Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

RSE : 80% des PME et ETI estiment que la responsabilité dépasse l'aspect économique

Par E.G, le 15 mars 2018.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Mercredi 14 mars, Bpifrance Le Lab a publié les résultats d’une enquête sur la responsabilité sociale des entreprises (RSE) auprès de plus de 1.000 dirigeants de PME et ETI. Une grande majorité d’entre eux sont convaincus de l’intérêt économique de la RSE, même s’ils privilégient l’axe social par rapport à l’axe environnemental.

Pour 80% des dirigeants de PME et ETI, le sentiment de responsabilité dépasse l’aspect économique et concerne également la vie sociale et la protection de l’environnement. Il s’agit de la conclusion d’une enquête menée par Bpifrance Le Lab auprès de 1.154 dirigeants de PME et ETI, dont le rapport a été publié le mercredi 14 mars. « La moitié des dirigeants déclare mener une démarche
de RSE (responsabilité sociale de l’entreprise), tandis qu’un quart a mis en place un plan d’actions à moyen ou long terme. Deux-tiers des démarches ont été initiées au cours des cinq dernières années », précise Bpifrance.

L’axe social privilégié face à l’axe environnemental

Selon cette enquête, la propension d’un dirigeant d’entreprise à établir un plan d’action RSE dépend « grandement » de sa conviction personnelle. En effet, l’enquête souligne que « les plus engagés sont les plus convaincus de l’intérêt économique d’un projet RSE ». Par ailleurs, la RSE est plus développée dans les entreprises d’une certaine taille, car elle devient « une nouvelle source de contraintes administratives ». Ainsi, 38% des ETI font un bilan carbone contre 8% des TPE. Et 49% des ETI ont obtenu une certification environnementale contre 11% des TPE. La RSE deviendrait donc une sort d’obligation, qui pousse « un grand nombre de dirigeants de PME et ETI, notamment ceux en relation avec de grands donneurs d’ordre, à questionner la sincérité de la communication faite sur la RSE », explique Bpifrance. Enfin, l’engagement des collaborateurs devient le « principal enjeu de ressources humaines », selon cette enquête. Mais l’axe social de la RSE est privilégié face à l’axe environnemental : « Ainsi, 82% des répondants disent avoir une politique de rémunération identique hommes/femmes, 67% veillent à l’équilibre vie professionnelle/vie privée de leurs collaborateurs. Mais ils sont seulement 35% à appliquer la règle de la parité au niveau de la direction, tandis que moins d’une entreprise sur cinq a adopté l’écoconception pour ses produits », précise Bpifrance.

«L’objectif de Bpifrance Le Lab avec cette étude sur la RSE est de démystifier ce mot "valise" en faisant la synthèse des travaux académiques sur le sujet et en montrant les nombreuses pratiques déjà mises en place par les PME-ETI. Nous donnons la parole aux dirigeants de ces entreprises. Ils montrent que la RSE ne se résume certainement pas à un suivi d’indicateur, ce qui reste encore trop souvent perçu. La RSE donne du sens à l’action collective. Les débats en cours sur l’objet social des entreprises montrent le caractère majeur des parties prenantes dans la création de valeur », explique Elise Tissier, directrice de Bpifrance Le Lab.
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Convention21 devient le Grand Défi des entreprises pour la planète
Convention21 devient le Grand Défi des entreprises pour la planète
La Convention21 change officiellement de nom et devient le Grand Défi des entreprises pour la planète. Sa vocation : concilier l’intérêt général et celui des entreprises pour répondre au défi climatique.
Le gouvernement investit 115 millions d’euros dans la modernisation des abattoirs
Le gouvernement investit 115 millions d’euros dans la modernisation des abattoirs
Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation Julien Denormandie présente son plan stratégique pour les abattoirs. Modernisation, inspections, accompagnement des abattoirs et durcissement des sanctions sont attendus pour le bien-être animal.
Le gouvernement dispose de 9 mois pour adopter des mesures climatiques supplémentaires
Le gouvernement dispose de 9 mois pour adopter des mesures climatiques supplémentaires
Le Conseil d’État impose un nouvel ultimatum au Premier ministre Jean Castex : le gouvernement dispose de 9 mois, avant le 31 mars 2022, pour adopter de nouvelles mesures afin d’atteindre ses objectifs de réduction des émissions de gaz à effet de serre en 2030.
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Après plusieurs mois d’examen et la révision du texte en commission mixte paritaire, les députés et les sénateurs ont adopté définitivement ce mardi 20 juillet le projet de loi Climat et résilience. Le gouvernement salue le vote de cette loi qui fera « entrer l'écologie dans nos vies », tandis que les ONG environnementales dénoncent son « manque criant d’ambition ».
La ville auvergnate de Cusset lance son « permis de végétaliser »
La ville auvergnate de Cusset lance son « permis de végétaliser »
Pour inciter ses habitants à se réapproprier l'espace public en végétalisant les espaces abandonnés, la ville de Cusset, dans l'Allier, vient de lancer son permis de végétaliser. Une initiative déjà mise en œuvre dans les grandes villes mais qui tend désormais à se développer dans les petites et moyennes communes.
Députés et sénateurs parviennent à un accord sur la loi Climat et résilience
Députés et sénateurs parviennent à un accord sur la loi Climat et résilience
Les parlementaires des deux chambres réunis en commission mixte paritaire (CMP), sont parvenus à un accord sur le projet de loi Climat et résilience. Le ministère de la Transition écologique annonce que la loi devrait être adoptée cet été.
Loi Climat et résilience : le Sénat a apporté les premiers amendements
Loi Climat et résilience : le Sénat a apporté les premiers amendements
La première lecture du projet de loi Climat et résilience se poursuit jusqu'au 28 juin au Sénat. Le titre I « Consommer » et titre II « produire et travailler » du projet de loi ont été adoptés avec modifications. Focus sur les évolutions apportées par la Haute assemblée.
Tous les articles POLITIQUES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.