Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] La consigne : un engagement pour l'environnement, une opportunité sociale et économique

Partager :
[Tribune] La consigne : un engagement pour l'environnement, une opportunité sociale et économique
Par Manuel Rodriguez, président d'Océan sans plastiques, et Benoît Paget, président de GreenBig, le 21 octobre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
Cette semaine, Manuel Rodriguez, président d’Océan sans plastiques, et Benoît Paget, président de GreenBig, défendent le dispositif de consigne, qu’ils considèrent comme une solution qui permettra "d’aligner économie et écologie".

La problématique de la pollution de l’environnement par les plastiques atteint une ampleur qui lui vaut toute l’attention des instances internationales, un consensus du monde scientifique et une sensibilité grandissante de chacun de nous.

Si toutes les conséquences écologiques, alimentaires, sanitaires, économiques ne sont pas encore listées, l’urgence à agir est bien posée. La France possède sa part de responsabilité et la mise sur le marché, des décennies durant, d’emballages pour lesquels aucune solution satisfaisante de collecte ou de recyclage n’était mise en oeuvre y a contribué. La situation s’améliore, certes. Mais elle reste très insatisfaisante. Selon les chiffres les plus optimistes ce ne sont pas moins de 43% des bouteilles PET qui finissent en décharge ou en incinérateur et 140 millions de bouteilles - les 1% non collectés - qui finissent chaque année dans la nature. Chaque citoyen peut le constater dans son quotidien et la présence d’emballages plastiques dans le caniveau, dans les rivières et fleuves ou sur les littoraux ne peuvent qu’amener au constat de l’échec du système français de collecte. Cette constatation, le gouvernement français lui-même l’a faite et s’est saisi d’un outil, la consigne, qui permettrait d’améliorer profondément nos performances de collecte actuelles. Mise en place avec succès dans plusieurs pays européens, la consigne cristallise actuellement les tensions en France.

Bien sûr, la consigne à elle-seule ne résoudra pas toute la problématique plastique. Bien sûr, la consigne ne saurait en aucun cas répondre à cette nécessaire réflexion sur la place du plastique dans nos vies, à ces transformations sociétales profondes qu’implique la mutation écologique. Mais face à l’urgence écologique peut-on se passer d’un système qui, partout où il a été appliqué avec intelligence, a largement permis de solutionner la question de la présence d’emballages de boisson dans la nature ? Faudrait-il au nom de "meilleures solutions qui restent à inventer" se refuser à appliquer une réponse qui pourrait être développée en quelques mois sur notre territoire et permettrait de collecter près de 100% des emballages de boissons, PET, alu et briques polymatériaux et faciliter le réemploi des bouteilles en verre ? Car c’est bien de cela qu’il s’agit ! Du développement d’un mode de consigne ambitieux, qui vise à collecter 100% des emballages de boisson, partout sur le territoire et non de laisser se développer, ça et là, des initiatives ponctuelles à la recherche d’un bénéfice immédiat.

Mettre en place la consigne aura-t-il des conséquences économiques ? Oui, sans conteste. Tout d’abord sur la filière PET qui, avec une collecte plus efficace en termes de volume mais aussi de qualité devrait connaître une croissance accélérée et la création d’emplois non délocalisables. Des conséquences également sur la poubelle jaune car parmi les coûts importants du traitement des déchets ménagers, le transport figure en bonne place. En retirant les bouteilles du bac de tri, les poubelles se rempliront moins vite, générant des économies sur la collecte pour les collectivités, qui ont par ailleurs reçu la garantie du maintien de leurs financements par l’éco-organisme Citeo. Les recycleurs seront-ils les grands perdants de la consigne ? Même sans les bouteilles, il restera dans le bac de tri de nombreux plastiques dont la valeur économique est élevée mais qui ne sont aujourd’hui quasiment pas recyclés. Les importants investissements réalisés dans des chaînes de tri de haute performance doivent servir à trier et recycler des emballages comme par exemple le pot de yaourt, qui à lui seul représente 25% du gisement total (en tonnes) de bouteilles en plastique !

Le changement est l’appel d’air de l’innovation. C’est lui qui pousse à inventer des solutions plus vertueuses écologiquement et économiquement, parfois aux dépends de modèles économiques vieillissants. C’est tant mieux s’il s’agit de mettre sur pied une filière innovante, unique au monde, créatrice d’emplois industriels non délocalisables. La consigne est une opportunité à saisir, tant d’un point de vue écologique qu’économique ! Rassemblées autour d’un manifeste pour la consigne, partout en Europe, les ONG se mobilisent pour la mise en place de cette solution comme une nécessité urgente et observent avec espoir ce qui se déroule en France. A nous d’inventer le modèle qui pourrait servir d’exemple, dans lequel toutes les parties prenantes seraient gagnantes, y compris celles qui s’y opposent par peur d’y perdre. Quelle réussite ce serait d’enfin réussir à aligner économie et écologie !
Manuel Rodriguez, président d'Océan sans plastiques, et Benoît Paget, président de GreenBig
Retrouvez toute l'information "recyclage & Récupération" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] Le coup de cœur d'Agnès

Dans ce nouveau numéro d'Environnement TV, Agnès se réjouit de la réouverture de la Bièvre. Affluent de la Seine, elle avait été recouverte sur une partie de son parcours au début du XXe siècle.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
A Nantes, le marché d’intérêt national entame sa mue écologique
Au deuxième rang national, après celui de Rungis, le marché d’intérêt national de Nantes a mis en œuvre une politique volontariste de tri et de valorisation de ses déchets ainsi qu’une démarche anti-gaspillage solidaire.
[Tribune] Sacs biosourcés compostables et économie circulaire : pourquoi briser une dynamique vertueuse ?
[Tribune] Sacs biosourcés compostables et économie circulaire : pourquoi briser une dynamique vertueuse ?
Cette semaine, Christophe Doukhi de Boissoudy, président du Club Bio-plastiques, revient sur le rôle des sacs biosourcés et biodégradables dans le développement d'une économie circulaire. "Si l’objectif de sortir du « tout plastique » est louable et nécessaire, ne jetons pas pour autant le bébé avec l’eau du bain", alerte-t-il.
Vers une filière de recyclage pour les poids lourds
Vers une filière de recyclage pour les poids lourds
Renault Trucks, l’Indra et l’Ademe lancent une étude préalable à la mise en place d’une filière de recyclage et de réutilisation de pièces pour poids lourds.
Cédric L'Elchat est élu président du Sypred
Cédric L'Elchat a été élu président du Syndicat professionnel pour le recyclage et l'élimination des déchets dangereux (Sypred).
Le projet de loi économie circulaire est adopté par la commission mixte paritaire
Le projet de loi économie circulaire est adopté par la commission mixte paritaire
Ce mercredi 8 janvier, la saga du projet de loi antigaspillage pour une économie circulaire touche à sa fin. Il vient d'être adopté à l'unanimité par une commission mixte paritaire composée de sept députés et sept sénateurs.
GRDF et le Syctom en partenariat pour la valorisation des biodéchets franciliens
GRDF et le Syctom en partenariat pour la valorisation des biodéchets franciliens
Le 29 novembre dernier, GRDF et le Syctom ont annoncé la signature d'un partenariat pour la valorisation des biodéchets franciliens en gaz renouvelable.
[Tribune] Loi économie circulaire : il faudra plus de concret pour se donner les moyens de la sobriété
[Tribune] Loi économie circulaire : il faudra plus de concret pour se donner les moyens de la sobriété
Cette semaine, Kathleen Boquet revient sur la loi économie circulaire, qui sera examiné en séance publique à l'Assemblée nationale dès lundi 9 décembre prochain. Pour elle, cette loi reste "timide" et "la mise en œuvre d’une économie circulaire ambitieuse dépendra de notre capacité à décorréler le développement de nos sociétés de l’extraction de ressources".
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Assises Européenne de la Transition Énergétique
28 Janvier 2020
Assises Européenne de la Transition Énergétique
Carrefour des Gestions Locales de l'Eau
29 Janvier 2020
Carrefour des Gestions Locales de l'Eau
Biogaz Europe
29 Janvier 2020
Biogaz Europe
+ d'événements
Emploi
- Agent de Réseau d'Eau Potable - H/F
- Electromécanicien(ne) H/F
- Jardinier / Jardinière
- Ingénieur Transposition Industrielle F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.