EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneBIODIVERSITÉ

L’État décentralise la gestion du réseau « terrestre » Natura 2000

Par La Rédaction. Publié le 20 juillet 2022.
L’État décentralise la gestion du réseau « terrestre » Natura 2000
Crédit : RÜŞTÜ BOZKUŞ/Pixabay
NEWSLETTERS
Archiver cet article
Le projet de décret, soumis à consultation jusqu’au 02 août, prévoit de confier la gestion des sites exclusivement terrestres des sites Natura 2000 aux régions. L’autorité administrative de ces sites sera ainsi entre les mains du président du Conseil régional.

Identifiées comme cheffes de file en matière de protection de la biodiversité dans la loi du 21 février 2022 relative à la différenciation, la décentralisation, la déconcentration (loi 3DS), les régions se verront prochainement attribuer la gouvernance des sites « terrestres » Natura 2000. Le projet de décret, qui met en œuvre la décentralisation prévue au 1er janvier 2023 par la loi, est désormais en cours de consultation jusqu’au 02 août prochain.

Natura 2000 vise à préserver et restaurer la biodiversité. Ce réseau est constitué de 1 756 sites situés en métropole, « couvrant environ 13 % de la surface terrestre et 35 % de la zone économique exclusive métropolitaines », précise le ministère de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires. En France, la gestion de ces sites naturels est confiée à une collectivité territoriale volontaire. En l’absence de collectivité volontaire, la compétence est exercée par le préfet.

Ce texte modifie ainsi les dispositions réglementaires relatives à la gouvernance des sites terrestres de Natura 2000 en renforçant le rôle des conseils régionaux. Dans ce cas, le président du Conseil régional est identifié comme « l’autorité administrative des sites Natura 2000 exclusivement terrestres ». Ce dernier aura la charge de constituer le comité de pilotage d’un site Natura 2000 et d’assurer sa présidence en l’absence de collectivité volontaire.

Désignation d’un site Natura 2000

Concrètement, le décret élargit la consultation concernant un projet de périmètre aux conseils régionaux ou à la collectivité de Corse pour les sites exclusivement terrestres. La région aura la possibilité de donner son avis sur la désignation d’un site et d’assurer sa gestion. Le ministère précise que la désignation des sites Natura 2000 ne fait pas partie du périmètre de la décentralisation. À l’issue de ces consultations, l’arrêté de désignation du site Natura et ses annexes comportant notamment la carte du site, sa dénomination, sa délimitation, ainsi que l’identification des habitats naturels et des espèces qui justifient la désignation du site, seront transmis à l’autorité régionale compétente.

En outre, lorsque le site est exclusivement terrestre, le document d’objectifs élaboré par le comité de pilotage Natura 2000 sera soumis à l’approbation du conseil régional. « Cette autorité peut, si elle estime que le document ne permet pas d’atteindre les objectifs qui ont présidé à la création du site, demander sa modification », peut-on lire dans le texte en consultation.

Par ailleurs, le projet de décret comporte des corrections et actualisations de dispositions réglementaires ainsi qu’une simplification de procédures via la dématérialisation de la notification des arrêtés de désignation de sites Natura 2000 aux maires des communes concernées.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
15 décembre 2022
Tout savoir sur : La déforestation importée et les marchés de l’État Le 25 avril dernier, est paru le décret n°2022-641 relatif à la prise en compte du risque de déforestation importée dans les achats de l’État. Avec quelles conséquences pour les acheteurs publics ? Éléments de réponse avec Carine Le Roy Gleizes et Frédéric Scanvic, avocats associés au cabinet Foley Hoag.
Tout savoir sur : La déforestation importée et les marchés de l’État
12 octobre 2022
Sophie Deschiens préside l'AEV de la Région Île-de-France Lors de son Conseil d’administration du 04 octobre, l’Agence des espaces verts (AEV) de la Région Île-de-France a élu Sophie Deschiens comme présidente.
Sophie Deschiens préside l'AEV de la Région Île-de-France
20 décembre 2022
Beenergy crée une symbiose entre l'énergie propre et la biodiversité L’agri-tech 3Bee lance son approche « Beenergy » qui permet aux promoteurs d'atténuer l'impact de leur parc photovoltaïque/éolien en préservant la biodiversité par le biais des abeilles.
Beenergy crée une symbiose entre l'énergie propre et la biodiversité
Tous les articles BIODIVERSITÉ
VIDÉO
Quel avenir pour nos déchets nucléaires ?
Toutes les vidéos
Dernier numéro
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- Ouvrier viticole avec une compétence machinisme H/F
- Ingénieur H/F
- Ouvrier / Ouvrière des espaces verts
- Responsable du Pôle subventions recettes et patrimoine F/H
+ d'offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola