Certaines fonctionnalités de ce site reposent sur l’usage de cookies.
Les services de mesure d'audience sont nécessaires au fonctionnement du site en permettant sa bonne administration. Vous avez cependant la possibilité de vous opposer à leur usage.
REFUSER
ACCEPTER
CONNEXION
Valider
Mot de passe oublié ?
Accueil > Actualités > Pollutions > Pollution de l’air : l’État condamné à verser 10 millions d’euros à des associations
POLLUTIONS

Pollution de l’air : l’État condamné à verser 10 millions d’euros à des associations

PUBLIÉ LE 30 NOVEMBRE 2023
LA RÉDACTION
Archiver cet article
Pollution de l’air : l’État condamné à verser 10 millions d’euros à des associations
Crédit : Unsplash
Le Conseil d’État a sanctionné l’État français pour ne pas avoir suffisamment lutté contre la pollution de l’air.

Les efforts sont insuffisants en matière de lutte contre la pollution de l’air. Telle est la conclusion du Conseil d’État, qui a condamné l’État le 24 novembre à payer deux astreintes de 5 millions d’euros. La juridiction a souligné que des dépassements des seuils de dioxyde d’azote ont été observés à Paris et à Lyon.

La Conseil d’État avait été saisi en 2017 par plusieurs associations environnementales afin de contraindre l’État à mettre en œuvre des plans pour réduire les concentrations de dioxyde d’azote (NO2) et de particules fines (PM10) afin de respecter la directive européenne sur la qualité de l’air, reprise en droit français. Compte tenu de l’insuffisance des mesures mises en place pour respecter les objectifs dans 8 zones en France, l’État a été condamné à agir, sous astreinte de 10 millions d’euros par semestre de retard.

Objectif atteint pour les particules fines

En matière de dioxyde d’azote, la situation s’est néanmoins améliorée à Toulouse et Aix-Marseille, qui comptabilisaient encore des dépassements de seuils en 2022.

La France ne connaît en revanche plus de dépassements en matière de particules fines PM10. Paris était en 2022 la dernière zone à ne pas respecter les normes en la matière. « La décision du 12 juillet 2017 du Conseil d’État sur le volet de la concentration en particules fines est considérée comme exécutée », a précisé la juridiction.

Les 10 millions d’euros d’astreinte seront répartis entre l’association Les Amis de la Terre, qui a saisi initialement le Conseil d’État en 2017, et plusieurs organismes et associations engagés dans la lutte contre la pollution de l’air, sur la base de la répartition retenue dans la décision du 4 août 2021. Le Conseil d’État réexaminera en 2024 les actions menées à partir du second semestre 2023 (juillet 2023-janvier 2024). 
 
PARTAGEZ
À LIRE ÉGALEMENT
REP tabac : contraint par l’Etat, l’Alcome intègre le financement des éteignoirs et cendriers
REP tabac : contraint par l’Etat, l’Alcome intègre le financement des éteignoirs et cendriers
Des « laboratoires volants » pour mesurer la pollution de l'air
Des « laboratoires volants » pour mesurer la pollution de l'air
La détection de polluants a la fibre
La détection de polluants a la fibre
Fast-déco : l’hyperproduction touche le secteur de l’ameublement
Fast-déco : l’hyperproduction touche le secteur de l’ameublement
Tous les articles Pollutions
L'essentiel de l'actualité de l'environnement
Ne manquez rien de l'actualité de l'environnement !
Inscrivez-vous ou abonnez-vous pour recevoir les newsletters de votre choix dans votre boîte mail
CHOISIR MES NEWSLETTERS