Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Agriculture : les agences de l'eau reconnaissent les bénéfices des paiements pour services environnementaux

Agriculture : les agences de l'eau reconnaissent les bénéfices des paiements pour services environnementaux
Par E.G, le 2 mars 2020.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Lors du salon de l’agriculture, qui s’est tenu la semaine dernière au parc des expositions de la porte de Versailles à Paris, les agences de l’eau Seine-Normandie et Adour-Garonne, des collectivités locales de ces deux bassins, ainsi que des agriculteurs, ont présenté les premiers résultats de l’expérimentation des paiements pour services environnementaux.

Les paiements pour services environnementaux ont pour objectif de « reconnaître une agriculture de qualité qui protège l’eau, les sols, les milieux et la biodiversité et contribue à l’atténuation des changements climatiques », rappellent les agences de l’eau Seine-Normandie et Adour-Garonne dans un communiqué commun. Les deux agences ont participé à des projets d’expérimentation de ces paiements, sur la base de trois principaux critères : la présence de pairies et la longueur des rotations culturales, la faible utilisation de pesticides et de fertilisants minéraux, ainsi que la préservation des haies, des bois et des zones humides.

« L’agence de l’eau Adour-Garonne a été la première agence de l’eau française à se lancer dès 2019 dans l’expérimentation, en partenariat avec les Régions Occitanie et Nouvelle-Aquitaine, les services de l’Etat, les Chambres d’agriculture et les associations de protection de l’environnement et les collectivités locales sur 14 territoires », est-il rappelé. Un dispositif spécifique au bassin a permis d’attribuer 2,4 millions d’euros par an à 384 exploitations.

De son côté, « l’agence de l’eau Seine-Normandie accompagne depuis 2018, dans le cadre d’un projet expérimental franco-britannique « Interreg », des collectivités produisant de l’eau potable comme le SERPN (syndicat d’eau du Roumois et du plateau du Neubourg dans l’Eure) ou le Syndicat Caux Central (Seine-Maritime) », est-il précisé. Ces collectivités rémunèrent les agriculteurs qui réduisent les reliquats azotés sur leurs exploitations. L’Agence de l’eau Seine-Normandie a également lancé un appel à manifestation d’intérêt : 15 collectivités se sont portées candidates pour construire une démarche d’aides aux agriculteurs. « Pour cela, l’agence de l’eau travaille en partenariat avec l’assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA) afin de déployer une logique commune dans le bassin Seine-Normandie », précise l’agence.
DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Ré-homologation du glyphosate : des études scientifiques manquent à l'appel, dénonce Générations Futures
Ré-homologation du glyphosate : des études scientifiques manquent à l'appel, dénonce Générations Futures
L’Union européenne doit statuer en décembre 2022 sur la demande de ré-homologation du glyphosate déposée en 2020. Pendant ce processus d'examen l'EFSA et l'ECHA lanceront à compter de ce 24 septembre des consultations publiques sur ce dossier. Toutefois, Générations Futures dénonce ce système qui permet « à l’industrie de retirer une majorité d’études scientifiques indépendante du dossier qui sera évalué ».
Geod'air, la plateforme de prévision de la qualité de l'air s'ouvre au public
Geod'air, la plateforme de prévision de la qualité de l'air s'ouvre au public
La base de données de référence de la qualité de l’air « Geod’air » est désormais accessible au public. Les statistiques de mesure sont disponibles en temps quasi-réel via une carte interactive.
Le trou dans la couche d'ozone de l'hémisphère sud s'agrandit
Le trou dans la couche d'ozone de l'hémisphère sud s'agrandit
Le Service Copernicus pour la surveillance de l'atmosphère (CAMS) révèle que le trou d'ozone de 2021 s'est considérablement agrandi au cours de la dernière semaine et devient plus grand que 75 % des trous d'ozone formés à ce stade de la saison depuis 1979.
[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement
[Tribune] Les sombres secrets de l’industrie de l’habillement
Le mois de la mode vient de se clôturer. Tous les regards se sont tournés début septembre vers le Met Gala de New York, la plus grande soirée du secteur de la mode chaque année. Mais si on regarde au-delà des projecteurs et des défilés de mode, on découvre une scène nettement moins glamour. Alejandra Pollak, membre du conseil d’administration du Fonds international pour la protection des animaux (IFAW) dévoile la face cachée de cette industrie. 
Plateforme mobile de bioremédiation et enrichissement des sols
Plateforme mobile de bioremédiation et enrichissement des sols
DND Biotech est spécialisée dans les technologies biosourcées pour la remédiation des sols pollués et le rétablissement de la fertilité des sols agricoles. RoboNova 2.0 représente l’évolution du projet RoboNova, qu’elle mène depuis plusieurs années.
Le « coût social » des nuisances sonores s'élève à plus de 155 milliards d’euros
Le « coût social » des nuisances sonores s'élève à plus de 155 milliards d’euros
L’Agence de la transition écologique (Ademe) et le Conseil national du bruit (CNB) ont évalué dans un nouveau rapport les conséquences de l’exposition au bruit. Les nuisances sonores auraient un « coût social » estimé à plus de 155 milliards d’euros par an en France.
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
L'ONG WWF révèle le véritable coût « caché » du plastique
Le coût économique et social du plastique serait 10 fois plus élevé que son coût de production. Sa gestion en 2019 aura coûté à la société près de 3.700 milliards de dollars, soit l’équivalent du PIB de l’Inde.
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.