Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
Pollutec 2021
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Un collectif d’avocats s’attaque aux impacts de Linky sur la santé

Un collectif d’avocats s’attaque aux impacts de Linky sur la santé
Par E.G, le 11 avril 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Un collectif d’avocats saisit la ministre de la santé, le ministre de la transition écologique et le Premier ministre de recours précontentieux pour la réalisation d’évaluations scientifiques sur les effets des compteurs Linky et des courants poteurs ligne (CPL) sur la santé.

Lundi 9 avril dernier, un collectif d’avocats a décidé de saisir le Premier ministre, la ministre de la santé et le ministre de la transition écologique de recours précontentieux concernant les effets sur la santé des compteurs communicants Linky, déployés en France par Enedis depuis 2016. En plus de ce recours précontentieux, une procédure de référé représentant plus de 3.800 citoyens sera lancée devant 17 tribunaux de grande instance (TGI) le 5 juin prochain, contre les directions territoriales Enedis. Ceci, « afin de ne pas surcharger la juridiction centrale du TGI de Nanterre (Hauts-de-Seine) ».

L’action annoncée ce lundi 9 avril est notamment portée par l’avocate et ancienne ministre de l’environnement Corinne Lepage. Le collectif d’avocats annonce agir au nom de la commune de Bondy (Seine-Saint-Denis), de l’association Stop Linky Drôme Ardèche et de particuliers tels que l’eurodéputée écologiste Michèle Rivasi. Dans l’attente de la réalisation des études scientifiques, le collectif souhaite que « soit ordonnée par arrêté interministériel, la suspension du déploiement des compteurs Linky sur les territoires concernés ».

Une première étude de l’Anses controversée

Pour rappel, une étude de l’Anses datant de décembre 2016 et commandée par la Direction générale de la santé confirmait les conclusions de l’Agence nationale des fréquences (ANFR) : le rayonnement des ondes électromagnétiques du CPL serait bien en-dessous des normes françaises. Ce rapport estimait en effet le champ magnétique des compteurs Linky à 3,9  Volt/mètre, soit 22 fois moins que le maximum réglementaire, établi à 87 Volt/mètre. Les ondes ainsi émises par le compteur Linky seraient moins nocives que celles d’une plaque à induction. A peine publié, ce rapport avait très vite été accusé de faire le jeu des distributeurs, notamment par l’eurodéputée Michèle Rivasi. Elle dénonçait alors « les limites légales d’exposition aux ondes électromagnétiques, calculées sur des critères purement techniques et non sanitaires ». Elle demandait déjà à ce qu’une étude contradictoire soit menée avec des laboratoires indépendants, « pour affiner les premiers résultats obtenus par l’Anses ».

Un nouveau coup dur pour Linky, après la publication le 7 février dernier du rapport annuel de la Cour des comptes, qui estimait que le déploiement de ces compteurs était bénéfique à Enedis et non aux usagers ; et après la mise en demeure de Direct Energie par la Cnil, pour l’absence de consentement des usagers quant à la collecte des données personnelles de consommation.

A noter que huit millions de compteurs communicants Linky sont d’ores-et-déjà installés. 90% des nouveaux compteurs devraient être déployés d’ici 2021. En 2024, 100% des compteurs électriques français seront remplacés par des compteurs Linky.
Wikimedia Commons
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
Contenu de marque
  Dis ENGIE, ça se recycle les éoliennes ?
Contenu de marque
  Allison Transmission expose sur le salon Pollutec
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Dix pistes pour penser l'habitat de demain
Dix pistes pour penser l'habitat de demain
La ministre en charge du Logement, Emmanuelle Wargon, a présenté le jeudi 14 octobre les points essentiels de la démarche « Habiter la France de demain ». Objectif : faire émerger un aménagement « sobre et humaniste ».
Sylvamap donne un coup d'accélérateur à la digitalisation de la gestion forestière
Sylvamap donne un coup d'accélérateur à la digitalisation de la gestion forestière
Plus d'un million d'hectares de forêts sont désormais référencés dans la plateforme Sylvamap. 9000 groupements forestiers peuvent dès à présent retrouver gratuitement sur cet outil numérique les contours de leur propriété.
Smart City/Smart Grid, le carrefour des projets de la Relance
Smart City/Smart Grid, le carrefour des projets de la Relance
Smart City/Smart Grid revient du 20 au 21 octobre à Paris, Porte de Versailles. Ce salon de la ville, des réseaux intelligents et de la mobilité durable réunira les porteurs de projets et apporteurs d'innovations.
Vincent Bryant : « Le non-respect de la performance ESG entraînera une perte sur la valeur du bâtiment »
Vincent Bryant : « Le non-respect de la performance ESG entraînera une perte sur la valeur du bâtiment »
Le décret tertiaire réoriente les pratiques immobilières en faisant de la transition énergétique la question centrale de la gestion des actifs immobiliers. Vincent Bryant, président cofondateur de Deepki, évoque les enjeux du texte et l'importance des critères ESG pour le secteur. 
[Tribune] La transition énergétique, le nouveau défi des acteurs de l'immobilier tertiaire !
[Tribune] La transition énergétique, le nouveau défi des acteurs de l'immobilier tertiaire !
A l’heure de la mise en application du décret Eco-Energie Tertiaire, les bureaux et les commerces doivent impérativement gagner en performance et sobriété énergétique. Foncières, gestionnaires de parcs d’actifs privés et institutionnels sont en première ligne. 
L’Institut Supérieur de l’Environnement enrichit son offre pédagogique dédiée à la transition écologique
L’Institut Supérieur de l’Environnement enrichit son offre pédagogique dédiée à la transition écologique
L’Institut Supérieur de l’Environnement coopère avec le fonds d’investissement à impact Quadia, en vue de renforcer sa position en tant qu’école de référence des transitions environnementales et solidaires.
Dijon construit 51 logements sociaux à énergie positive
Dijon construit 51 logements sociaux à énergie positive
Une première à Dijon ! La commune installera ses premiers logements sociaux qui produiront plus d’énergie qu’ils n’en consommeront. Le projet prévoit la construction de 51 logements à loyer modéré et à énergie positive.
Tous les articles TERRITOIRES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.