EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ
VIDÉOS
À la uneRECYCLAGE & RÉCUPÉRATION

Toopi Organics transforme l’urine humaine en fertilisant agricole

Par A.A. Publié le 10 juin 2022.
Toopi Organics transforme l’urine humaine en fertilisant agricole
Crédit : Toopi Organics
NEWSLETTERS
Archiver cet article
La startup Toopi Organics a inauguré lundi 06 juin à Loupiac-de-la-Réole, en Gironde, sa première usine de valorisation des urines humaines. Environ 250.000 litres d’urines peuvent être traitées chaque année et valorisées en intrants biologiques pour les terres agricoles.

Exit les engrais pétrosourcés. L’urine se propose désormais comme une alternative naturelle, plus performante et moins coûteuse pour les agriculteurs ! Convaincue des bienfaits de cette ressource inépuisable, la jeune pousse girondine Toopi Organics, fondée par Michael Roes et son associé Pierre Huguier, a démarré son aventure en 2019 dans le recyclage et valorisation des urines en fertilisants agricoles. Quelques années plus tard, la startup est en phase d’industrialisation de sa solution et inaugure sa toute première usine à Loupiac-de-la-Réole.

La France importe la totalité de ses engrais : l’Azote vient principalement des pays de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole, quant au phosphore, une majorité est importée du Maroc qui détient 80 % des réserves. Riche en azote, phosphore et potassium, Toopi Organics a misé sur l’urine humaine pour développer des biosolutions agricoles à prix abordable.

Outre la démarche d’économie circulaire en faveur d’une agriculture responsable, ce projet se donne pour mission de contribuer à une gestion durable de la ressource en eau qui est polluée par l’urine. « Chaque année, 6000 milliards de litres d’eau potable en Europe sont contaminés par 200 milliards de litres d’urine », précise la société.

Culture de bactéries 

La société se rapproche du but à travers un processus complet de récupération et de transformation d’urine qui est breveté, validé et autorisé sur le marché français. Ce procédé mis au point par Toopi Organics et utilisé dans l’usine de valorisation des urines humaines à Loupiac-de-la-Réole, est capable de traiter près de 5.000 litres d’urines par jour et 250.000 litres d’urines par an.
 

Comment fonctionne-t-il ? Le processus repose sur la fermentation. Autrement dit, l’urine filtrée de tous les déchets et stabilisée pour éviter les odeurs, est utilisée comme milieu de culture dans lequel des bactéries fermentatives d’intérêt agronomique se développent en exploitant les nutriments naturelles : azote, potassium et phosphore. Toopi Organics veille ainsi via son procédé à conserver les principaux éléments contenus dans l’urine pour développer des fertilisants de qualité.

20 unités de valorisation

Pour sa valorisation, faut-il encore organiser sa collecte. Toopi Organics a également assuré des sources d’approvisionnement, à savoir : des laboratoires d’analyses, des festivals, lycées et collèges de la région Nouvelle-Aquitaine, quelques aires d’autoroute avec Vinci, où sont installées des toilettes séparatives, sans utilisation d’eau pour l’évacuation, qui collectent les urines.

Pour en capter davantage, la société ambitionne de créer localement de nouveaux partenariats publics et privés pour l’installation de toilettes séparatives auprès d’établissements recevant du public. Quant à la valorisation, Toopi Organics vise à installer dans les cinq prochaines années, de nouvelles unités de valorisation des urines dans une vingtaine de métropoles françaises

Par ailleurs, la société entend mettre en place des joint-ventures avec des coopératives agricoles et collectivités locales pour multiplier les filières et les unités de production à l’échelle locale.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
S'identifier
S'inscrire
Rejoignez-nous sur : LinkedIn, Youtube, Facebook et Twitter.
À lire également
Orano teste le recyclage de batteries des véhicules électriques
7 octobre 2022
Orano teste le recyclage de batteries des véhicules électriques Le groupe Orano mène, en partenariat avec Paprec, MTB Manufacturing, Saft et le CEA, des expérimentations d'un procédé de recyclage des métaux contenus dans les batteries des véhicules électriques.
Alpha Recyclage Composites valorise les chutes de fibre de carbone
9 décembre 2022
Alpha Recyclage Composites valorise les chutes de fibre de carbone La PME toulousaine Alpha Recyclage Composites a conclu deux nouveaux programmes de partenariat industriel avec Multiplast et Plastic Omnium au profit du recyclage de la fibre de carbone.
Le Syctom acte la reconstruction de son centre à Romainville - Bobigny
23 novembre 2022
Le Syctom acte la reconstruction de son centre à Romainville - Bobigny Le Syctom, agence métropolitaine des déchets ménagers, les municipalités de Paris, de Romainville, de Bobigny et l’établissement « Est Ensemble » s’accordent sur le projet de reconstruction du centre du Syctom à Romainville et Bobigny.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉO
Quel avenir pour nos déchets nucléaires ?
Dernier numéro
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Actu réglementaire
Le coup d'oeil
+
Newsletters gratuites
- Gratuites
- Différents thèmes au choix
- Spécialisées dans votre secteur

Nous contacter
✎ Proposer des sujets, communiquer sur nos supports ou besoin d'aide ?
Nous contacter
En partenariat avec
Événements
+ d'événements
Emploi
- TECHNICIEN MONTEUR PNEUMATIQUES GENIE-CIVIL H/F
- Conseiller Clientèle Facturations/ Décompte H/F
- Ouvrier / Ouvrière d'entretien des espaces verts
- Coordinateur Maintenance Capitalisable F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola