Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

[Tribune] La décentralisation, un prérequis pour contribuer à l’émergence d’une énergie 100% renouvelable

[Tribune] La décentralisation, un prérequis pour contribuer à l’émergence d’une énergie 100% renouvelable
La somme des objectifs régionaux à l'horizon 2023 et 2028 dépasse les engagements nationaux. Crédits : Pixabay
Par Nicolas Ott / Pascal Richard / Frédéric Fournier, le 10 mai 2021.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Le projet de loi Climat et Résilience, qui vient d’être débattu au Parlement et qui est désormais au Sénat, aborde la répartition des compétences entre les régions et l’Etat dans la transition énergétique. L’occasion pour Nicolas Ott, directeur du Développement et de l’Innovation à Planète OUI, Pascal Richard, président d’AuRa Digital Solaire, et Frédéric Fournier, président d’Oser EnR, d’insister sur l’importance du rôle joué par les régions en faveur des énergies renouvelables. 

La question de la décentralisation et du rôle des territoires dans la transition énergétique, au premier rang desquels les régions, est plus que jamais primordiale. Articuler les objectifs régionaux et nationaux - fixés par la PPE - et in fine, européens, fait sens d’un point de vue théorique : les engagements pris au niveau national devraient en effet être distribués en fonction des ressources et moyens des territoires. Par ailleurs, l’État joue un rôle d’accélérateur de la transition énergétique, en attribuant des moyens techniques, financiers et humains.

Néanmoins, l’État n’a pas de vision claire des potentiels et des contraintes spécifiques à chaque territoire. Si la politique de transition énergétique est définie par l’État, ce sont les collectivités, et notamment les régions, qui la mettent en œuvre aux côtés d’acteurs privés et des citoyens. La crainte partagée par les régions et les communes est que l’État leur impose une vision inadaptée et cède une nouvelle fois à sa tentation jacobine, avec des mesures verticales dans des champs de compétences pourtant décentralisées.

-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Les régions veulent trouver la meilleure façon de défendre leur autonomie institutionnelle tout en prônant des objectifs ambitieux. A l’heure actuelle, la somme des objectifs régionaux à horizon 2023 et 2028 dépasse les engagements nationaux : ils sont en fait cohérents avec les engagements pris par la France en termes de baisse des émissions de CO2 au niveau européen.

Un modèle énergétique au cœur des territoires

Les régions, en concertation avec les communes et intercommunalités, ont plus que jamais un rôle majeur à jouer pour fixer les caps, apporter sa connaissance des territoires, coordonner le développement économique territorial, et accompagner les filières et leurs structurations. 

​​Décentraliser le développement et la gestion des EnR va dans le sens d’une certaine vision de la transition énergétique : celle d’un modèle énergétique au cœur des territoires, au plus près des citoyens dans une logique de circuit-court de l’énergie, participant à l’émergence d’une énergie 100% renouvelable. Cette vision est par ailleurs cohérente avec la nature même des énergies renouvelables, flexibles et décentralisées par nature.

Les acteurs du secteur des énergies renouvelables (notamment les gestionnaires et fournisseurs d’énergie verte), doivent, à travers la décentralisation, inciter l’émergence de projets plus proches du territoire, à taille humaine et dans le respect de l’environnement.

Des outils pour améliorer le développement local

Si l’État conserve de nombreuses prérogatives en matière d’énergie, les collectivités disposent de plusieurs outils pour favoriser et organiser le développement local des EnR. 

Les « Appel à Initiatives Locales » portés au niveau régional sont ainsi des propositions concrètes pour accélérer la transition énergétique de nos territoires en accompagnant tous les acteurs locaux dont les collectivités, et leur permettant de s’approprier progressivement la gestion de l’énergie. 

Indépendamment de leur éventuel engagement financier, les collectivités ont surtout la capacité à lever l’un des freins majeurs au développement des EnR : l’acceptabilité. Elles peuvent promouvoir le développement concerté d’infrastructures à taille humaine, en concertation avec les habitants, respectueuses des paysages et de la biodiversité, et créatrices de valeur aux bénéfices directs pour les citoyens. On pense notamment à la possibilité pour les riverains d’une installation de production d’énergie renouvelable de bénéficier d’une offre de fourniture d’énergie locale et compétitive.

Pour autant, les collectivités n’ont pas vocation à être des gestionnaires d’énergie. Elles sont avant tout des cheffes d’orchestre qui mettent en mouvement et organisent le développement local des EnR en impliquant citoyens et acteurs économiques locaux. Elles apportent une vision stratégique, une connaissance du contexte local, éventuellement des terrains et des toitures et, le cas échéant, une capacité d’investissement de long terme stabilisatrice.

C’est un rôle primordial dans la réussite de la transition énergétique. Mais, pour le reste, elles ont tout intérêt à se faire accompagner et à s’appuyer sur des partenaires spécialisés, qui apporteront leur savoir-faire dans la définition, le déploiement et l’exploitation des actifs EnR, leur parfaite intégration dans les territoires et dans la gestion de l’énergie produite, intégrant les innovations au fil de l’eau comme la convergence avec le digital. 

Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Nawa Technologies produira des « électrodes révolutionnaires » pour le stockage de l'électricité
Nawa Technologies produira des « électrodes révolutionnaires » pour le stockage de l'électricité
Nawa Technologies, spécialiste des systèmes de stockage d’énergie de nouvelle génération, a franchi une étape décisive avec la fabrication d’électrodes à base de nanotubes de carbone alignés verticalement (VACNT) pour le stockage d'électricité, dans son usine d’Aix-en-Provence.
Rénovation énergétique : le CLER-Réseau se retire des Rencontres digitales du réseau FAIRE
Rénovation énergétique : le CLER-Réseau se retire des Rencontres digitales du réseau FAIRE
Le CLER-Réseau pour la transition énergétique a décidé de ne pas participer aux Rencontres digitales du réseau FAIRE organisées ce mardi par l’Ademe. Objectif : alerter le gouvernement sur la nécessité d’engager un véritable dialogue sur l’accompagnement à la rénovation énergétique de l’habitat.
MaPrimeRénov’ : 116.899 dossiers accompagnés dans la rénovation énergétique
MaPrimeRénov’ : 116.899 dossiers accompagnés dans la rénovation énergétique
Le dispositif d’aide à la rénovation énergétique des logements, MaPrimeRénov’, a accompagné en ce début d’année près de 116.899 dossiers pour un montant total de 317,4 millions d’euros de primes. Au total, 55 % des travaux réalisés concernent le chauffage.
[Tribune] Le CO2 est-il la molécule idéale pour stocker des énergies renouvelables ?
[Tribune] Le CO2 est-il la molécule idéale pour stocker des énergies renouvelables ?
Les émissions mondiales de CO2 ont augmenté de 67 % entre 1790 et 2018. Pour le meilleur et pour le pire. Aujourd’hui sa concentration est record malgré les solutions alternatives. Et si nous gardions le meilleur ? Le CO2, porte battante entre chimie et énergie, peut-il devenir une molécule idéale pour stocker des énergies renouvelables ? Elsje Alessandra Quadrelli, directrice de Recherche CNRS à l’institut de recherche sur la catalyse et l’environnement de Lyon (IRCELyon), évoque les possibilités de valorisation du CO2 et son atout dans la gestion et le stockage des énergies renouvelables.
Natacha Cambriels prend la présidence de l’association France Gaz Liquides
Natacha Cambriels prend la présidence de l’association France Gaz Liquides
La présidente de Butagaz, Natacha Cambriels, a été élue présidente de l’association France Gaz Liquides.
Certivéa : le secteur privé représente 88,5 % des projets de rénovation durable
Certivéa : le secteur privé représente 88,5 % des projets de rénovation durable
Certivéa, filiale du CSTB (Centre Scientifique et Technique du Bâtiment), délivre un état des lieux des bâtiments non résidentiels rénovés, certifiés ou labellisés pour leurs performances énergétiques. Selon l’organisme 673 bâtiments tertiaires ont été recensés entre 2006 et 2020.
Le parc éolien en mer de Saint-Brieuc entre en phase de construction
Le parc éolien en mer de Saint-Brieuc entre en phase de construction
Une nouvelle ère s’ouvre pour l’éolien offshore en France avec l'installation du parc éolien en mer en baie de Saint-Brieuc. Il subviendra à la consommation électrique annuelle d’un quart de la population bretonne.
Tous les articles ÉNERGIE
Inscrivez-vous aux Trophées de la Distribution de Matériels
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.