Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Hydrogène vert : Teréga participe au développement du projet Lacq-Hydrogen

Hydrogène vert : Teréga participe au développement du projet Lacq-Hydrogen
Le projet a pour objectif de déployer 6.800 km de gazoducs à l’horizon 2030.Crédits : Adobe Stock
Par Abdessamad Attigui, le 8 avril 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Les opérateurs gaziers Teréga et Enagás, le producteur d’hydrogène renouvelable DH2 et l’énergéticien GazelEnergie, ont signé un protocole d’accord portant sur le développement du projet franco-espagnol Lacq Hydrogen.

Devenir un des maillons Européens de la chaîne de valeur stratégique de l’hydrogène… Telle est l’ambition portée par le projet Lacq Hydrogen. Celui-ci entend produire 10 millions de tonnes d’hydrogène vert d’ici 2030 à prix compétitif. Teréga, Enagás, DH2 et GazelEnergi coopèrent pour étudier le développement de cette chaîne de valeur de l’hydrogène renouvelable entre l’Espagne et la France.

L’étude portera sur la production et la fourniture d’hydrogène renouvelable depuis l’Espagne vers la France entre DH2 et GazelEnergie ; le transport d’hydrogène de l’Espagne vers la France entre Enagás et Teréga ; le stockage et le transport d’hydrogène sur le réseau de Teréga afin de fournir l’hydrogène à la centrale de production électrique renouvelable de GazelEnergie ; la production d’électricité renouvelable 100% pilotable via une centrale à cycle combiné pilotée par GazelEnergie.

« En tant qu’opérateur gazier et accélérateur de la transition énergétique, la promotion des nouveaux gaz fait partie de nos priorités absolues. La coopération avec GazelEnergie, DH2 et Enagás représentent une étape majeure dans l’accélération du développement massif de l’hydrogène vert au service de l’Europe et de tous les territoires. Nous sommes fiers de participer à la conduite de ce projet pionnier au sein d’une filière au cœur de l’actualité, à fort potentiel et nous en sommes convaincus, d’avenir », déclare Dominique Mockly, président et directeur général de Teréga.

Soutenir la relocalisation industrielle

Pour rappel, le projet Lacq Hydrogen constitue une des premières étapes de la dorsale européenne de l’hydrogène qui a pour objectif de déployer 6.800 km de gazoducs à l’horizon 2030 et 22.900 km de réseaux d’hydrogène à travers l’Europe d’ici 2040.

Intégré dans le programme « HyDeal Ambition », Lacq Hydrogen permettra ainsi de soutenir la relocalisation industrielle en s’associant avec des fournisseurs d’électrolyseurs, d’acier et de turbines permettant également de dynamiser les territoires en recourant à la technologie et l’innovation française et européenne, sécurisant des milliers d’emplois dans ce domaine.

Au-delà de son aspect énergétique, Lacq Hydrogen pourrait également contribuer à la création de 1.200 emplois directs permanents sur l’ensemble de la chaîne de valeur. Pendant la phase de construction, 1000 emplois supplémentaires seraient disponibles.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Une forêt Miyawaki pour lutter contre les îlots de chaleur urbains
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
[Tribune] Transition énergétique : pourquoi se passer du biométhane serait une erreur
[Tribune] Transition énergétique : pourquoi se passer du biométhane serait une erreur
A partir de l’été 2021, le chauffage au gaz sera proscrit de l’ensemble des projets de construction de maison. Une mesure de la Réglementation Energétique 2020 qui inclue le biométhane et qui vient s’ajouter à d’autres dispositions particulièrement défavorables à cette énergie innovante et renouvelable. Julien Tchernia, co-fondateur et CEO d'ekWateur, revient sur l'importance de cette énergie dans la transition énergétique. 
Hanwha Solutions Corporation met la main sur RES Méditerranée
Hanwha Solutions Corporation met la main sur RES Méditerranée
La société RES (Renewable Energy Systems Limited) et Hanwha Solutions Corporation ont signé un accord d’option de vente exclusif pour acquérir les activités de développement et de construction de RES Méditerranée. Les deux entités ont lancé le processus de consultation auprès du comité social et économique de RES en France.
Les producteurs d’énergie renouvelable bénéficient des offres « alternatives » de raccordement au réseau électrique
Les producteurs d’énergie renouvelable bénéficient des offres « alternatives » de raccordement au réseau électrique
Un arrêté du ministère de la Transition écologique, publié le 14 juillet, offre aux producteurs d’énergie renouvelable la possibilité de demander aux gestionnaires de réseau d’électricité, principalement Enedis et RTE, une option de raccordement dite « alternative ».
Christophe Cassant nommé à la présidence de John Cockerill Environment
Christophe Cassant nommé à la présidence de John Cockerill Environment
Le groupe spécialiste des dispositifs de production et de stockage d’énergies vertes, annonce la nomination de Christophe Cassant à la présidence de John Cockerill Environment.
Les réseaux de chaleur et de froid vertueux restent à la traîne
Les réseaux de chaleur et de froid vertueux restent à la traîne
Selon une enquête menée par la Cour des comptes, l'exploitation des réseaux de « chaleur renouvelable » en France reste insuffisante et ce, malgré son potentiel pour accélérer la transition énergétique.
CEE : consultation publique sur un projet de décret visant le calcul des obligations
CEE : consultation publique sur un projet de décret visant le calcul des obligations
Le ministère de la Transition écologique consulte jusqu’au 09 septembre 2021 sur un projet de décret visant le calcul des obligations et le délai du rôle actif et incitatif du demandeur de certificats d’économies d’énergie.
Le nombre de nouvelles centrales au charbon baisse de 76 %
Le nombre de nouvelles centrales au charbon baisse de 76 %
Le niveau de projets de nouvelles centrales électriques au charbon s’est effondré de 76 % dans le monde depuis la signature de l’Accord de Paris en 2015. Néanmoins six pays concentrent encore la majorité des nouvelles constructions dans le monde. 
Tous les articles ÉNERGIE
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.