Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Le gouvernement annonce la fermeture de 3 centrales à charbon sur 4 en 2022

Le gouvernement annonce la fermeture de 3 centrales à charbon sur 4 en 2022
La centrale de Cordemais continuera de fonctionner jusqu'en 2024 voire 2026. Crédits : Wikimedia Commons
Par Abdessamad Attigui, le 12 juillet 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
D’ici la fin du quinquennat, le gouvernement aura fermé trois centrales à charbon. En revanche, après l’abandon du projet Ecocombust par EDF, la France continuera à exploiter la centrale de Cordemais jusqu’en 2024 au lieu de 2022.

Une promesse qui ne sera pas totalement tenue par le gouvernement qui s’était engagé à arrêter progressivement les 4 dernières centrales à charbon qui engendraient 35 % des émissions de gaz à effet de serre du secteur électrique. Il a annoncé ce vendredi 09 juillet, que les centrales de Gardanne-Meyreuil et du Havre ont été arrêtées et que la centrale de Saint-Avold cessera son activité en mars 2022.

Le gouvernement a prévu un accompagnement individuel des salariés touchés par ces fermetures en favorisant la transition des territoires vers l’après charbon. La construction d’une usine de production d’éoliennes offshore au Havre, opérationnelle à compter de 2022, s’inscrit directement dans cette stratégie en générant 750 emplois.

Ces fermetures auront permis de réduire plus de 90 % des émissions liées au charbon en 2022 par rapport à 2017.

Une centrale à charbon en activité après 2022

Mais la France ne tournera pas totalement la page du charbon. En effet, la centrale de Cordemais située au Pays de la Loire ne fermera pas en 2022. Le gestionnaire du réseau de transport d’électricité (RTE), avait expliqué dès 2018 dans un bilan prévisionnel que « les unités de production au charbon de Cordemais peuvent être fermées une fois l’EPR de Flamanville en service, mais pas avant » pour éviter de fragiliser le système électrique de la zone Grand Ouest. Cette centrale serait nécessaire à l’approvisionnement de la région au moins jusqu’en 2024 et la mise en service du réacteur nucléaire EPR de Flamanville en Normandie.

Pour limiter les dégâts, EDF menait un projet de conversion de la centrale vers la biomasse produite à partir de bois déchets. Baptisé « Ecocombust », ce projet soutenu par l’État, a fait l’objet d’essais techniques poussés sur la capacité à produire des granulés issus de bois déchet et de les brûler en chaufferie industrielle. Toutefois, EDF a annoncé l’abandon de ce projet compte tenu de son coût et du retrait de son partenaire. « Ce retrait a en effet remis en cause non seulement l’équilibre financier envisagé mais aussi le calendrier, ne permettant pas une mise en service industrielle avant 2024 au mieux, alors même que l’objectif était de convertir la centrale de Cordemais pour la période 2022-2024 », peut-on lire dans un communiqué.

Dans l’attente de la mise en service de l’EPR de Flamanville, le gouvernement annonce donc que la centrale de Cordemais pourra être « utilisée ponctuellement durant les pointes de consommation pour quelques dizaines à centaines d’heures par an au maximum ».Son arrêt définitif se fera en fonction des préconisations de RTE, entre 2024 et 2026.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
GreenYellow accompagne l’aéroport Réunion Roland Garros dans sa transition énergétique
GreenYellow accompagne l’aéroport Réunion Roland Garros dans sa transition énergétique
GreenYellow, spécialiste dans la production solaire photovoltaïque, annonce un nouveau projet d’extension du parking en ombrières équipées de panneaux photovoltaïques, à l’aéroport Réunion Roland Garros sur l’Île de la Réunion.
Le gouvernement mise sur la cartographie des zones favorables à l'éolien
Le gouvernement mise sur la cartographie des zones favorables à l'éolien
À l'occasion d'une conférence de presse tenue vendredi 28 mai, Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a réaffirmé la volonté de l’État de poursuivre le déploiement de l’éolien terrestre pour atteindre les objectifs de la programmation pluriannuelle de l’énergie.
Pays de la Loire : construction de deux nouvelles stations de biocarburant
Pays de la Loire : construction de deux nouvelles stations de biocarburant
Le Territoire d’énergie Mayenne a confié à Endesa la construction et l’exploitation de deux nouvelles stations publiques d’avitaillement en GNV/BioGNV (gaz naturel véhicule) en Pays de la Loire.
Le salon Bio360 Open se tiendra du 30 juin au 1er juillet à Retiers
Le salon Bio360 Open se tiendra du 30 juin au 1er juillet à Retiers
Le salon salon Bio360 Open 2021 aura lieu du 30 juin au 1er juillet sur le parc Expo de Retiers. Au programme, des exposants, animations et conférences sur la biomasse et le biogaz.
Trédi Salaise récupère la chaleur fatale pour la décarbonation de l'industrie locale
Trédi Salaise récupère la chaleur fatale pour la décarbonation de l'industrie locale
L’usine Trédi, propriété de Séché Environnement spécialisée dans le traitement thermique et la valorisation des déchets dangereux, a inauguré le vendredi 09 juillet, son nouveau réseau de chaleur. L’installation a vocation à fournir 600.000 tonnes de vapeur aux industriels de la plateforme chimique de Roussillon (Isère) et d’éviter annuellement 180.000 tonnes de CO2.
Paul Jarquin, élu président de Fibois France
Paul Jarquin, élu président de Fibois France
L’actuel président de Fibois Ile-de France, a été élu le 26 mai dernier à la présidence de Fibois France pour un mandat de trois ans.
La transition énergétique peut revitaliser les économies
La transition énergétique peut revitaliser les économies
Selon une récente étude de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), la transition énergétique contribuerait à la croissance de l'économie mondiale de 2,4 % par rapport aux données prévues dans les plans actuels.
Tous les articles ÉNERGIE
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.