Découvrez nos magazines
Formules print et numériques (à partir de 8,90 €)
Accès abonnés ✒ Nos offres magazines Voir nos offres
Menu

RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
VIDÉOS
EAU
RECYCLAGE
ÉNERGIE
TERRITOIRES
CLEANTECH
POLITIQUES
POLLUTIONS
BIODIVERSITÉ
MOBILITÉ

Consigne : trois questions à Alexandra Lange, responsable des affaires institutionnelles de Tomra Europe

Partager :
Consigne : trois questions à Alexandra Lange, responsable des affaires institutionnelles de Tomra Europe
Par Propos recueillis par Eva Gomez, le 24 septembre 2019
✉ Découvrez notre newsletter gratuite Recyclage & Récupération
Alors que le projet de loi « antigaspillage pour une économie circulaire » entre en examen au Sénat ce mardi 24 septembre, la consigne est au cœur de tous les débats. Ce dispositif qui ne fait pas l’unanimité est défendu par Alexandra Lange, responsable des affaires institutionnelles de Tomra pour l’Europe.

Quel est votre point de vue sur le dispositif de consigne pour les emballages de boisson et sur le débat qu’il provoque ?

Pour nous, le pré-rapport Vernier rendu au gouvernement le 12 septembre dernier, est très intéressant. Sa proposition nous paraît sensée et ressemble aux dispositifs déployés dans les pays nordiques, qui intègrent notamment le verre pour réemploi.

Le débat autour de la consigne est surtout orienté sur l’aspect économique et oublie l’intérêt général. Les arguments avancés par Amorce et Federec, ou les amendements ajoutés par le Sénat démontrent un manque de connaissance sur la consigne et perdent de vue les objectifs européens. Certains amendements ou propositions sont techniquement irréalisables, comme la mise en place d’une consigne sur les emballages consommés hors-foyer par exemple. On est très loin de la réalité du terrain !

Quelles seraient les conditions de déploiement d’un tel dispositif selon vous ?

Il faut que la consigne soit un dispositif national, suffisamment maillé et performant afin de ne pas être une contrainte pour le consommateur. Il faut essayer de rendre ce nouveau geste de tri attractif, en proposant un système de loterie comme en Norvège ou en Finlande, ou bien en donnant la possibilité de faire un don associatif. Après l’avoir testé, nous ne croyons pas au système de gratification. Il faut mettre en place un mécanisme financier de pollueur-payeur et une redevance incitative : le produit coûte un peu plus cher au consommateur, et s’il ne dépose pas son emballage en consigne, il s’autosanctionne.

La seule vraie problématique est l’articulation entre la consigne et la collecte existante avec le bac jaune. Les inquiétudes des collectivités sont tout à fait compréhensibles et le pré-rapport Vernier a le mérite de remettre les choses au clair, pour proposer une bonne base de travail. S’il existe un risque pour les collectivités de perdre des revenus, la loi peut instaurer une compensation.

Quel est votre retour d’expérience sur le terrain ?

Tomra a installé environ 82.000 automates de déconsignation dans 60 pays du monde. En 2018, nous avons collecté 40 milliards d’emballages. En France, 16 milliards d’emballages par an sont concernés. La consigne est un outil indispensable pour atteindre l’objectif européen de 90% de recyclage plastique, au même titre que le bac jaune. C’est le dispositif de collecte le plus efficace et c’est le seul qui garantit un produit apte au contact alimentaire. Selon nous, l’extension des consignes de tri, la mise en place de la consigne ainsi qu’une bonne campagne de communication permettront d’obtenir une amélioration significative de la collecte des emballages.
Alexandra Lange, responsable des affaires institutionnelles de Tomra pour l'Europe / Crédit : Tomra
Retrouvez toute l'information "recyclage & Récupération" dans Environnement Magazine.
Environnement Magazine, l'information de référence pour tous les acteurs et décideurs du développement durable et des métiers de l'environnement.
Consulter le magazine
Offre digitale
à partir de
8,90 €

Je découvre
S'identifier
S'inscrire
  [Vidéo] La consigne en Norvège : un modèle durable

Dans ce nouveau numéro d'Environnement TV, Eva Gomez vous fait découvrir le dispositif de consigne en Norvège.
+ de vidéos Environnement TV
À lire également
[Tribune] Sacs biosourcés compostables et économie circulaire : pourquoi briser une dynamique vertueuse ?
[Tribune] Sacs biosourcés compostables et économie circulaire : pourquoi briser une dynamique vertueuse ?
Cette semaine, Christophe Doukhi de Boissoudy, président du Club Bio-plastiques, revient sur le rôle des sacs biosourcés et biodégradables dans le développement d'une économie circulaire. "Si l’objectif de sortir du « tout plastique » est louable et nécessaire, ne jetons pas pour autant le bébé avec l’eau du bain", alerte-t-il.
La lutte contre le gaspillage alimentaire est étendue à la restauration collective privée et à l'industrie agroalimentaire
La lutte contre le gaspillage alimentaire est étendue à la restauration collective privée et à l'industrie agroalimentaire
Depuis le 1er janvier dernier, une ordonnance élargit au secteur de la restauration collective privée et aux industries agroalimentaires, l'obligation de lutte contre le gaspillage alimentaire.
Consigne pour les bouteilles en plastique : « 2023, c'est trop tôt », pour les collectivités
Consigne pour les bouteilles en plastique : « 2023, c'est trop tôt », pour les collectivités
Alors que la commission mixte paritaire a adopté le projet de loi antigaspillage pour une économie circulaire le 8 janvier dernier, l'association de collectivités territoriales, Amorce, fait le point.
E.Leclerc va supprimer les couverts en plastiques des produits Marque repère dès janvier 2020
E.Leclerc va supprimer les couverts en plastiques des produits Marque repère dès janvier 2020
Après avoir annoncé en novembre dernier, que 100% des emballages plastiques de sa marque repère seraient recyclables d'ici 2023, le groupe E.Leclerc vient d'annoncer la suppression des couverts en plastique dans tous les produits de la marque dès janvier 2020.
Le groupe Derichebourg voit son chiffre d'affaires diminuer en raison du contexte géopolitique
Le groupe Derichebourg voit son chiffre d'affaires diminuer en raison du contexte géopolitique
Le groupe Derichebourg annonce un chiffre d'affaires de 2,7 milliards d'euros pour l'exercice 2018-2019.
Federec publie l'indice de variation du coût de l'enfouissement en ISDND au 4e trimestre 2019
Federec publie l'indice de variation du coût de l'enfouissement en ISDND au 4e trimestre 2019
Pour la première fois, la Fédération professionnelle des entreprises de recyclage (Federec), publie un indice de variation du coût de l’enfouissement des refus de tri en installations de stockage de déchets non dangereux en France. Recueillies et calculées par KPMG, ces valeurs concernent la variation constatée entre octobre 2019 et janvier 2020, région par région.
Sylviane Troadec est élue présidente de la commission sociale de Federec
Sylviane Troadec est élue présidente de la commission sociale de Federec
Le 4 décembre dernier, Sylviane Troadec, directrice déléguée de Paprec Group, a été élue présidente de la commission sociale de la Fédération des entreprises du recyclage, Federec.
Tous les articles RECYCLAGE & RÉCUPÉRATION
En partenariat avec
Nos magazines
Accéder au kiosque
Événements
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
23 Janvier 2020
Colloque : Etat des lieux de la reconversion des sites pollués et perspectives
Conférence ADN Environnemental
23 Janvier 2020
Conférence ADN Environnemental
Assises Européenne de la Transition Énergétique
28 Janvier 2020
Assises Européenne de la Transition Énergétique
+ d'événements
Emploi
- Agent d'exploitation station eau potable / Electromécanicien H/Fçç
- Ingénieur Projet H/F
- Animateur / Animatrice en Hygiène Sécurité Environnement -HSE-
- Projeteur méthodes F/H
+ d’offres
Environnement Magazine est un site du Groupe Cayola.