Offre Silver (à partir de 20 € / mois)
Newsletters gratuites
Accès abonnés Nos offres magazines Nos offres magazines
Menu
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

La deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens est lancée

La deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens est lancée
Par E.G, le 3 septembre 2019.
Newsletters gratuites
-------------------- PUBLICITÉ --------------------
Ce mardi 3 septembre, les ministres de la transition écologique, Elisabeth Borne, et la ministre des solidarités et de la santé, Agnès Buzyn, ont signé la deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens.

La deuxième stratégie nationale sur les perturbateurs endocriniens a été présentée ce mardi 3 septembre à l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses). Le texte avait été mis en consultation publique en janvier dernier. « L’objectif est de réduire au maximum la contamination de l’environnement et l’exposition de la population à ces substances qui se retrouvent dans de nombreux objets de la vie courante : produits ménagers, détergents, produits de traitement des cultures, cosmétiques, produits alimentaires, etc », rappelle le ministère de la transition écologique.
 

La France pionnière en Europe

Parmi les mesures de cette stratégie, on trouve notamment : établir d’une liste des perturbateurs endocriniens faisant l’objet d’échanges avec les partenaires européens ; mener une campagne de communication et créer un site internet pour informer la population sur les risques liés à l’exposition aux produits chimiques dangereux ; réaliser des analyses sur des produits de grande consommation, comme les jouets destinés aux enfants de moins de trois ans ; mesurer l’imprégnation des différents milieux par les perturbateurs endocriniens et centraliser les données sur une plateforme ; susciter des engagements volontaires des industriels et des distributeurs pour des produits sans perturbateurs endocriniens ; ou encore élargir la surveillance des populations à d’autres pathologies que celles de la reproduction.
 

Cette nouvelle stratégie se décline autour de trois objectifs prioritaires : former et informer, protéger l’environnement et la population, améliorer les connaissances en poursuivant les travaux de recherche. « Avec cette stratégie, la France est l’un des seuls pays d’Europe qui se donne les moyens d’agir face aux perturbateurs endocriniens », se félicite le ministère.
DR
Toute l'information de cette rubrique est dans :
Environnement Magazine
Le magazine pour les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l’environnement.
Découvrir
Acheter un numéro
[Vidéo] Ça m'énerve : nos caniveaux ne sont pas des poubelles !
Dernier numéro
Actu réglementaire
À lire également
Le nouveau Plan national des achats publics est mis en consultation
Le nouveau Plan national des achats publics est mis en consultation
Le gouvernement lance une consultation publique ouverte jusqu’au 06 juillet 2021 sur le Plan national des achats publics durables 2021-2025. Ce Plan vise à accélérer et évaluer la stratégie nationale en matière d’achat durable.
Loi Climat et résilience : le Sénat adopte un projet largement modifié
Loi Climat et résilience : le Sénat adopte un projet largement modifié
L’examen du projet de loi Climat et résilience est arrivé à son terme au Sénat en première lecture, après le vote solennel du texte ce mardi 29 juin. De la publicité, jusqu'à l'artificialisation des sols et la rénovation énergétique des bâtiments, focus sur les modifications apportées par la Chambre haute du Parlement.
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Adoption de loi Climat et résilience : un « tournant culturel » selon le gouvernement, un « échec » pour les ONG
Après plusieurs mois d’examen et la révision du texte en commission mixte paritaire, les députés et les sénateurs ont adopté définitivement ce mardi 20 juillet le projet de loi Climat et résilience. Le gouvernement salue le vote de cette loi qui fera « entrer l'écologie dans nos vies », tandis que les ONG environnementales dénoncent son « manque criant d’ambition ».
Une hausse de l’ambition française est nécessaire, estime le Haut conseil pour le Climat
Une hausse de l’ambition française est nécessaire, estime le Haut conseil pour le Climat
Le troisième rapport annuel du Haut conseil pour le Climat (HCC) présente un bilan mitigé. Le HCC recommande notamment au gouvernement d’accélérer ses politiques climatiques pour permettre à la France d’atteindre l’objectif 2030 de réduction d’émission de gaz à effet de serre.
Loi Climat et résilience : les principaux points à retenir
Loi Climat et résilience : les principaux points à retenir
Les sénateurs ont poursuivi l'examen du projet de loi Climat et résilience en apportant des modifications aux chapitres portant sur la mobilité, l’alimentation et la protection juridique de l'environnement. Récapitulatif des principaux amendements apportés par le Sénat.
Loi Climat et résilience : le Sénat a apporté les premiers amendements
Loi Climat et résilience : le Sénat a apporté les premiers amendements
La première lecture du projet de loi Climat et résilience se poursuit jusqu'au 28 juin au Sénat. Le titre I « Consommer » et titre II « produire et travailler » du projet de loi ont été adoptés avec modifications. Focus sur les évolutions apportées par la Haute assemblée.
L’exécutif enterre la révision constitutionnelle et le référendum sur le climat
L’exécutif enterre la révision constitutionnelle et le référendum sur le climat
La préservation de l'environnement ne sera pas inscrite dans la Constitution française. Le projet de révision constitutionnelle a été abandonné par le Premier ministre, en réponse aux sénateurs qui n’ont pas su se mettre d’accord sur un texte identique avec les députés.
Tous les articles POLITIQUES
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.