Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Le gouvernement déploie 75 millions d'euros pour les solutions de gestion des déchets radioactifs

Le gouvernement déploie 75 millions d'euros pour les solutions de gestion des déchets radioactifs
L'appel à projets est doté de 75 millions d’euros. Crédits : Adobe Stock
Par A.A, le 9 juillet 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le ministère de la Transition écologique, le ministère de l’Économie, des Finances et de la Relance et le Secrétariat général pour l’investissement, ont lancé un appel à projets pour l’innovation dans la gestion des déchets radioactifs. Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 1er mars 2022.

La gestion des déchets radioactifs est toujours le talon d’Achille de l’énergie nucléaire. Mais le gouvernement mise sur les innovations pour inverser la tendance avec une enveloppe de 75 millions d’euros. Cet appel à projets vise ainsi à encourager les travaux d’innovation menés autour des solutions de gestion des déchets radioactifs. Mais également à répondre « aux attentes exprimées durant le débat public sur le Plan national de gestion des matières et des déchets radioactifs (PNGMDR) quant à la relance d’une dynamique de recherche sur la thématique des alternatives au stockage géologique profond », peut-on lire dans un communiqué.

Pour rappel, le PNGMDR a pour objectif de renforcer la transparence sur la gestion des matières et des déchets radioactifs et l’améliorer et de dresser un bilan périodique de la politique de gestion et réévaluer les objectifs à atteindre.

Trois thématiques prioritaires 

Les projets qui seront soutenus dans le cadre de cet appel à innovations, devront Les projets attendus doivent présenter un budget supérieur à 400.000 euros et répondre à l’une des trois thématiques suivantes, à savoir :
- l’optimisation de la gestion des déchets radioactifs et meilleure structuration des filières de gestion ;
- la valorisation des matières radioactives ;
- les solutions alternatives au stockage géologique profond, permettant ainsi d’identifier et d’explorer des solutions innovantes, voire disruptives, au regard des progrès actuels et des innovations possibles.
 
Les projets peuvent être déposés jusqu’au 1er mars 2022 sur la plateforme de Bpifrance.  
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Nuisances sonores aéroportuaires : 18 associations saisissent le Conseil d'État pour appliquer le droit européen
Nuisances sonores aéroportuaires : 18 associations saisissent le Conseil d'État pour appliquer le droit européen
Dix-huit associations ont entamé un recours pour presser l’État à agir contre les nuisances sonores causées par les activités aéroportuaires.
Vinci Airports annonce le premier puits carbone forestier autour de l'aéroport Lyon-Saint Exupéry
Vinci Airports annonce le premier puits carbone forestier autour de l'aéroport Lyon-Saint Exupéry
Vinci Airports a présenté son programme de reboisement réalisé en collaboration avec l’Office national des forêts (ONF) et le département du Rhône. Celui-ci est destiné à absorber les émissions résiduelles des aéroports de Lyon-Saint Exupéry et Lyon-Bron.
Pollueur-payeur : les contribuables paient les frais, alerte la Cour des comptes européenne
Pollueur-payeur : les contribuables paient les frais, alerte la Cour des comptes européenne
La Cour des comptes européenne indique dans un nouveau rapport que le principe du pollueur-payeur n'est pas totalement respecté au sein de l'Union européenne. Son application varie d'un secteur et d'un État membre à l'autre. Conséquence : ce sont les contribuables qui financent des actions de dépollution.
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Du caniveau au fleuve, et du fleuve à la mer, nos déchets urbains finissent bien souvent dans l'océan.
Une surveillance « pérenne » des pesticides dans l’air ambiant
Une surveillance « pérenne » des pesticides dans l’air ambiant
Atmo France qui fédère les associations agréées de surveillance de la qualité de l’air (AASQA), et l'Institut national de l'environnement industriel et des risques (Ineris) ont mis en place un suivi annuel de 75 pesticides dans l'air extérieur en métropole et en outre-mer. Les premières données seront accessibles en été 2022.
Grand Paris : la zone à faibles émissions s’étend aux véhicules Crit'Air 4
Grand Paris : la zone à faibles émissions s’étend aux véhicules Crit'Air 4
La deuxième étape de la zone à faibles émissions (ZFE) de la Métropole du Grand Paris est en vigueur depuis le 1er juin 2021. La restriction de circuler est étendue aux véhicules Crit’Air 4 au sein des communes situées à l’intérieur du périmètre de l’autoroute A86. Mais les professionnels touchés par la crise économique pourront bénéficier de dérogations de l’application.
La réduction des émissions de méthane et la sécurité alimentaire, profondément liées
La réduction des émissions de méthane et la sécurité alimentaire, profondément liées
Une nouvelle étude théorise les conséquences des différentes approches de réduction des émissions du méthane sur la production alimentaire à l’horizon 2050. Ce travail comparatif révèle que la France ne pourrait pas pleinement subvenir à ses besoins alimentaires tout en respectant les plans de neutralité climatique.
Tous les articles POLLUTIONS
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.