Découvrez nos newsletters
Gratuites et spécialisées dans votre secteur
Accès abonnés ✉ Nos newsletters gratuites Je m'abonne
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Commande publique : la loi sur l’économie circulaire ne sera pas disruptive, selon les avocats

Partager :
Commande publique : la loi sur l’économie circulaire ne sera pas disruptive, selon les avocats
Par Laurence Madoui, le 30 janvier 2020
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
Adopté par l’Assemblée le 21 janvier, le projet de loi sur l’économie circulaire doit l’être au Sénat le 30 janvier. Un texte qui ne révolutionnera pas la commande publique, selon les avocats invités par l’Institut national de l’économie circulaire à le décrypter, le 27 janvier.

En passe d’être définitivement adoptée, la loi sur le gaspillage et l’économie circulaire « aurait pu être plus ambitieuse », estime Corinne Lepage. Pour l’ancienne ministre de l’Environnement, il s’agit d’un texte « de transition, non de transformation. La transition était de mise il y a vingt-cinq ans. On n’en a plus le temps », assène l’avocate.
Même tonalité chez son confrère Emile Meunier : « On reste dans l’information du consommateur et les expérimentations volontaires d’entreprises ou encore les engagements volontaires de filières. Quand on entend à longueur de journée qu’il nous reste dix ans pour engager la baisse des émissions carbonées, on n’est pas convaincu qu’une politique publique misant sur l’évolution du comportement du consommateur, susceptible d’influencer le marché, soit à la hauteur de l’urgence. »

Bâtiment : une obligation de diagnostic théorique ?

Pour les acheteurs publics, la mesure majeure porte sur l’obligation de réaliser, à compter du 1er juillet 2021, un diagnostic ressources et matières des bâtiments voués à démolition ou réhabilitation significative (art. 6). Un décret en Conseil d’Etat, « déjà en cours de rédaction, doit sortir courant 2020, indique Carl Enkell. Va-t-on parler de matériaux, dans une optique de recyclage ? Ou de familles de produits (luminaires, plancher, menuiseries, etc.), dans une logique de réemploi ? »

Les sanctions initialement prévues par le projet de loi ont été gommées, relève l’avocat, « ce qui risque d’amenuiser l’effet bénéfique attendu du texte ». Celui-ci constitue à ses yeux « un socle minimal et il est tout à fait permis d’être plus ambitieux. Des collectivités rédigent déjà des cahiers des charges plus exigeants ».

Achats responsables : un vœu pieux ?

Au 1er janvier 2021, les acheteurs publics devront, « dès que cela est possible », réduire la consommation de plastiques à usage unique, la production de déchets et privilégier les biens issus du réemploi ou intégrant des matières recyclées, en prévoyant des clauses et critères spécifiques dans leurs cahiers des charges (art. 6 bis). La disposition n’intégrera toutefois pas le Code de la commande publique, ce qui l’assimilera à « un vœu pieux », commente Ariane Bardoux. Idem pour l’acquisition de logiciels écoconçus en vue d’une consommation énergétique limitée, que les acheteurs publics sont invités à promouvoir. « Il n’est pas prévu de codifier cette mesure qui, dès lors, relève plus du souhait que de la norme », considère l’avocate.

Pour que ces dispositions trouvent une traduction concrète, l’Institut national de l’économie circulaire invite le gouvernement à élaborer des critères d’économie circulaire et des clauses-types. La fondation plaide aussi pour une modification des règles d’attribution des marchés qui donnerait le même poids au critère environnemental qu’au critère économique. Le critère du coût global intègrerait obligatoirement les externalités environnementales, aujourd’hui facultatives.
DR
Offre en ligne à partir de 8,90 €
Dans ce contexte particulier, le premier mois d'abonnement est offert.
Je m'abonne
Retrouvez toute l'information de cette rubrique dans le magazine Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La faune regagne la ville
Cette troisième semaine de confinement a permis aux animaux de reprendre du terrain en ville. C'est le cas dans de nombreuses métropoles mondiales où la population est confinée. Mais les professionnels des services essentiels - gestion de l'eau et des déchets par exemple - continuent d'assurer leurs missions.
+ de vidéos Environnement TV
Pour plus d'informations cliquez ici
À lire également
Déchets dangereux : 5,9 millions de tonnes traitées en 2018
Déchets dangereux : 5,9 millions de tonnes traitées en 2018
Le Syndicat des professionnels du recyclage, de la valorisation, de la régénération et du traitement des déchets dangereux vient de publier son panorama pour l'année 2018.
Covid-19 : La poursuite du tri est stratégique pour l’industrie de l’emballage, selon Federec
Covid-19 : La poursuite du tri est stratégique pour l’industrie de l’emballage, selon Federec
Continuité du tri des recyclables ou concentration sur les déchets résiduels ? Les pouvoirs publics défendent la première option, qu’appuient ardemment les recycleurs. Mais au début de la troisième semaine de confinement, la pratique est loin d’être uniforme dans les territoires.
Coronavirus : Le Syctom s’adapte pour poursuivre la collecte et le traitement des déchets ménagers
Coronavirus : Le Syctom s’adapte pour poursuivre la collecte et le traitement des déchets ménagers
Le Syctom, établissement public chargé de traiter et valoriser les déchets de 6 millions d’habitants de Paris et proche banlieue, vient de publier un point de situation sur la continuité de ce service public essentiel.
Solidarité Covid-19 : La Tête dans les nuages a les pieds sur terre
Solidarité Covid-19 : La Tête dans les nuages a les pieds sur terre
La Tête dans les nuages, une marque de bean bags dont les toiles sont issues du réemploi, a répondu à l’appel du Centre 77, un centre médicosocial seine-et-marnais, en transformant son atelier de confection en centre de production de masques réutilisables. Et en s'appuyant sur un réseau de bénévoles monté au pied levé.
Coronavirus : les impacts sur le secteur du recyclage
Coronavirus : les impacts sur le secteur du recyclage
Le Coronavirus a des conséquences économiques sur de nombreux secteurs et les activités du recyclage des déchets n'y échappent pas.
Coronavirus : Recylex réduit sa production dans certaines usines françaises
Coronavirus : Recylex réduit sa production dans certaines usines françaises
Comme toutes les entreprises, le groupe Recylex, spécialiste européen du recyclage du plomb, du zinc, du polypropylène et de la production de métaux spéciaux de haute pureté, doit s’adapter aux mesures gouvernementales liées à la crise sanitaire du Covid-19 et craint un impact sur son activité à cause de la chute des prix des métaux. L’entreprise vient ainsi d’annoncer plusieurs mesures.
L'Atlas du plastique dresse un état des lieux mondial
L'Atlas du plastique dresse un état des lieux mondial
Ce mardi 3 mars, la Fabrique écologique, le bureau de la Fondation d'Heinrich Böll, Zero Waste France et Break Free From Plastic, ont publié l'Atlas du plastique : un document d'une soixantaine de pages regroupant les faits et chiffres des polymères synthétiques dans le monde.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Cycl'eau Bordeaux
7 Avril 2020
Cycl'eau Bordeaux
Confs'Amiante Bâti
5 Mai 2020
Confs'Amiante Bâti
HSE 2020
12 Mai 2020
HSE 2020
+ d'événements
Emploi
- Saur propose une Licence GASTE en Apprentissage
- Ingénieur Génie - Civil H / F
- Installateur / Installatrice en chauffage, climatisation, sanitaire et énergies renouvelables
- Ingénieur projet F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.