Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Trois questions à Christèle Chancrin, fondatrice du cabinet e3conseil

Partager :
Trois questions à Christèle Chancrin, fondatrice du cabinet e3conseil
Par Propos recueillis par Laurence Madoui, le 22 février 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
La filière à responsabilité élargie du producteur (REP), envisagée par le gouvernement, n’est pas forcément la solution idéale pour bien gérer les mégots : la collecte séparée de ces déchets dangereux est justifiée mais leur recyclage improbable, estime Christèle Chancrin. Pour la fondatrice du cabinet e3conseil, les pouvoirs publics doivent assurer le bon fonctionnement des filières existantes avant d’en créer de nouvelles.

Chaque année, quelque 30 milliards de mégots sont jetés, dont 40 % dans la nature, selon le ministère de la Transition écologique et solidaire. Pourtant, l’idée de créer une filière REP sur ces déchets ne vous convainc pas. Pourquoi ?

Il est évident qu’il faut collecter séparément les mégots, à l’origine de nombreux départs de feu, notamment de poubelles de rue. Ces déchets contiennent aussi des milliers de substances toxiques, ils ne peuvent être mélangés aux ordures ménagères. Les cigarettiers auraient intérêt à se concerter pour monter une filière spécifique – pas forcément une REP – qui financerait des cendriers destinés aux lieux publics (type Cy-Clopeur). L’écocontribution compenserait le ramassage des déchets par les collectivités. L’organisation doit associer les fabricants de papier voire de briquets ainsi que les distributeurs. Les buralistes pourraient contribuer en nature, en menant des actions de sensibilisation et en proposant des espaces de collecte.

Est-il envisageable de monter une filière de recyclage ?

Recycler des déchets dangereux pourrait être un non-sens écologique. EcoDDS et Dastri ne le font pas, ils les destinent à l’incinération dans des installations dédiées. Chez Eco Mobilier, les contributions des adhérents diminuent chaque année car il y a beaucoup de matière réemployable et recyclable dans leurs produits en fin de vie, dont les coûts de traitement diminuent. Ce n’est pas le cas du mégot, qui n’aura jamais de valeur. Outre-Atlantique, TerraCycle en extrait l’acétate de cellulose (la matière plastique) pour en faire du mobilier urbain. Mais l’entreprise concède que les bancs publics qui en sont issus sentent le tabac !

Le paquet de cigarette est dans le champ de Citeo. Les mégots pourraient relever d’EcoDDS, plutôt que d’une nouvelle REP. L’éco-organisme, dont la gestion des déchets diffus spécifiques est essentiellement opérationnelle, devrait développer sur ces déchets une approche financière (rétribution des collectivités assumant la collecte).

Cet éco-organisme a ces temps-ci un fonctionnement chaotique

En début d’année, EcoDDS a suspendu ses activités faute d’être formellement réagréé, l’Etat ayant tardé à publier son cahier des charges. On a la monnaie de sa pièce ! Il est normal que l’éco-organisme cesse de collecter en déchèterie s’il ne perçoit pas la contribution de ses adhérents. Pourquoi les pouvoirs publics manifestent-ils un tel engouement pour les REP s’ils ne sont pas en mesure de les animer et de les contrôler ? Le cadre juridique de ces filières est bancal : elles sont traitées dans des bribes de loi et les vides juridiques sont sources de dysfonctionnement. Les futures REP sont à envisager dans un cadre stabilisé et harmonisé. Il est vrai que ces filières à responsabilité élargie du producteur sont financées par des écocontributions qui ne sont pas considérées comme des taxes (et donc non soumises à l’examen de Bruxelles). Serait-ce un moyen de faire apparaître une baisse de la pression fiscale ?
Christèle Chancrin, fondatrice du cabinet e3conseil / DR
Retrouvez toute l'information "recyclage & Récupération" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La consigne en Norvège : un modèle durable

Dans ce nouveau numéro d'Environnement TV, Eva Gomez vous fait découvrir le dispositif de consigne en Norvège.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
Eco-mobilier s’engage avec les collectivités vers le zéro déchet
Eco-mobilier s’engage avec les collectivités vers le zéro déchet
Eco-mobilier propose aux collectivités territoriales de signer le contrat territorial pour le mobilier usagé 2019-2023. Objectif, avoir une filière de recyclage du mobilier responsable.
L’Ordif publie une carte interactive des points de collecte des déchets franciliens
L’Ordif publie une carte interactive des points de collecte des déchets franciliens
L’Observatoire régional des déchets d’Ile-de-France (Ordif) a publié ce jeudi, une carte interactive des points de collecte des déchets franciliens.
Cédric L'Elchat est élu président du Sypred
Cédric L'Elchat a été élu président du Syndicat professionnel pour le recyclage et l'élimination des déchets dangereux (Sypred).
Le groupe Derichebourg voit son chiffre d'affaires diminuer en raison du contexte géopolitique
Le groupe Derichebourg voit son chiffre d'affaires diminuer en raison du contexte géopolitique
Le groupe Derichebourg annonce un chiffre d'affaires de 2,7 milliards d'euros pour l'exercice 2018-2019.
Emballages : « Il n’y aura pas de consigne sur les plastiques », savoure l’AMF
Emballages : « Il n’y aura pas de consigne sur les plastiques », savoure l’AMF
Son congrès à peine clos, l’Association des maires de France s’est empressée de communiquer sur l’abandon de la consigne des bouteilles en plastique. Sans s’attarder sur les zones d’ombre laissées par les discours d’Emmanuel Macron et d’Edouard Philippe.
[Tribune] Loi économie circulaire : il faudra plus de concret pour se donner les moyens de la sobriété
[Tribune] Loi économie circulaire : il faudra plus de concret pour se donner les moyens de la sobriété
Cette semaine, Kathleen Boquet revient sur la loi économie circulaire, qui sera examiné en séance publique à l'Assemblée nationale dès lundi 9 décembre prochain. Pour elle, cette loi reste "timide" et "la mise en œuvre d’une économie circulaire ambitieuse dépendra de notre capacité à décorréler le développement de nos sociétés de l’extraction de ressources".
La lutte contre le gaspillage alimentaire est étendue à la restauration collective privée et à l'industrie agroalimentaire
La lutte contre le gaspillage alimentaire est étendue à la restauration collective privée et à l'industrie agroalimentaire
Depuis le 1er janvier dernier, une ordonnance élargit au secteur de la restauration collective privée et aux industries agroalimentaires, l'obligation de lutte contre le gaspillage alimentaire.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
Conférence ADN Environnemental
23 Janvier 2020
Conférence ADN Environnemental
Assises Européenne de la Transition Énergétique
28 Janvier 2020
Assises Européenne de la Transition Énergétique
+ d'événements
Emploi
- Inspecteur Réseaux d'Assainissement H/F
- Opérateur de production/traitement H/F
- Jardinier / Jardinière d'espaces verts
- CHARGE DE MISSIONS HSE F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.