Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines

MOBILITÉ
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Total autorisé à convertir la raffinerie de la Mède en bio-raffinerie

Total autorisé à convertir la raffinerie de la Mède en bio-raffinerie
Par Eva Gomez, le 16 mai 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Ce mercredi 16 mai, le préfet de la région PACA a autorisé la reconversion de la raffinerie de la Mède dans les Bouches-du-Rhône (Total), en bio-raffinerie. Cette autorisation prévoit l’encadrement de l’usage des matières premières utilisées, en particulier de l’huile de palme.

« Ce projet de bio-raffinerie permettra de produire du biodiesel de type HVO (hydrotraitement des huiles végétales) qui est une alternative aux carburants traditionnels d’origine fossile permettant de réduire les émissions de gaz à effet de serre et d’avancer vers la sortie des énergies fossiles », explique le ministère de la transition écologique, ce mercredi 16 mai, dans un communiqué. Ce projet développé en 2015, prévoit le maintien de 250 emplois (sur 500) sur la plateforme de la Mède, « en réduisant l’utilisation de produits pétroliers et les nuisances induites par la plateforme ». Ce qui devrait permettre de diminuer les émissions de CO2 de 75 %, les émissions de dioxyde de soufre de 93 %, les émissions de poussières de 98 % et les émissions de composés organiques volatils (COV) de 45 %.

Mais le ministère a également intégré l’impact du biodiesel sur l’environnement et les forêts dans l’arrêté qui encadre ce projet de reconversion. « Le projet de la Mède doit donner la priorité au recyclage des huiles usagées, et dans ce cadre l’Etat a fixé à Total l’objectif d’utiliser au moins 25 % de matières premières issues du recyclage des huiles (huiles alimentaires usagées, graisses animales, distillats d’acide gras), avant d’autoriser la mise en service de la bioraffinerie », est-il précisé. Dans un premier temps, « une part importante de l’approvisionnement de la bio-raffinerie proviendra dans un premier temps d’huiles végétales brutes (palme, colza, soja …) », souligne le ministère, d’où l’obligation d’utiliser des huiles « répondant aux critères de durabilité fixés par la Commission européenne ». Enfin, le gouvernement demande à Total de diminuer autant que possible son approvisionnement en huiles végétales (et notamment d’huile de palme), « afin de consommer des quantités inférieures aux 450.000 tonnes que l’usine est autorisée à utiliser ».

Total envisage un approvisionnement annuel en huile de palme de 300.000 tonnes maximum

Dans la foulée, Total a précisé que la future bio-raffinerie « disposera d’une capacité de traitement annuel de 650.000 tonnes » d’intrants, répartis comme suit : 60 à 70 % d’huiles végétales brutes (colza, tournesol, soja, palme, maïs etc.) et 30 à 40 % de graisses animales, d’huiles alimentaires usagées et d’huiles résiduelles. Le géant pétrolier affirme prendre « l’engagement de limiter l’approvisionnement en huile de palme brute à un volume inférieur à 50 % des volumes de matières premières qui seront traitées sur le site, soit au plus 300.000 tonnes par an ». Ceci en faisant la promotion d’un label de certification durable auprès de l’Union européenne. Cette bio-raffinerie devrait produire environ 500.000 tonnes de biodiesel par an.

Incertitudes sur l’approvisionnement et potentielle interdiction de l’utilisation d’huile de palme en Europe

Mais pour l’association « Les amis de la Terre », l’État, via cette décision « souffle le chaud et le froid ». L’ONG fait ici référence aux propos tenus par le ministre de la transition écologique Nicolas Hulot, ce mercredi 16 mai sur RMC, et selon lesquels l’Europe interdirait dans les années à venir, l’utilisation d’huile de palme. Le coordinateur des campagnes des « Amis de la Terre », Sylvain Angerand souligne que « Total évoque maintenant un plafonnement à 300.000 tonnes d’huile de palme brut, ce qui est colossal. A cela, il faut ajouter les distillats d’huile de palme que Total essaye de présenter comme des résidus. Total deviendrait le premier importateur français d’huile de palme. Aucune certification ne peut garantir que ce projet n’entraînera pas de déforestation comme l’a reconnu la Cour des Comptes Européenne ». Sylvain Angerand fait référence à un rapport de la Cour des comptes sur le système de certification des biocarburants durables de l’Union européenne, publié en 2016. Dans celui-ci, la Cour des Comptes rappelle notamment qu’en 2014, « la Commission a pris acte du fait que les régimes volontaires n’apportaient pas d’éléments de preuve suffisants en ce qui concerne l’origine des déchets (…) ce qui signifie que depuis les premières décisions de reconnaissance de régimes volontaires en 2011, et jusqu’en 2014 au moins, des biocarburants considérés comme produits à partir de déchets et, de ce fait, comptant double pour la réalisation des objectifs nationaux, ont été certifiés sans que l’origine des déchets ait été valablement vérifiée ».

De fait, « les Amis de la Terre » s’inquiète du risque que Total refuse de rendre public son plan d’approvisionnement, « notamment sa liste de fournisseurs ». L’ONG ainsi que la CGT demandent donc au gouvernement de « forcer Total à revenir à la table des discussions », afin de présenter un plan qui prendrait en compte la potentielle interdiction de l’utilisation d’huile de palme en Europe : « C’est aujourd’hui la pérennité même du site de la Mède qui est en jeu (…) La Mède pourrait être demain un laboratoire pour penser la reconversion industrielle plutôt que de s’entêter dans un projet à contre-sens de l’Histoire », conclut l’ONG.
Raffinerie de La Mède / Crédit : Total
Rejoignez-nous sur LinkedIn, Facebook et Twitter
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Sartrouville abrite la plus grande ferme bioponique de France
Dernier numéro
Hydroplus
Le magazine des professionnels de l’eau et de l’assainissement. (supplément d’EM)
Avril 2022
Sommaire
Découvrir
S'abonner
Les numéros
Actu réglementaire
Décret n° 2022-809 du 14 mai 2022 relatif à l'aide à l'acquisition ou à la location de taxis peu polluants accessibles en fauteuil roulant Lire
Arrêté du 12 mai 2022 portant création de comités sociaux d'administration et de formations spécialisées à la direction générale de l'aviation civile et à l'Ecole nationale de l'aviation civile Lire
Arrêté du 11 avril 2022 portant approbation du plan de gestion des risques d'inondation du bassin Artois-Picardie Lire
Arrêté du 11 mai 2022 portant création d'une commission administrative paritaire compétente à l'égard des agents exerçant des fonctions d'encadrement supérieur et de direction au ministère chargé de la transition écologique, au ministère chargé de la cohésion des territoires et des relations avec les collectivités territoriales et au ministère chargé de la mer Lire
Arrêté du 10 mai 2022 portant agrément du laboratoire de l'usine de Parentis-en-Born de la Société CHEMVIRON pour effectuer le classement du charbon actif (N° ONU 1362) en vue de leur transport maritime en colis Lire
Décret n° 2022-795 du 9 mai 2022 relatif à la prise en charge bonifiée par le tarif d'utilisation des réseaux publics d'électricité des coûts de raccordement associés à l'ajout de certains équipements électriques d'utilisateurs raccordés en basse tension Lire
Décret n° 2022-794 du 5 mai 2022 mettant fin à l'inscription de sites inscrits au titre de l'article L. 341-1 du code de l'environnement, en raison de leur état de dégradation irréversible ou de leur couverture par une autre mesure de protection de niveau au moins équivalent, en application de l'article L. 341-1-2 du même code Lire
Arrêté du 5 mai 2022 portant nomination d'un directeur régional adjoint de l'environnement, de l'aménagement et du logement (région Nouvelle-Aquitaine) Lire
Arrêté du 3 mai 2022 modifiant l'arrêté du 24 octobre 2012 relatif à l'exploitation de services de transport aérien par la société Air France Lire
Décret n° 2022-780 du 4 mai 2022 relatif à l'audit énergétique mentionné à l'article L. 126-28-1 du code de la construction et de l'habitation Lire
Arrêté du 30 avril 2022 accordant la prolongation du permis exclusif de recherches de mines d'hydrocarbures conventionnels liquides ou gazeux, dit « permis de Leudon-en-Brie » (Marne et Seine-et-Marne), à la société Vermilion Moraine SAS Lire
Arrêté du 29 avril 2022 autorisant au titre de l'année 2022 l'ouverture d'un recrutement sans concours d'adjoints techniques des administrations de l'Etat au ministère de la transition écologique Lire
Décret n° 2022-750 du 29 avril 2022 établissant la liste des communes dont l'action en matière d'urbanisme et la politique d'aménagement doivent être adaptées aux phénomènes hydrosédimentaires entraînant l'érosion du littoral Lire
Décret n° 2022-749 du 29 avril 2022 modifiant le décret n° 2021-153 du 12 février 2021 instaurant une aide en faveur des investissements relatifs aux installations de recharge rapide pour véhicules électriques sur les grands axes routiers Lire
Décret n° 2022-748 du 29 avril 2022 relatif à l'information du consommateur sur les qualités et caractéristiques environnementales des produits générateurs de déchets Lire
Décret n° 2022-661 du 25 avril 2022 relatif à la mise en place d'une aide sous forme de subvention à destination des entreprises à l'aval des exploitations agricoles touchées par les épisodes de gel survenus du 4 au 14 avril 2021 Lire
Décret n° 2022-642 du 25 avril 2022 modifiant le décret n° 93-1442 du 27 décembre 1993 approuvant les statuts de la Société anonyme de gestion de stocks de sécurité et précisant ses relations avec l'Etat Lire
Décret n° 2022-641 du 25 avril 2022 relatif à la prise en compte du risque de déforestation importée dans les achats de l'Etat Lire
Décret n° 2022-640 du 25 avril 2022 relatif au dispositif de certificats de production de biogaz Lire
Décret n° 2022-616 du 22 avril 2022 relatif à la procédure de déclaration sur une plateforme numérique par les importateurs, distributeurs ou autres metteurs sur le marché des biens et services soumis à certaines obligations d'affichage environnemental dont les dépenses publicitaires nettes annuelles sont supérieures ou égales à 100 000 euros Lire
À lire également
Un « navire école » écoresponsable pour la recherche halieutique
Un « navire école » écoresponsable pour la recherche halieutique
EODev fournit deux groupes électro-hydrogène « REXH2 » de 70kW chacun, pour équiper le navire à propulsion « zéro émissions » du lycée professionnel maritime et aquacole de Bastia. Ce navire alimenté à l'hydrogène est destiné à former aux métiers de la pêche et de la navigation.
Railcoop rénove des trains destinés à la ligne voyageurs Bordeaux-Lyon
Railcoop rénove des trains destinés à la ligne voyageurs Bordeaux-Lyon
La coopérative Railcoop sélectionne les ateliers ACC M pour la rénovation de ses trains destinés au service voyageurs Bordeaux-Lyon.
Tout savoir sur : l’extension aéroportuaire
Tout savoir sur : l’extension aéroportuaire
Le ministère de la Transition écologique a mis en consultation publique un projet de décret d’application de la loi Climat et Résilience relatif à l’encadrement du développement aéroportuaire (passagers et fret). Pour la première fois, les projets de création ou d’extension aéroportuaire pourraient ne plus bénéficier, par principe, d’une déclaration d’utilité publique (DUP). Les collectivités territoriales auraient également leur mot à dire. Explications avec Sophie Pignon, avocate du cabinet Taylor Wessing.
Atawey conçoit des stations de recharge hydrogène évolutives
Atawey conçoit des stations de recharge hydrogène évolutives
Atawey annonce la mise en production d’une station de recharge d’hydrogène évolutive à destination de la mobilité lourde. Elle est capable de distribuer près de 400 kg et pourra être augmentée pour atteindre 1,3 tonne d’hydrogène vert par jour.
9 500 chariots élévateurs alimentés à l'hydrogène bas-carbone
9 500 chariots élévateurs alimentés à l'hydrogène bas-carbone
Plug Power officialise avec Walmart un contrat d'approvisionnement en hydrogène vert de 20 tonnes par jour. Une quantité qui servira à alimenter jusqu'à 9 500 chariots élévateurs répartis entre les différents sites de l'enseigne spécialisée dans la grande distribution aux États-Unis.
Toulouse met en route le plus long téléphérique urbain de France  
Toulouse met en route le plus long téléphérique urbain de France  
Parcourant 3 kilomètres, Toulouse (Occitanie) met en service le plus long téléphérique urbain jamais construit en France baptisé Téléo. Cette nouvelle offre de transport en commun permet de fluidifier les déplacements entre l’Est et l’Ouest de la métropole. 
Le Havre renforce ses infrastructures de recharge électrique
Le Havre renforce ses infrastructures de recharge électrique
La Communauté Urbaine du Havre Seine Métropole (Normandie) retient Ubitricity, filiale du groupe Shell, pour l’installation de 534 points de recharge publiques pour véhicules électriques AC et DC répartis sur 172 sites à l’horizon 2024.
Tous les articles MOBILITÉ
En partenariat avec
Événements
IAF 2022
28 Mai 2022
IFAT
30 Mai 2022
Assises Européennes de la Transition Energétique
31 Mai 2022
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN MONTEUR PNEUMATIQUES GENIE-CIVIL H/F
- Responsable de Territoire H/F
- Agent / Agente d'entretien des espaces naturels
- Ingénieur.e Stockage - CDI - Montpellier, Paris ou Avignon F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.