congrès mondial de la nature de l’UICN à Marseille (03 septembre), le Fonds mondial pour la nature, communément appelé WWF, invite les décideurs du monde dans son dernier rapport « Diviser par deux notre empreinte sur la nature pour protéger notre avenir », à réorienter les flux financiers publics et privés vers la biodiversité.

Pour l’ONG, il est désormais essentiel de mettre fin aux « subventions publiques dommageables à la biodiversité » et de les affecter à la protection de la nature. Les bénéfices ? ce modèle économique créerait 39 millions d’emplois tout en accélérant la transition écologique de nos économies. 

« Non seulement la réaffectation de ces dépenses vers des pratiques durables contribuerait à réduire l’impact sur la biodiversité, mais elle nous aiderait également à faire la transition vers une économie positive pour la nature, et à réformer notre modèle actuel de production et de consommation non durable », a commenté Marco Lambertini, directeur général du WWF International.

500 millions de dollars pour la nature ?

Pour quantifier ce nombre d’emplois créés, le rapport s’est reposé sur une modélisation réalisée par le cabinet Dalberg en fonction du montant alloué à la biodiversité. Ainsi, l’équivalent de 500 milliards de dollars (dépensés chaque année dans des subventions dommageables à la biodiversité) ont été affectés dans cette simulation à des activités bénéfiques à la nature.

L’effet sur le nombre d’emplois a été conditionné selon certains secteurs. En tête, plus de 11 millions de postes seront générés dans l’agriculture et alimentation durable. La sylviculture durable enregistrerait plus de 9 millions d’emplois et en troisième position la pêche durable qui comprendrait près de 9 millions d’emplois.
 


120 à 140 milliards de dollars par an à la biodiversité

Selon le rapport, ce modèle économique qui accorde plus de fonds à la biodiversité, « ne représenterait qu’une part minime des dépenses déjà consenties par les États » dans le cadre des plans de relance liés à la crise sanitaire. 10.000 milliards de dollars ont été versés au second semestre 2020, rappelle l’ONG.

Loin de cet idéal-type, la réalité est toute autre ! WWF précise que les flux financiers publics et privés dédiés spécifiquement à la biodiversité ne représentent annuellement que 120 à 140 milliards de dollars. « Les gouvernements consacrent à eux seuls un montant cinq fois plus élevé au soutien d’activités humaines conduisant à une extinction dramatique des espèces sur Terre : modèles agricoles et régimes alimentaires polluants, surpêche, surexploitation forestière ou étalement urbain », souligne l’ONG.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Les hôpitaux soignent leur empreinte environnementale
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Dossier biodiversité] Entreprises, trouver la bonne formule pour s’engager
[Dossier biodiversité] Entreprises, trouver la bonne formule pour s’engager
Les démarches et les outils soutenant l’engagement des entreprises françaises pour la biodiversité se développent. Diagnostic des impacts, stratégie biodiversité et actions concrètes : les entreprises bien accompagnées ont tout pour se lancer, quel que soit leur taille et leur activité.
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Congrès de l’UICN à Marseille, dernière étape avant la COP15 Biodiversité
Érosion de la biodiversité, montée des eaux, ou encore disparition des espèces... les changements climatiques s’intensifient et menacent la nature. Dans un contexte marqué par le cri d’alerte du GIEC, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), rassemble du vendredi 03 jusqu’au 11 septembre à Marseille les gouvernements et ONG au Congrès mondial de la nature.
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
La Banque Postale signe le « Finance for Biodiversity Pledge »
Le « Finance for Biodiversity Pledge » tente de concilier protection de la biodiversité et finance durable. En signant cette initiative, la Banque Postale s’engage à développer une stratégie en faveur de l'environnement.
L'OFB et le Cerema coopèrent contre l'érosion des sols
L'OFB et le Cerema coopèrent contre l'érosion des sols
L'Office français de la biodiversité (OFB) et le Centre d'études et d'expertise sur les risques, l'environnement, la mobilité et l'aménagement (Cerema) signent une convention-cadre afin de renforcer leur coopération pour la protection de la biodiversité.
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La famille des parcs naturels régionaux s'agrandit
La France ajoute deux parcs naturels régionaux à sa liste : Doubs Horloger (Bourgogne - Franche-Comté) et Corbières-Fenouillèdes (Occitanie), deviennent respectivement les 57e et 58e membres de la grande famille des parcs.
Le Rhône poursuit sa mue écologique
Le Rhône poursuit sa mue écologique
La Compagnie nationale du Rhône (CNR) a annoncé la poursuite et l’amplification de son programme de restauration écologique du fleuve. Démantèlement d’ouvrages, restauration de chenaux, végétalisation et réduction des émissions polluantes industrielles sont à l’ordre du jour.
Deux associations attaquent l’État en justice pour manquement à la protection de la biodiversité
Deux associations attaquent l’État en justice pour manquement à la protection de la biodiversité
L’État serait-il coupable de la sixième extinction de masse ? Les ONG Notre Affaire à Tous et Pollinis entendent faire reconnaître la responsabilité de l’État en l’attaquant en justice pour manquement à ses obligations de protection de la biodiversité.
Tous les articles BIODIVERSITÉ
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.