Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

COP 24 : la crédibilité française est entamée, jugent les ONG

Partager :
COP 24 : la crédibilité française est entamée, jugent les ONG
Par Laurence Madoui, le 3 décembre 2018
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
Alors que la COP24 (Katowice, 2-13 décembre) doit marquer le rehaussement des contributions des Etats, la France vient d’entériner la hausse de ses émissions carbonées de 2019 à 2023. A contre-courant des dernières recommandations du GIEC.

Que la classe européenne soit globalement médiocre n’excuse en rien le rang de « cancre du climat » qu’occupe la France, grince Célia Gautier, responsable climat et énergie à la Fondation pour la nature et l’homme (FNH). Les ONG sont atterrées par la décision gouvernementale, prise à la veille de la COP 24, de relever les plafonds sectoriels d’émissions inscrits dans la Stratégie nationale bas carbone (SNBC). Si la neutralité carbone est toujours visée pour 2050, la SNBC révisée le 27 novembre entérine une hausse des émissions sur la période 2019-2023. Une orientation dictée par le non-respect, depuis 2015, des budgets carbone : en 2016, le bâtiment excédait de 11% l’objectif, les transports de 6% et l’agriculture de 3%. Les émissions devront donc drastiquement baisser après 2024.

Incohérence française

« Or, d’après le GIEC, on dispose d’une fenêtre de tir de deux ans pour rehausser nos engagements, rappelle Lucile Dufour, responsable des politiques internationales du Réseau action climat. La France arrive à Katowice en s’illustrant par l’incohérence. » Selon le rapport spécial du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat publié début octobre, le pic mondial d’émissions doit être atteint en 2020 pour que la hausse moyenne des températures puisse être contenue à 1,5°C en 2100 par rapport à l’ère préindustrielle.

Tenir cet objectif requiert que le niveau des contributions nationales soit multiplié par cinq - et par trois pour rester sous les 2°C. Le calendrier idéal verrait une annonce de rehaussement des engagements des Etats à la COP24, suivie d’un an d’élaboration de mesures associée à une concertation citoyenne. Des stratégies abouties seraient présentées au sommet sur le climat des Nations-Unies, à New York en septembre 2019.

Absence de leadership européen

Le 22 novembre, ce sont 48 Etats vulnérables (principalement de petites îles) qui ont annoncé une révision à la hausse de leurs objectifs d’ici 2020. Mais c’est des régions les plus émettrices que sont attendus les signaux. Les Etats-Unis ayant annoncé leur futur retrait de l’Accord de Paris, « l’Union européenne doit tirer les autres pays vers le haut mais son manque de cohésion risque de la détourner de ce rôle central », pressent Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France.

« La majorité des 500 entreprises engagées dans l’initiative Science Based Targets sont européennes, observe Pierre Cannet, en charge du climat au WWF France. L’Europe est d’autant plus en capacité de rehausser l’ambition climatique que les acteurs économiques sont mobilisés. Elle ne semble pourtant pas à même de montrer un front uni à Katowice. » Dès lors, c’est sur le conseil européen des 13 et 14 décembre, consacré au budget à long terme de l’Union, que l’ONG concentre ses attentes. « Le budget de l’Europe pour les sept prochaines années totalisera 1.200 milliards d’euros. Nous demandons qu’il soit à 40% orienté vers l’action climatique et à 100% compatible avec l’Accord de Paris. »
Crédit : Unesco
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  Environnement TV ouvre les vannes
Le 21e Carrefour des gestions locales de l'eau se tient en ce moment même à Rennes. Pour l'occasion, l'équipe d'Environnement TV vous propose une émission consacrée à l'Eau.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Recherche : l'Inrae naît de la fusion entre l'Inra et l'Irstea
Recherche : l'Inrae naît de la fusion entre l'Inra et l'Irstea
Ce mercredi 8 janvier, la fusion entre l'Institut national de la recherche agronomique (Inra) et l'Institut national de recherche en sciences et technologies pour l'environnement et l'agriculture (Irstea) a été officialisée.
Bruno Léchevin, ex-président de l'Ademe, est décédé
Bruno Léchevin, ex-président de l'Ademe, est décédé
L'ex-président de l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), Bruno Léchevin, est décédé.
Brice Lalonde : « La politique environnementale du gouvernement est très peu lisible »
Brice Lalonde : « La politique environnementale du gouvernement est très peu lisible »
Secrétaire d’État puis ministre de l'Environnement de 1988 à 1992, Brice Lalonde est aujourd'hui le président de l'association Équilibre des énergies, dont le but est de « promouvoir des mesures concrètes » pour « une transition énergétique durable et profitable à tous ». Politique environnementale et énergétique du gouvernement, « Green Deal » européen, responsabilité élargie du producteur (REP) et éco-organismes, etc. Tour d'horizon.
Vinci et ParisTech lancent un nouveau laboratoire de recherche
Vinci et ParisTech viennent de lancer un laboratoire de recherche sur l'environnement.
François Moutot rejoint l'association Équilibre des Energies
François Moutot rejoint l'association Équilibre des Energies
L'actuel maire de Thoiry (Yvelines) est nommé Délégué aux affaires territoriales de l'association Équilibre des Énergies.
L'Ademe cherche thésards
L'Ademe cherche thésards
Le 9 janvier dernier, l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe) a lancé un appel à candidatures « Thèses 2020 ».
Plus que quelques jours pour participer au Grand Prix de la responsabilité sociétale des marques
Plus que quelques jours pour participer au Grand Prix de la responsabilité sociétale des marques
Le 28 avril prochain, le Grand Prix de la responsabilité sociétale des marques (RSM) récompensera les initiatives innovantes des entreprises qui révèlent de façon sincère, attractive et cohérente, un modèle de développement éthique et durable au travers de leurs marques.
Tous les articles POLITIQUES
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
SALON AQUIBAT
26 Février 2020
SALON AQUIBAT
Confs'Amiante Bâti
27 Février 2020
Confs'Amiante Bâti
Confs'Amiante Navire
10 Mars 2020
Confs'Amiante Navire
+ d'événements
Emploi
- Releveur de compteurs d'eau - H/F
- Assistant Compta /admin - Temps partiel H/F
- Monteur / Monteuse de panneaux photovoltaïques
- Responsble Technique F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.