Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

POLITIQUES
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Neutralité carbone : accélération imposée sur les secteurs clé des transports et du bâtiment

Partager :
Neutralité carbone : accélération imposée sur les secteurs clé des transports et du bâtiment
Par Laurence Madoui, le 7 novembre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Politiques
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
En présentant les projets de stratégie nationale bas carbone et de programmation pluriannuelle de l’énergie devant l’association Equilibre de énergies, le 6 novembre, Laurent Michel, directeur général de l’énergie et du climat, a détaillé les progrès requis dans les transports et le bâtiment.

Du fait des dérives dans les transports et le bâtiment, la France n’a « pas tenu » son premier budget carbone (2015-20181), pose le directeur général de l’énergie et du climat, Laurent Michel. Et le suivant (2019-2023), tel que défini par la première stratégie nationale bas carbone (SNBC) de 2015, serait « très largement dépassé, de l’ordre de 6% ». Or, des transports (31 % des émissions de gaz à effet de serre) et du bâtiment (19 %) est attendu l’essentiel des 45 % d’économies d’énergie2 visées d’ici 2050 par le projet de SNBC révisée de décembre 2018. Ces deux activités devront alors être quasi-décarbonées3.

Tous secteurs confondus, le représentant du ministère de la Transition écologique et solidaire évoque « une division par au moins 6 » des rejets carbonés en 2050 par rapport à 1990- quand le projet de SNBC de fin 2018 associait l’atteinte de la neutralité carbone au milieu du siècle à une baisse « d’un facteur 8 environ ».

Des transports loin de la voie rapide

De 2015 à 2018, le transport a dépassé de 6 % le plafond d’émissions. Un dérapage dû à « la poursuite de la hausse du trafic routier et aux gains moins élevés qu’attendu de la mise en circulation des véhicules neufs », explique le DGEC. S’ajoute un essor moindre que prévu du véhicule électrique, dont le parc devrait compter 4,8 millions d’unités en 2028, projette toutefois le ministère. L’électrification s’avère « deux à trois plus efficace que les solutions thermiques en termes de rendement énergétique », selon le projet de SNBC.

En 2030, seront commercialisés des véhicules thermiques consommant 4 litres/100 km – avant la fin de leur vente aux ménages en 2040. D’ici 2023, un million d’automobilistes auront touché la prime à la conversion. L’hydrogène devrait alors alimenter quelque 5.000 véhicules utilitaires légers et 200 véhicules lourds : bus, camions, trains et bateaux. Encore faut-il que ces derniers soient en mesure de circuler. « A l’été 2018, approvisionner Strasbourg en hydrocarbures fut compliqué : le Rhin n’était plus navigable » ; relate Laurent Michel. Côté poids-lourds, « des transporteurs indiquent qu’ils ne passent pas aujourd’hui au gaz pour bientôt foncer sur l’hydrogène ».

Sur les courtes distances, la part modale du vélo doit quadrupler (à 12 %) d’ici 2030 et atteindre 15 % en 2050.

Bâtiment : rénovation ou sanction

Le haut fonctionnaire chiffre à « 350.000 équivalent rénovation complète » par an le rythme des chantiers. Le projet de SNBC en vise 500.000/andans le résidentiel et le teriaire, sur le quinquennat et 700.000 à long terme. Dans les passoires thermiques (classes énergétiques F et G), la loi énergie-climat votée en septembre cible un recul de consommation de 7 % en 2023 et 16 % en 2028 (par rapport à 2015). Le texte prévoit des obligations et sanctions pour les propriétaires, un chapitre qu’approfondira la loi de programmation quinquennale de 2023, dont découleront les futures SNBC et PPE.

La récente loi intègre une mesure peu remarquée  : les syndicats départementaux d’énergie pourront être maîtres d’ouvrage de la rénovation sur le territoire de leurs adhérents, rappelle le DGEC. La loi de finances 2021 étendra aux propriétaires bailleurs la prime remplaçant, en 2020, le crédit d’impôt.

La hausse de la contribution climat-énergie ayant été stoppée fin 2018, une augmentation du fonds chaleur (350 millions d’euros en 2020) est à l’étude pour stimuler la chaleur renouvelable (+ 40 à + 59 % d’ici 2028 visés par le projet de SNBC).


1 : avec des émissions en excès de 4 % soit 65 Mt CO2eq selon le MTES
2 : l’économie visée dans l’industrie étant de 15 %
3 : le transport aérien et les soutes maritimes internationales utiliseront « une part de carburants non biosourcés » en 2050, selon le projet de SNBC
Engie / DR
  [Vidéo] Les écoquartiers, terres d'essai du développement durable
La création d’écoquartiers est au programme de nombreux candidats et candidates aux élections municipales. Agnès Breton s’est rendue à Asnières-sur-Seine, où l'écoquartier des Bords de Seine est récemment sorti de terre.
+ de vidéos Environnement TV
UN POINT SUR LA REPRISE AVEC...
Matteo Carando, directeur d’ERG France
Les entreprises et acteurs de l’environnement organisent, depuis mi-mai, la reprise de leurs activités. Environnement-magazine.fr propose aux professionnels de partager leur organisation, des réflexions sur l’impact du confinement et leur vision de l’après-crise. Aujourd’hui, nous donnons la parole à Matteo Carando, directeur d’ERG France.
Toutes les interviews
Actu réglementaire
Décret du 1er juillet 2020 portant nomination au comité des finances locales institué par l'article L. 1211-1 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant nomination au sein du Conseil national d'évaluation des normes Lire
Arrêté du 30 juin 2020 portant nomination de la directrice du Fonds d'indemnisation des victimes de l'amiante Lire
Arrêté du 25 juin 2020 pris pour l'application, en 2020, de l'article L. 1614-4 du code général des collectivités territoriales Lire
Arrêté du 29 juin 2020 portant interdiction de mise sur le marché de bouteilles de gaz métalliques non rechargeables contenant de l'hélium Lire
Arrêté du 22 juin 2020 pris en application du décret n° 2019-799 du 26 juillet 2019 fixant les modalités d'indemnisation du référent déontologue et du référent en matière de recueil des signalements émis par les lanceurs d'alerte de l'Autorité de sûreté nucléaire Lire
À lire également
Recul du trait de côte : « Les communes littorales ne sont pas toutes logées à la même enseigne »
Recul du trait de côte : « Les communes littorales ne sont pas toutes logées à la même enseigne »
Les conséquences du dérèglement climatique sur l’évolution du trait de côte sont parmi les plus spectaculaires. Les phénomènes de submersion marine et d’érosion côtière, dus à l’élévation du niveau des mers et des océans, impactent déjà et impacteront durablement tout le littoral français. Les élus des collectivités locales concernées doivent mettre en œuvre des stratégies adaptées de gestion du trait de côte. Rencontre avec Boris Leclerc, expert en risques hydrauliques et en aménagement au Centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Cerema).
L'Ademe dresse son bilan de l'année 2019
L'Ademe dresse son bilan de l'année 2019
En 2019, l'Agence de la transition écologique a investi 647 millions d'euros dans des projets à travers 12 programmes prioritaires.
Bpifrance lance l'outil de diagnostic « Diag Eco-Flux » pour les entreprises
Bpifrance lance l'outil de diagnostic « Diag Eco-Flux » pour les entreprises
Bpifrance et l'Agence de la transition écologique (Ademe) ont lancé ce mardi 30 juin, le dispositif « Diag Eco-Flux ».
Troisième projet de loi de finances rectificative : les ONG plaident pour une reprise verte et solidaire
Troisième projet de loi de finances rectificative : les ONG plaident pour une reprise verte et solidaire
Alors que le troisième projet de loi de finances rectificative est présenté ce mercredi 10 juin en Conseil des ministres, le Réseau action climat établit une liste de recommandations pour un plan de relance verte.
Covid-19 : la gestion de crise à l'heure des comptes
Covid-19 : la gestion de crise à l'heure des comptes
Ils ont été aux responsabilités gouvernementales. Corinne Lepage, Yves Cochet et André Santini jugent, plus ou moins sévèrement, la gestion de la crise sanitaire par le tandem Macron-Philippe. Entre critiques franches et pistes d'amélioration pour l'avenir, les trois ex-ministres dessinent ce que pourrait être le « monde d'après » le Covid-19.
[Tribune] Transition écologique : l’agroalimentaire n’a plus le choix !
[Tribune] Transition écologique : l’agroalimentaire n’a plus le choix !
Cette semaine, Louise Carrette, consultante confirmée Square, revient sur les enjeux environnementaux des entreprises agroalimentaires : "Consommateurs de plus en plus responsables, scandales sanitaires, politique RSE et réglementations... Les entreprises de l’agroalimentaire doivent opérer un réel revirement écologique pour rester dans la course", estime-t-elle.
[Tribune] Le compte carbone industriel, voire individuel : une nécessité légitime face à l'enjeu climatique
[Tribune] Le compte carbone industriel, voire individuel : une nécessité légitime face à l'enjeu climatique
Alors que la crise sanitaire liée au Covid-19 remet en question nos modèles économiques, Claire Laurent et Camille Villard, tous deux consultants pour le cabinet Square, estiment qu'il faudrait créer "un compte carbone pour les entreprises et les individus pour garantir une solidarité climatique plus efficace et plus juste​".
Tous les articles POLITIQUES
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
e-EUBCE
6 Juillet 2020
e-EUBCE
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
8 Juillet 2020
Salon de l’Association des Maires d’Ile-de-France
Solar PV World Expo 2020
16 Août 2020
Solar PV World Expo 2020
+ d'événements
Emploi
- Alternance - Chargé(e) de Prévention Santé et Sécurité H/F
- Chef de secteur H/F
- Poseur / Poseuse en isolation thermique
- Manager de Production F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.