Accès abonnés Voir nos offres
Menu

ÉNERGIE
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
EMPLOI

[Tribune] Le biogaz : une énergie stratégique pour la France

Partager :
[Tribune] Le biogaz : une énergie stratégique pour la France
Par Julien Chardon, président de Ilek, le 1er avril 2019
Découvrez notre newsletter gratuite Énergie
Cette semaine, Julien Chardon, président du fournisseur d’électricité verte Ilek, revient sur le potentiel de la filière biogaz en France. Alors que le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie diminue les objectifs, il rappelle que "le gaz bio peut être utilisé de manière aussi efficace et polyvalente que le gaz naturel pour le transport et le chauffage : du fait de ces avantages, il devient de plus en plus une priorité dans l’agenda politique et aussi une opportunité commerciale pour le secteur agricole".

Ce n’est qu’en 2007 que les premiers mètres cubes de biométhane étaient injectés dans le réseau national de gaz GRDF afin de faire fonctionner les bus de la commune de Lille. Aujourd’hui, il y aurait plus de 500 unités de production de biométhane en France, mais seulement 10 % de cette production sont injectés dans le réseau national. Le biogaz pourra-t-il faire le poids face aux besoins des Français dans les années à venir ? Quels freins empêcheraient son bon développement et son utilisation dans l’hexagone ?
 
D’ici 2030, la loi de la transition énergétique prévoit 10 % de gaz renouvelable dans la consommation française tandis que les acteurs de la filière, plus optimistes, misent sur 30 % ; malgré une baisse de ces objectifs dans le dernier projet de PPE 2019. Il devrait donc y avoir d’ici cette date entre 500 et 1.400 sites qui injecteront du biométhane dans le réseau français. Une étude de l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), souligne même que la quantité de déchets en France serait suffisante pour qu’en 2050 le réseau national de gaz soit composé seulement de biométhane. Le biogaz aurait donc de beaux jours devant lui avec un marché en plein essor et qui voit grand.
 
Les obstacles à surmonter
 
Plusieurs facteurs pourraient néanmoins freiner la bonne évolution de la filière du gaz bio. La réglementation est actuellement trop complexe et les autorisations trop longues à obtenir pour développer les sites de production. En effet, les acteurs de la filière souhaitent réduire à trois ans les délais entre le dépôt du dossier et la mise en service de l’unité, délais qui peuvent atteindre aujourd’hui entre sept à dix ans dans certains cas. Le biométhane se trouve au croisement de trois secteurs, chacun très technique et réglementé : l’agriculture, les déchets et l’énergie. France Biométhane, un laboratoire d’idées composé d’experts du secteur, a d’ailleurs formulé des mesures afin de limiter les contentieux. Ce dernier insiste notamment sur la nécessité de sortir le digestat du statut de déchet.
 
De plus, pour produire du gaz bio, il faut un approvisionnement en déchets conséquent et surtout régulier. C’est pourquoi la majorité des développeurs de projets qui souhaitent s’investir dans la création d’unité de production de biogaz se tournent vers le monde agricole, qui détient 80 % du potentiel méthanogène français grâce à ses déchets. Toutefois, les agriculteurs qui possèdent une quantité suffisante de déchets n’ont parfois pas les ressources financières pour investir dans des unités de production de biogaz.
 
Quelles solutions pour soutenir le développement de la filière ?
 
Des financements sont proposés par l’État pour soutenir les projets de biométhane. En février 2018, Emmanuel Macron avait déclaré devant 1.000 agriculteurs reçus à l’Elysée, qu’un fond de prêts de 100 millions d’euros serait consacré aux sites de fabrication de biométhane accompagné d’une réforme de la réglementation. On considère que le coût de l’investissement se situe entre 3.000 et 5.000 euros par kW installé. Une petite installation de 100 kW coûterait environ 500.000 euros.
 
D’autre part, les acteurs s’unissent et discutent des enjeux du biométhane grâce à des organismes de soutien tels que le syndicat des énergies renouvelables ou le laboratoire d’idées France Biométhane pour sensibiliser les pouvoirs publics et les citoyens aux atouts du biométhane. Grâce à l’optimisation maximale de cette ressource, à portée de main, le déchet n’est plus une charge mais devient une valeur. Du côté de l’accompagnement, l’Ademe met à disposition des acteurs, ses capacités d’expertise et de conseil. Tous soulignent qu’il est nécessaire que la filière biométhane gagne en visibilité pour encourager les investissements et les porteurs de projets.
 
Une filière créatrice d’emploi et d’autonomie énergétique
 
Le gaz consommé en France est quasiment exclusivement importé et contribue pour 10 milliards d’euros à notre balance commerciale à l’importation. Produire un gaz sur le territoire permettrait de diminuer d’autant notre déficit commercial et ainsi contribuer à notre économie. C’est sans compter les milliers d’emplois créés par la construction et l’exploitation des 8.000 unités nécessaires à notre autonomie.
 
Par ailleurs, l’augmentation de la part du gaz renouvelable en France contribuera également au développement de l’électricité renouvelable en alimentant les centrales thermiques de pointe en complément du solaire, de l’éolien et de l’hydroélectricité.
 
Le gaz bio peut être utilisé de manière aussi efficace et polyvalente que le gaz naturel pour le transport et le chauffage. Du fait de ces avantages, il devient de plus en plus une priorité dans l’agenda politique et aussi une opportunité commerciale pour le secteur agricole qui a besoin de se réinventer. Il est donc certain que le biogaz représente la solution efficace pour combattre le réchauffement climatique et une alternative attrayante aux carburants très controversés.
Julien Chardon, président de Ilek
Retrouvez toute l'information Énergie dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
Le grand format
Eau de Paris fête ses dix ans
Eau de Paris fête ses dix ans
À lire également
West Energies et la Banque des territoires acquièrent le plus grand parc photovoltaïque normand
West Energies et la Banque des territoires acquièrent le plus grand parc photovoltaïque normand
Le 16 mai dernier, la Banque des territoires et la société d'économie mixte West Energies ont signé l'acquisition du parc photovoltaïque normand « Terres neuves », pour un montant de 12,3 millions d'euros.
La filière bois-énergie tout feu tout flammes pour mobiliser les pouvoirs publics
La filière bois-énergie tout feu tout flammes pour mobiliser les pouvoirs publics
Pour la première fois, les professionnels du bois-énergie organisaient, le 23 mai dernier à Paris, une journée de débats consacrée aux enjeux actuels et à venir de la filière.
Cap vert énergie, Enercoop et Energie partagée vont reconvertir un centre de stockage de déchets en centrale solaire
Cap vert énergie, Enercoop et Energie partagée vont reconvertir un centre de stockage de déchets en centrale solaire
La métropole Aix-Marseille-Provence annonce confier la création d'une centrale solaire à Mallemort (Bouches-du-Rhône), à Cap vert énergie, Enercoop et Energie partagée.
Nicolas Wolff devient vice-président directeur général de Boralex Europe
Nicolas Wolff devient vice-président directeur général de Boralex Europe
Le 29 avril dernier, la société de production d’énergies renouvelables Boralex, a annoncé l’entrée en fonction de Nicolas Wolff au titre de vice-président et directeur général de Boralex Europe.
Pour atteindre ses objectifs, l'UE doit produire davantage d'électricité éolienne et solaire
Pour atteindre ses objectifs, l'UE doit produire davantage d'électricité éolienne et solaire
D'après un nouveau rapport de la Cour des comptes européenne, l'Union européenne a besoin de produire plus d'électricité éolienne et solaire pour atteindre ses objectifs sur les énergies renouvelables.
[Retour d'expérience] Gilles Vincent, vice-président de Toulon Métropole
[Retour d'expérience] Gilles Vincent, vice-président de Toulon Métropole
Déçus par le projet de programmation pluriannuelle de l’énergie, les acteurs de la méthanisation tentent de faire entendre les avantages de leur filière au gouvernement.
Le réseau de Paris-Saclay insuffle le chaud et le froid
Le réseau de Paris-Saclay insuffle le chaud et le froid
Le réseau d’échange de chaleur et de froid du campus urbain de Paris-Saclay – qu’inaugurera François de Rugy le 24 juin prochain – s’affiche comme « la plus grande boucle tempérée de France ».
Tous les articles ÉNERGIE
Appels d'offres
En partenariat avec
ACCÈS AU KIOSQUE
Événements
Solscope
26 Juin 2019
Solscope
Novatech 2019
1er Juillet 2019
Novatech 2019
ISEFI 2019
2 Juillet 2019
ISEFI 2019
+ D'ÉVÉNEMENTS
Emploi
- Technicien de maintenance Hydraulique H/F
- Chef d'Equipe TP H/F
- Chargé / Chargée d'études environnement
- ASSISTANT CONTROLEUR DE GESTION F/H
+ D’OFFRES
Rubriques
Eau
Recyclage
Énergie
Territoires
Cleantech
Politiques
Pollutions
Biodiversité
Mobilité
Réseaux sociaux
Facebook
Twitter
LinkedIn
Youtube
Magazines
BTP Magazine
BTP Rail
Environnement Magazine
Hydroplus
Mat Environnement
Planète B
Réseaux VRD
Terrassements & Carrières
Services
Pages d'aide (FAQ)
Emploi
Newsletters
Agenda
Abonnés
RGPD 2018
CGV (digital)
CGV (magazines)
CGV (pub)
Nous contacter
L’équipe
Mentions légales
constructioncayola.com est un site du Groupe Cayola.